Tombé du ciel

il y a
2 min
1
lecture
0

Après avoir exercé durant plus de trente ans la profession de journaliste en Suisse romande, j’ai commencé, en 2019, à écrire des textes littéraires à l’occasion de différents concours  [+]

Il était une fois une petite fille très pauvre qui s’appelait Marie-Hélène. Elle vivait, avec ses parents, dans une ferme abandonnée. Son père, Joseph, était menuisier. Noël approchait et il était désespéré car il venait de perdre son travail.
« La concurrence est trop dure. Je ne peux plus tenir le coup », lui avait dit son employeur. Pour se faire pardonner de l’avoir licencié peu avant Noël, le patron lui avait offert un beau sapin, des bougies, des boules multicolores, des guirlandes, et une étoile scintillante pour la pointe.
La maman de Marie-Hélène ne gagnait plus d’argent. Avant son accident, elle faisait des heures de ménage dans des maisons bourgeoises, nourrissait la famille grâce au grand jardin devant la ferme, faisait la lessive, s’occupait des poules et des lapins.
En cette période de l’Avent, les parents de Marie-Hélène pleuraient le soir dans leur chambre à coucher. Leur portemonnaie était vide. Marie-Hélène ne recevrait donc pas de cadeau à Noël. La petite fille rêvait d’aller au cinéma voir un long film sur la vie des animaux sauvages en Afrique. Et puis, peut-être que le père Noël lui apportera aussi trois billets d’entrée au zoo de Zürich. Elle ne se doutait pas qu’elle ne recevrait rien cette année.
Joseph avait déjà placé le sapin au milieu du salon froid et humide. Marie-Hélène, les yeux brillants, avait aidé ses parents à poser les bougies, les guirlandes, et quelques souris en chocolat fourré. Joseph s’était chargé des hautes branches. Il avait réussi à glisser, sans la casser, la fragile étoile dans la pointe.
Marie-Hélène souleva ensuite le couvercle d’une grande boîte en carton et sortit avec précaution ses animaux sauvages sculptés dans du sapin. Il y avait un zèbre et son petit, une girafe, un éléphant, un hippopotame, une gazelle, un lion et quelques singes. Reçus les Noëls précédents, ces cadeaux étaient les plus beaux, fabriqués exprès pour elle par son père menuisier.
Marie-Hélène plaça les animaux en arc de cercle sous le sapin et posa, au milieu, le petit Jésus dans sa crèche. En jouant au pied du sapin avec ses animaux africains, la petite fille avait un peu oublié la misère qui l’entourait.
Le soir de Noël, le sapin illuminait et chauffait la pièce. Les yeux de Marie-Hélène brillaient de plaisir dans l’attente des cadeaux. La tristesse se lisait dans le regard de ses parents. La tension montait et l’impatience de la petite fille grandissait. Dehors, la neige tombait, soufflée par le vent.
Soudain, quelque chose de rouge frappa la fenêtre. « Le Père Noël », cria de joie Marie-Hélène. Elle courut vers la fenêtre, l’ouvrit, et aperçut, au sol, une vague tache rouge. La petite fille enfila ses bottes et se précipita dans la nuit à la poursuite du Père Noël.
Elle s’approcha de la tache. Oh non ! Ce n’était pas le bonnet du Père Noël, mais un ballon en plastique.
Déçue, elle donna un coup de pied dans le ballon dégonflé. Une enveloppe jaune en forme d’étoile accrochée à la ficelle se prit dans son pied. Surprise et très curieuse, elle l’apporta sous le sapin et l’ouvrit devant ses parents.
Le message, lu par Joseph de sa voix grave, était écrit en lettres dorées. « Celui ou celle qui trouvera cette lettre aura gagné un voyage-safari en Afrique pour trois personnes, tous frais payés. Signé Balthazar ».
Marie-Hélène sauta de joie, prit ses animaux en bois dans les bras et embrassa le petit Jésus dans sa crèche.
Un miracle de Noël ne s’explique pas, mais puisque Marie-Hélène s’est déjà endormie en rêvant du zèbre et de son petit, de la girafe, de l’éléphant, de l’hippopotame, de la gazelle, du lion et des singes en chair et en os en Afrique, je peux vous le glisser à l’oreille.
Un homme Noir, très riche, un peu roi mage, s’était marié dans le pays voisin. Il avait organisé, la veille de Noël, un somptueux lâcher de ballons.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !