Toi

il y a
1 min
8
lectures
0
Le bruit d'un froissement de tissu me sort de mon sommeil. Tu enfiles ton pantalon, doucement. Tu veux empêcher ce qui vient d'arriver, mon réveil.

Les yeux cachés derrière mes cheveux, je veux te voir me regarder dormir.

Tu enfiles ta chemise, ton torse se dérobe à mon regard. Tes mouvements font naître un souffle, qui porte ton parfum à mes narines, éveille mes sens, éveille les souvenirs de cette nuit où nos corps ne faisaient qu'un.

J'ai envie de te toucher, faire glisser cette chemise pour le plaisir de mes yeux. Mes doigts brûlent, ma peau se réchauffe, elle appelle la tienne.

Ton désir me manque. Regarder ta bouche qui change lorsque je te susurre « J'ai envie de toi ». Sentir ton souffle dans mon cou lorsque que tu réponds.

Tu es là. Tu me regardes. Je n'ose bouger de peur de dévoiler mon secret. Ce plaisir de te regarder sans que tu ne le saches.

Tu prends appui sur le lit avec douceur. Tu approches. Tu guettes. Chaque mouvement est retenu. Tes lèvres se posent délicatement sur ma bouche.

Tu te lèves et contourne le lit. Je ne vois plus tes yeux. Je ne vois plus ton visage. Je te sens.

A ma droite maintenant, tu approches à nouveau. Je sens ton plaisir d'admirer l'effet que tu as engendré sur moi. Ce sommeil, c'est ta victoire, c'est ta force.

Tu m'embrasses tendrement. Cette douceur de coton mêlée aux rayons du petit jour, chatouillent mes sens.

Tu t'effaces. Tu es tout proche. Je sens tes yeux posés sur moi, ton corps qui appelle le mien, ta difficulté à me laisser.

Quelques secondes passent. Ta silhouette disparaît. Je te sens partir, te détacher de moi. Et puis ton absence me pèse. Le manque m'envahit. Le besoin de toi m'obsède.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Double

Ophelie F.

La chaleur pèse un camion rempli de déménageurs ; lourde, humide et fiévreuse. Passé midi, je ne tiens plus sur mon siège en faux cuir. La fonte de ma culotte Petit Bateau, dans mon jean... [+]


Très très courts

Le bâton du baryton

Benoit Gautier

Hey Joe, te souviens-tu du film de Woody Allen La Rose pourpre du Caire ?... Les personnages traversent la toile et le cinéma envahit la vie. Telle ta voix chaude de baryton qui imbibait le... [+]