Image de RAC

RAC

1006 lectures

985

FINALISTE
Sélection Public

Ce matin je suis partie bosser avec un sac qui pèse une tonne ! Mais qu’ai-je bien pu mettre dedans pour qu’il soit si lourd ? Ce n’est pas mon gros bouquin, j’ai déjà un dossier à lire sur le trajet. Une bouteille d’eau ?
Je me posais la question en marchant dans les couloirs du métro, lorsque cherchant négligemment un mouchoir dans mon petit sac en cuir rouge de femme fatale, je m’aperçus que j’y avais laissé deux boites de conserve : de la pâtée pour chats ! Quelle idiote ! Je suis allée faire des courses hier soir, tout ne tenait pas dans le cabas ; je les ai donc fourrées dans mon sac à mains et les ai totalement oubliées. Zut ! En plus au prix que ça coûte, il est hors de question que je m’en débarrasse ! Je vais devoir les balader toute la journée. Dire que je dois assister à une réunion importante dans une Tour à La Défense. Le dispositif de sécurité à l’entrée va tilter. Je vais encore passer inaperçue.
J’entrais un peu penaude dans le hall et Plan Vigipirate oblige, dus ouvrir mon sac à un agent de sécurité. Il attrapa les conserves et me demanda ce que c’était. Je lui répondis d’un air dubitatif : «  ben, des boîtes de terrine pour chat ! » Je faillis lui dire « c’est marqué dessus comme le Port-Salut » mais me retins pour ne pas compliquer la situation. Le gars me fixa bizarrement et se retourna vers son collègue. Il se pinça les lèvres, me tança d’abord d’un regard sévère et militaire puis me fit un immense sourire de toutes ses dents blanches. Il m’expliqua qu’il me les mettait de côté et que je pourrais les reprendre en sortant mais qu’il ne pouvait pas me laisser rentrer avec pour des questions de sécurité : les boîtes pouvaient rouler par terre, faire tomber quelqu’un, s’ouvrir, répandre leur contenu... Il ajouta que jetée au milieu d’un groupe de personnes pour les disperser, une conserve constituait surtout un projectile très dangereux.
Je restais sans voix, aurais bien voulu me cacher dans un trou de souris et signais leur décharge afin de ne pas arriver en retard à ma réunion.
La journée de travail s’écoula. Prête à partir, je sortis mon petit papier pour récupérer le repas de mon chat. Le gardien me rendit mes deux boîtes avec un grand sourire et je me fis la plus discrète possible pour qu’aucun confrère ne m’apostrophe à ce moment-là mais évidemment, l’un d’eux s’approcha :
— Un problème avec la sécurité ?
— Non, merci. J’avais juste besoin de récupérer un objet à la consigne.
— Ah, rien de grave alors ! Vous venez prendre un verre avec nous ?

Il n’était pas tard. Il faisait beau. J’acceptais volontiers.

Au moment de prendre congé, mon sac en bandoulière glissa du dossier de ma chaise, tomba et s’ouvrit, laissant s’échapper une des boîtes jaunes qui roula sur le sol. Il la stoppa du pied, se baissa pour la ramasser puis me regarda, hésitant, avant de me la donner :
— C’est à vous ?
— Oui, c’est pour mon chat.

Je lui souris en remettant la boîte dans mon sac, le rose aux joues. Il paya nos consommations et me raccompagna au RER. Il entama la conversation mais je ne l’encourageai pas.
— Vous savez, moi aussi j’ai un chat. Il n’aime pas trop cette marque...

Cinq stations plus tard et le gentil dragueur éconduit, j’étais sur le trajet du retour. Mon sac était toujours aussi lourd et me lacérait l’épaule. Dans les couloirs je soufflais un peu. Près d’un kilo de trop, ça se sentait. Il n’y avait pas grand monde dans les couloirs à cette heure-là. La plupart des gens étaient déjà chez eux. Quand soudain un cri d’effroi me glaça le sang.
— Lâchez-moi ! HAHAHA ! Au secours...

Je courus en direction du hurlement aussi vite que possible malgré mes talons. Une jeune fille se battait avec un grand type qui la tenait par les cheveux. Elle gesticulait et lui donnait des coups de pied mais visiblement sans résultats. Je décidais de m’en mêler malgré mes 1.56 m.
— Hé vous là-bas ? Elle vous dit de la lâcher !
— Toi tu te mêles pas de ça, c’est qu’une salope...
— Peut-être, mais c’est pas une raison pour la frapper ! Lâchez-là !

Voyant qu’il continuait à malmener la fille qui gémissait, je me souvins brusquement ce que m’avait dit l’agent de sécurité. Je saisis une des fameuses boîtes et m’avançai vers lui... pour la lui balancer en pleine face ! Je suis plutôt nulle à ce jeu-là mais la colère aidant et la distance se réduisant au fur et à mesure que je progressai, je lui envoyai finalement la pâtée en pleine tête.
Le choc surprit tellement l’agresseur qu’il s’arrêta net et délaissa enfin sa victime. Il se frotta la tempe. Il saignait. Il recula d’un pas chancelant. C’est alors qu’un agent RAPT en salopette verte surgit du couloir opposé, empoigna ma boîte roulant à ses pieds et faucha les deux jambes de l’agresseur titubant grâce à un lancer de conserve digne de Ted Williams ! Le gars visé s’écrasa au sol, stoppé net. Le justicier se jeta alors sur lui, l’immobilisa au sol d’un bras tout en composant un numéro sur son téléphone de l’autre main. En moins de cinq minutes, une équipe d’agents en combinaisons bleues arriva sur place pour s’occuper du lascar.
— La vache, quel lancer ! Merci !
— Pas de quoi, je réparais l’escalator en bas quand j’ai entendu crier. Je fais du hand, alors quand j’ai vu votre tir, ça m’a frustré, j’ai voulu faire mieux !
Je me dirigeai vers la demoiselle un peu choquée. Elle attrapa la boîte qui avait fini son parcours près d’elle. Elle était intacte. La fille me la tendit avec un regard larmoyant, me fixa et parvint à articuler un grand « merci beaucoup » de soulagement. C’est alors qu’elle enchaîna :
— C’est vraiment super ce que vous avez fait... Beaucoup n’auraient pas bougé et...

Ce qu’elle ne sait pas, c’est que sans l’aide de cet agent RAPT tombé du ciel, je doute qu’on eut fait le poids toutes les deux longtemps. Il était temps qu’il arrive car avec seulement deux boîtes, nous serions vite arrivées à cours de munitions.

— Oh moi, je n’ai pas fait grand-chose. C’est mon chat qu’il faut remercier ! Heureusement qu’il boude ses croquettes !

PRIX

Image de Printemps 2019
985

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Bravo pour le courage. Rare, j'en ai peur.
·
Image de RAC
RAC · il y a
Ce n'est pas forcément du courage mais de la NON-INDIFFERENCE ! Merci de votre visite & bel été
·
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Nouveau cours de self: jeté de boîtes
·
Image de RAC
RAC · il y a
Yes c'est entre le lancer de poids et le chamboule-toout en quelque sorte ! testez & vous m'en direz des nouvelles ! A+
·
Image de Philippe Rinaudo
Philippe Rinaudo · il y a
Comme quoi, c'est quand même utile d'oublier des choses dans son sac parfois ! 😉
·
Image de RAC
RAC · il y a
Tout à fait ! Merci d'être passé Philippe !
·
Image de Philippe Rinaudo
Philippe Rinaudo · il y a
Avec plaisir !
·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
Vous avez réussi à me faire sourire.
Mes 5 croquettes. 😏

·
Image de RAC
RAC · il y a
Merci Alain, c'est très sympa ! Rhôhohohoho !
·
Image de Alberto Trentinher
Alberto Trentinher · il y a
Errata Corrige. Mon jugement a été trop hâté et incomplet: conte moderne écrit superbement avec humeur et Happy End. On a besoin de tout cela, b r a v o RAC!
·
Image de RAC
RAC · il y a
Merci beaucoup, c'est très aimable ! A +++
·
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour RAC,
Pour ne rien cacher, je dois avouer que le début me laissait perplexe. Mais où vas ce texte avec pour objet central... une boîte de pâtée pour chat ? Je comprends mieux avec la fin, bien amusante.
Mes salutations,

·
Image de RAC
RAC · il y a
Contente de vous avoir fait chercher ! Et merci de votre visite ! A+
·
Image de Alberto Trentinher
Alberto Trentinher · il y a
Vous avez raison RAC, une histoire peu probable de nos jours mais racontée avec beaucoup de style et de grâce. Merci compliments + mes voix
·
Image de RAC
RAC · il y a
Mais si mais si !!!
·
Image de ADN
ADN · il y a
Bien rythmé ce petit texte
En lisant, on imagine exactement la scène.
Bon courage Rac pour la suite
Delphine (j’ai enfin réussi à m’inscrire)

·
Image de RAC
RAC · il y a
Merci d'être passée me lire !
·
Image de Marinette7433
Marinette7433 · il y a
Excellent texte, bravo !!
·
Image de RAC
RAC · il y a
Voilà un bien sympathique commentaire, merci beaucoup & revenez quand vous voulez !!! A+
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

De la plus belle nuit que je me souvienne, elle était là, assise sur ce banc à rêvasser en regardant le ciel étoilé. C’était une des plus belles soirées de mon existence, où le ciel avait ...