terreur au bord de l'eau

il y a
1 min
1
lecture
0
Il la tient fermement à deux mains, l’empêchant de se débattre tout en la bloquant sous son genou replié. Il appuie de toutes ses forces et prie le ciel pour qu’il parvienne à la maintenir ainsi jusqu’à ce que le petit clic de l’appareil photo se déclenche. Un selfie dans de telles conditions met les nerfs à dure épreuve.
Il n’aurait jamais dû s’embarquer seul dans cette aventure qui tourne au cauchemar. Loin d’être un pro en la matière, il agit à l’aveuglette, ne sachant si chaque geste est le bon geste. Il se sent complètement dépassé et une panique incontrôlable s’empare de lui.
Il regrette d’en être arrivé là et se met à maudire le ciel.
Les secondes semblent s’écouler à rebours comme si le temps avait décidé de lui faire la nique.
Il est désespéré. Ses forces commencent à lâcher et ce maudit engin ne se déclenche toujours pas.
Il n’a pas l’étoffe. Il n’aurait jamais dû se retrouver dans cet endroit paumé, perdu au bord d’un étang inconnu, le front en nage, les mains moites et gluantes.
Dans un dernier sursaut d’énergie, il tente de se saisir de l’appareil, sa victime coincée entre ses deux jambes.
Mais la terre gorgée d’eau a transformé le sol en un vrai bourbier et le voilà qui glisse et s’affale de tout son long, lâchant bien à contrecœur l’énorme carpe qui s’échappe sans un bruit dans un large remous de vase et d’herbes folles.

Adieu veaux, vaches, cochons ! Adieu la renommée ! Adieu trépied !
Il ne lui reste plus que le goût amer de la défaite et la honte qui s’installe, sournoise et cruelle, alors qu’il tente, les larmes aux yeux, de débarrasser tant qu’il se peut son magnifique Reflex de la gangue de boue qui l’étouffe.
C’est décidé, demain sera un autre jour.
Demain, ce sera cueillette de mûres !
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,