3
min

Terre creuse, retour mer.

Image de Polotol

Polotol

315 lectures

252

Evènement ahurissant. A l’autre bout de la planète Terre, un tsunami a été repéré en formation dans le pacifique Nord. Il provient d’un séisme de la fosse des Mariannes à dix mille mètres de profondeur. Des infos à la TV montrent des survols de la zone concernée. Curieusement ce n’est pas un raz de marée mais un siphon géant inversé qui se forme en prenant de l’ampleur. Un gouffre avec au centre, peut-être, un trou de ver. Les journaux du monde entier font leur chou gras autour de cette info.
Ces phénomènes géologiques de grande ampleur sont les dernières préoccupations de nos spéléologues en herbe.
Robert, Mlle Jeanne et leurs élèves de 7eme, arrivent dans la salle souterraine la plus profonde des grottes Merveilleuses de Dinant et sont prêts à remonter dans la cheminée munie d’une conduite pneumatique avec assistance électronique.
En s'engageant avec le petit train d’extraction dans la cheminée de retour, ils ne se voient pas remonter comme prévu mais ils descendent dans un conduit inconnu. Ils restent sans voix, surtout le petit guide Robert qui ne reconnaît pas le boulot et son environnement habituel .
“-Pas de panique , tout le monde reste zen” décrète Grisby, le ouistiti blanc , par le diffuseur traducteur central en voiture de tête. “Des perturbations planétaires sont à l’œuvre et nous sommes dans le devoir d’y remédier“.
Rosie et Isa sont ravies d’entendre la mascotte vedette s'exprimer avec autant d’aisance. Le reste de la communauté approuve mais les adultes se regardent avec effroi. Ils n’en pipent pas une. Dany, Pol et Carly croisent les doigts. Gardemiel, le vieux sacristain pensionné , délégué du comité des parents s’approche en proposant des bonbons. Il cherche à calmer les enfants perturbés.
Le conduit inversé termine sa course après de longues minutes dans un autre tube plus mou, plus transparent avec les ondes électriques scintillant des parois. les véhicules du train sont devenus intra-terrestres.
Dans le ciel Azur, hors d’une anfractuosité de falaise , la chaîne de cabines métalliques voyageuses est comme régurgitée par deux lèvres rocheuses et amorce son arrivée sur une île. Grosse chenille rejetée par les vagues sur sa côte.
Rien de spectaculaire, mis à part ces grandes herbes à larges feuilles rigides qui ondulent au gré du vent.
Grisby s’est approché du groupe des enfants pour parlementer. Le petit hominidé est devenu une sorte de Mowgli.
“Dans deux heures, l’île aura disparu et le gouffre en mer va se refermer. On devra être à sa frontière au bon moment pour retourner au point de départ.”
Grisby, après avoir demandé aux enfants (mineurs) de récolter quelques feuilles séchées pour faire des pagayes, rassure les vieux en prédisant le retour dans trois heures par le vortex engouffré dont on voit les remous à une centaine de mètres de la plage. Les cabines ovales flottantes repartiront comme elles sont venues. En gardant les fenêtres ouvertes au dessus de la surface , de bons pagayeurs pourront les amener jusqu’au seuil du tourbillon qui les renverra à domicile.
Les majeurs ne contestent rien , vu la situation . Ils vont à la cueillette des rames pour manifester leur solidarité. Robert s' assure de l’étanchéité des voitures. Jeanne, allongée dans un pli de dune, profite un peu du soleil, si agréable en ce moment.
Au centre de l’atoll, une lagune s’étend. Un petit groupe d’aventurier marche sans s’immerger plus haut que les genoux. Dans les amas de rochers, un tumulus émerge exactement comme une pyramide.
Grisby intervient :" Il va falloir entrer à l'intérieur".
Les gamins, avec entrain, se mettent à fouiller le tertre et finissent par trouver l’endroit où entrer. –" Qui va chercher le trésor ? "crie Grisby, moins audacieux, avant de tomber évanoui, une fléchette soporifique dans la joue. Les trois garçons s’effondrent également un à un, le temps d’échanger un regard d’étonnement.
Gardemiel, la sarbacane rangée, s’approche de la cavité. Il allume un cierge et s’introduit à l’intérieur. Il en ressort en ricanant avec, dans les mains, un artéfact en Or. Il le pose dans sa sacoche pour déplacer les corps endormis à l’intérieur de la « tombe ». La fissure se referme derrière lui.
En hurlant et gesticulant, traînant son sac alourdi, le vieux félon accourt, fuyant un feu d’artifice provoqué. IL crie:" Les enfants et le singe ont péris dans un cratère de feu. Vite ! fuyons!"
Robert, reprend ses attributions . Il décide d’embarquer tout le monde à suivre les indications de Grisby pour le retour. Mademoiselle Jeanne insiste pour retrouver les enfants perdus. Elle ne pouvait rentrer à Dinant , sans eux. Robert tente de la convaincre. Ils avaient seulement le temps de sauver les survivants . Elle ne pouvait sacrifier la totalité du groupe pour une cause perdue d’avance.
Le retour est exécuté selon les démarches adéquates prévues, jusqu'à l’arrivée dans les grottes de Dinant.
Tourmentée par l’annonce à fournir aux autorités et aux parents des disparus, Mademoiselle Jeanne tente de concerner Gardemiel, . Il était le dernier témoin. Mais une urgence le réclamait chez lui, il n’avait pas le temps de tergiverser. Il verrait les parents plus tard...
C’est la mort dans l’âme que Jeanne rentre dans sa classe au fond de l'école avec les enfants, accueillis par Dany, Carly et Pol questionnant : -Vous avez retrouvé Grisby ?
L'institutrice ne peut réprimer sa joie en embrassant à maintes reprises ses trois garnements. "-comment êtes vous revenus, les enfants?"
" Grisby nous a réveillés dans le bateau du vieux corsaire que nous construisons pour la fête de l'école. Il est parti à la recherche de GDM qui a subtilisé une pièce essentielle à la survie de son espèce."
La cloche de la cour de récréation se met à carillonner pour clôturer la journée et la demoiselle, détendue énonce avec concision:" - Les enfants, fermez vos cahiers de lecture après avoir mis le signet devant le chapitre - le retour de Grisby- Ensuite former le rang pour sortir de la classe.

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très court
252

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Bonjour, merci de soutenir mon poème en final
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/je-tresse-lodeur

·
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
J'ai beaucoup aimé ...un rien surréaliste ..et ..c'est super de passer au delà des réalités ..
·
Image de Elisabeth Mondoloni
Elisabeth Mondoloni · il y a
je viens de voter,histoire décalée,a plus,bonne chance
·
Image de John R.
John R. · il y a
Quelle aventure, menée tambour battant !
·
Image de Bernard Baudour
Bernard Baudour · il y a
Bravo!
·
Image de Luc Michel
Luc Michel · il y a
Humour et déjanté !
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Lol complètement déjanté ;-)
C’est excellent. Bravo

·
Image de Eliza
Eliza · il y a
J'ai beaucoup aimé mais regretté la fin. Ne pouvait-on rester dans le domaine de l'extraordinaire ?
·
Image de Polotol
Polotol · il y a
Besoin de caractères disponibles pour concrétiser la fantasy?!
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Une belle aventure entre rêves et réalité ?
·
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Bonne chance
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Lutter pour la vie n’avait plus de sens, nulle part. Les adversaires se confondaient avec les alliés, les amis, la famille. Aux fêtes de Noël , un comble . Aucune coalition n’était plus ...