2
min

Terminus

Image de Emile B.

Emile B.

33 lectures

16

Aujourd'hui, c'est mon dernier trajet. Je suis partagé entre mélancolie et soulagement. Les années sont passées vite. Trop vite. Il y a 40 ans, j'étais un bijou technique. On ne parlait que de moi. Aujourd'hui, un petit écran de la taille d'une main est capable d'aller plus vite que moi. Les temps changent. Les hommes aussi. Mais moi, non. Depuis mon premier jour de service, je n'ai pas changé. Je n'ai jamais failli à ma tâche. De très tôt le matin, jusqu'à tard le soir.
Je m’arrête, puis je repars. Ici, je prends mon temps, là je me presse. Je prends des raccourcis forcés, et parfois je me vois interdire l’accès aux rails. Les jours passent, et je fatigue. Il faut dire qu’on ne me ménage plus depuis bien longtemps. La charge de travail est croissante avec les années. Et je ne rajeunis pas. Au contraire. Les contrôles techniques se démultiplient, et les bilans des examens sont de moins en moins en ma faveur. Le mois dernier, trois jours se sont écoulés avant que je puisse à nouveau gambader sur les rails. Trois longues journées, enfermé, forcé de faire les cent roues. Il m'arrive, par inadvertance, de pousser quelques soupirs en fin de journée, lors de mon dernier passage, ou alors tôt le matin, lorsque je commence le service. Je me vois être délaissé au profit des petits nouveaux : je sens bien qu’on me prête moins d’attention. C’est sûr que les petits nouveaux, ils vont plus vite que moi. C’est évidemment. Mais ils ne connaissent pas la route aussi bien que moi. Et ils ne la connaîtront jamais aussi bien que moi, d’ailleurs. Les vieux loubards comme moi, on en fait plus. Je le constate. Déjà d'un point de vue extérieur. Les nouveaux n'ont pas la même allure que moi et mes collègues. Rien à voir. Et puis surtout, ils sont pas formés pareil. On leur a appris à être plus rapide, plus efficace, plus à même de supporter une charge de travail élevée. On leur a appris à être performants. Alors que moi, rien. On m'a mis directement sur les rails, et j'ai dû apprendre tout ce que je sais sur le tas.
Je fatigue de plus en plus. Mes clients sont de moins en moins aimables, déjà entre eux-mêmes, mais surtout envers moi. En quarante ans, j’en ai vu de toutes sortes : des petits, des grands, des hommes, des femmes, des lève-tôt, des couche-tard, des pressés, des détendus, des voyageurs, des travailleurs, des jeunes, des vieux... Certains fument sur mon lieu de travail, d'autres laissent traîner toute sorte de cochonnerie. Ils se croient tout permis, ne font attention à rien, et osent venir se plaindre dès que je fais mal mon boulot. Deux petites minutes de retard ? Ils crient au scandale. J’aimerais bien les voir à ma place, ces râleurs. Qu’ils essayent de maintenir la même cadence que moi. Car qu'on se le dise : la vraie pénibilité de mon travail, c'est vraiment mes usagers. Pas un pour rattraper l'autre. Ils sont pires que les petits nouveaux.
La journée touche à sa fin. Mon service aussi. Au prochain arrêt, ce sera mon terminus. Encore quelques rails, avant de disparaître de la vue de ces usagers ingrats. Je ne ressortirai surement que d’ici une soixantaine d’années, pour mon centenaire. Mais d’ici là, je prends une pause bien méritée.

PRIX

Image de Les 40 ans du RER

Thèmes

Image de Très très courts
16

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
Les objets ont-ils une âme ? Et les trains ? Allez savoir...
·
Image de Emile B.
Emile B. · il y a
Peut être une idée à développer dans votre prochaine oeuvre de SF
·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
Tu ne crois pas si bien dire, le chapitre 3 entame un débat sur la conscience ou l’inconscience des androïdes de fabrication humaine.
·
Image de Partner
Partner · il y a
Et oui, il doit en avoir plein les roues, mais à force, les rails sont devenus ses copains. Avec tous ces trimestres, il va toucher une bonne retraite, surtout qu'à la RATP ils ont la retraite à 50 ans alors il va avoir une sacrée surcote.
·
Image de Emile B.
Emile B. · il y a
Vous complétez très bien l'histoire !
·
Image de Jeannoubaudson
Jeannoubaudson · il y a
Quelle belle écriture ! Mes voix. Si le coeur vous en dit, passez lire "le regard".
·
Image de Emile B.
Emile B. · il y a
Merci ! Avec plaisir
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre bien écrite et réussie ! Une invitation à lire et soutenir “ De l’Autre Côté de Notre Monde” qui est en lice pour la Matinale en Cavale. Merci d’avance et bonne soirée!
·
Image de Emile B.
Emile B. · il y a
Merci de votre soutien ! Je lis votre nouvelle dès que possible !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup de votre soutien, Emile ! Bonne journée !
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Excellent récit fort bien réussi. Vous avez les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir ses deux poèmes "sur un air de guitare" retenu pour le prix hiver catégorie poésie et "j'avais l'soleil au fond de yeux " de la matinale en cavale. Bonne chance à vous. http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/javais-lsoleil-au-fond-des-yeux
·
Image de Emile B.
Emile B. · il y a
Merci pour ce compliment ! Hâte de lire vos poèmes aux titres alléchants !
·