2
min

Tendres glapissements

Image de Max

Max

26 lectures

0

La nuit était avancée et la voute céleste constellée d’étoiles. Moment particulièrement apprécié par Max, qui cheminait sur la voie romaine située sur les hauteurs du village. Quand soudain des glapissements le tiraient de ses rêveries.
L’endroit est boisé et le chemin bordé de chaque côté d’un talus, lieu de prédilection des renards et des blaireaux pour y creuser leur tanière. Max a l’odorat développé. Les effluves et les glapissements ne laissaient aucun doute sur leur origine. Un des terriers abrite une portée de renardeaux.
Pour en être persuadé, Max prit la décision d’interrompre sa promenade pour se mettre à l’affût derrière un gros robinier. Au bout d’une bonne heure, il eut la preuve de sa supposition. La renarde approcha avec grande méfiance du terrier. Probablement avait-elle flairé la présence d’un intrus ?
La magie du clair-obscur de la nuit
Enfin, elle posa sa proie devant le terrier. À ma grande surprise, un renardeau pointa sa mignonne truffe à la sortie de la tanière, suivi par ses quatre frères ou sœurs. Difficile d’être affirmatif sur le sexe des cinq renardeaux dans la magie du clair-obscur de la nuit.
Instant magique et surtout un moment inoubliable qui vous remplit le cœur de bonheur. Max sait que ces instants sont volés à l’intimidé de la vie sauvage. Pour observer des animaux dans leur milieu naturel une grande discrétion s’impose pour ne pas les déranger. Cette remarque s’applique à l’observation des oiseaux comme aux mammifères.
Voilà les cinq renardeaux qui tournent énergiquement autour de leur mère pour quémander leur nourriture. Pas facile pour la renarde de rassasier la faim de sa progéniture. Elle déchiquette sa proie, probablement un campagnol, qu’elle dépose devant chacun de ses petits avec difficulté sous leur excitation. Des petits êtres adorables et des cibles faciles pour des gens mal intentionnés.
La renarde a effectué d’incessants va-et-vient entre le terrier et son terrain de chasse durant la nuit pour satisfaire la voracité de sa descendance.
Vers trois heures du matin, Max, les jambes engourdies, a pris la décision de lever l’affût, néanmoins pour y revenir durant plusieurs semaines. Les renardeaux ont grandi et pris de plus en plus d’assurance et ont commencé à chasser autour du terrier, notamment des hannetons au vol.

Nous nous parlons avec le cœur
Max nous le connaissons, il nous rend régulièrement visite. Il se cache pour nous observer. Nous faisons semblant de ne pas le voir, car nous n’avons rien à craindre de sa part, c’est devenu notre ami. Nous nous parlons avec le cœur.
Mes renardeaux l’avoisinent, curieux comme ils sont. Le petit dernier lui a mordillé les chaussures. Max, heureux, a souri sans faire le moindre geste. Et pour tout vous avouer, l’aîné lui a volé une sandale qu’il a ramenée jusque devant le terrier. Mes petits sont joueurs et leur curiosité téméraire les pousse à inspecter les objets les plus hétéroclites y compris les pièges qui leur sont parfois fatals. Nous avons confiance en Max, il ne dévoilera pas le lieu où se situe notre tanière.

Enfin les renardeaux chassent seuls et dans quelques semaines ils seront autonomes. Ils devront alors quitter le territoire des parents et sillonner la campagne pour s’établir dans d’autres lieux et l’année prochaine ils formeront leur propre famille. Ainsi va la vie des renards, si l’on veut bien les laisser vivre.
Max
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,