2075 lectures

808

FINALISTE
Sélection Jury

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Nous avons beaucoup apprécié la poésie de ce texte, évocateur d'instants précieux et de doux sentiments. On ressent une émotion envahir la ...

Lire la suite
Je me suis souvent dit que la langue française manquait cruellement de vocabulaire.
Nous avons de jolis mots, c’est vrai : ivresse, funambule, mélancolie, éphémère, nuage, clapotis, libellule... Mais les plus jolis mots du monde demeurent intraduisibles.

Comment se fait-il qu’une si belle langue que la nôtre n’ait pas de mot pour désigner le reflet de la lune sur la surface de l’eau ou pour évoquer le plaisir de se réchauffer au coin du feu ? Plus inspirés probablement, les Turcs ont inventé le premier, yakamoz, et les Norvégiens le second, peiskos.

Dans mon dictionnaire de la langue idéale, j’emprunterais également au portugais cafuné, ce geste tendre de quelqu’un qui fait glisser ses doigts dans les cheveux de l’autre, et au japonais mono-no-aware, ce sentiment à la fois doux et amer, empreint d’une poésie vaporeuse, que l’on éprouve parfois au crépuscule, durant les longs voyages en train ou en contemplant une pluie torrentielle... Au néerlandais, j’emprunterais uitwaaien, marcher dans le vent pour le plaisir, et à l’inuit iktsuarpok, aller dehors pour voir si quelqu’un vient. J’irais chercher sur la Terre de Feu le mot mamihlapinatapai pour évoquer ce regard riche en signification échangé sans un mot par deux personnes dont aucune n’ose faire le premier pas, et sur l’Île de Pâques manabamàte, cette perte d’appétit éprouvée lorsqu’on est en train de tomber amoureux. Je prendrais à l’allemand heimat, cet attachement profond pour un endroit auquel on se sent appartenir et à l’indonésien jayus, qui évoque une blague si mal racontée qu’on ne peut s’empêcher de rire en l’écoutant.

Mais aujourd’hui, pour embellir ce dictionnaire, je cherche un mot que je n’ai encore trouvé dans aucune langue.
Un mot pour décrire cette immense reconnaissance à la vie quand je te regarde grandir, ce profond sentiment d’amour lorsque tes petits doigts s’accrochent aux miens, cette force que tu me donnes quand tu me souris, cet émerveillement face à chacune de tes prouesses, cet étonnement de te voir à la fois si petit et si grand... Dans ce mot, il y aurait aussi cette confiance que tu m’as offerte en faisant de moi une mère, cette belle responsabilité que tu m’accordes lorsque tes pleurs cessent dans mes bras, mais aussi cette fragilité devant tant de vulnérabilité ; enfin l’envie d’être toujours là pour te protéger.

Un mot pour décrire tout cela à la fois, un mot dont j’ai besoin chaque jour. Un mot dont les couleurs s’étofferaient au fil du temps, dont la puissance résonnerait à l’infini.

Si ce mot n’existe nulle part, alors je prendrais les lettres de ton prénom, je les mélangerais à la manière dont tu fais chavirer mon cœur, et j’inventerais pour toi ce nouveau mot : teetohmi.

PRIX

Image de Été 2018
808

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de EdgarB
EdgarB · il y a
Belle réflexion sur les langues, les mots, la traduction et l'intraduisible...
J'imagine que vous connaissez Dire presque la même chose d'Umberto Eco.

·
Image de Rafiki
Rafiki · il y a
Un texte empreint de culture. Qui sait, peut-être que certains des mots que vous citez finiront par entrer dans le dictionnaire comme emprunts. Merci pour ce voyage express à travers les langues. La fin est plus tendre, plus personelle aussi. Une belle découverte de votre page par ce texte.
Je vous dépose une invitation pour "L'ocre de la terre" si l'envie vous prend. Meilleurs voeux d'écriture pour cette nouvelle année.

·
Image de Jkalonji
Jkalonji · il y a
Que c'est beau
·
Image de Pauline Zemoon
Pauline Zemoon · il y a
Merci beaucoup Jkalonji pour votre lecture !
·
Image de Adjibaba
Adjibaba · il y a
On sent de la tendresse dans chacun de vos mots.
Je m'abonne !

·
Image de Pauline Zemoon
Pauline Zemoon · il y a
Merci infiniment Adjibaba !
·
Image de JACB
JACB · il y a
Un moment de grâce que de vous lire Pauline ! Il est si tendre ce mot dont le code inventé fait sens dans tous les coeurs de maman. Mes compliments.
·
Image de Pauline Zemoon
Pauline Zemoon · il y a
Merci infiniment JACB pour votre lecture et cette jolie appréciation qui me touche beaucoup !
·
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Bonjour, mon poème arrive en final merci de soutenir
·
Image de Cesse
Cesse · il y a
j'ai le souvenir d'un reportage télévisuel sur une tribu esseulée, coupée des humains, et des progrès de la civilisation et à la question posée par l'aventurier journaliste sur ce qu'il leur manquait, aucune traduction n'était possible; le mot "manquer" leur manquait....à jamais les liens uniques de l'homme au monde sont configurés par le langage...d'où l'effroyable question :comment vivre si les mots des autres nous disent plus qu'ils nous parlent...ici je ressens dans ce texte ce qui fait "l'homme" c'est de libérer l'autre des langages codés....que d'amour du monde et de la vie...
·
Image de Pauline Zemoon
Pauline Zemoon · il y a
Merci infiniment Cesse pour votre lecture et votre commentaire qui me va droit au coeur !
·
Image de Yacine Zerkoun
Yacine Zerkoun · il y a
Moi qui aime les langues étrangères!
·
Image de Magalune
Magalune · il y a
ET hop, voilà une lacune de comblée dans le dictionnaire. Tendre texte.
·
Image de Pauline Zemoon
Pauline Zemoon · il y a
Merci Magalune !
·
Image de Mod
Mod · il y a
Comme il doit être mignon ce petit Thimothée !!!
·
Image de Pauline Zemoon
Pauline Zemoon · il y a
Merci beaucoup Mod pour votre lecture et votre petit mot :)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème