31 lectures

9

Je t’attends pendant toute la réunion du service client, mais tu ne viens pas à la réunion « service client ».
Je te cherche dans l’ascenseur mais tu n’es plus dans l’ascenseur.
Je regarde ta place de parking : ta place de parking est vide car tu n’es pas stationnée sur ta place de parking, une place de parking attribuée par ton entreprise.
Je demande à ton entreprise qui est aussi mon entreprise si tu es là mais tu n’es pas là et personne ne sait où tu es et tu risques d’ailleurs de te faire renvoyer : tu n’as droit à aucun congé. Ni congé maladie, ni congé payé, même pas congé maternité, tu dois être là, toujours présente, la nuit, le jour, le matin, le midi, le soir et tu n’as pas le droit d’être morte, même un ou deux jours.
Je téléphone chez toi mais tu n’es pas chez toi, mais qu’est-ce que j’en sais, tu es mobile comme ton téléphone, alors je continue à téléphoner mais d’un coup la ligne n’est pas attribuée ou plus attribuée, qu’est-ce que j’en sais : forfait explosé ou facture impayée.
Je sonne à la porte de ton appartement, il y a quelqu’un mais ce n’est pas toi, c’est quelqu’un d’autre qui vient juste de s’installer, qui ne sait rien, qui ne t’as jamais vu, qui ne sait même pas que tu existes mais qui a fredonné au moins une fois dans sa vie « Et si tu n’existais pas », une fois ou beaucoup plus, c’est très probable mais qu’est-ce que j’en sais : il faudrait faire un sondage beaucoup plus sérieux.
Je téléphone à la police mais ils font grève peut-être parce qu’ils ne t’ont jamais vue pour de vrai et du coup, ne répondent pas. Le mouvement est très suivi car tous veulent te voir pour de vrai, vraiment.
Je montre ta photographie aux passants de ton ancienne rue mais personne ne sait rien parce tous se sont juste installés la veille, ils ne sont pas du quartier, ils sont nouveaux dans la ville et attentent les vœux du maire avec une impatience non dissimulée et pestent contre les policiers grévistes, en particulier contre ceux qui souhaitent te voir en vrai, c’est-à-dire tous les policiers et pas seulement ceux de la ville ; ceux du monde entier.
Je placarde ta photographie partout avec mon numéro de téléphone mais je perds mon téléphone, je m’en fous il était démodé alors je rachète un téléphone dernier cri et je placarde à nouveau les photocopies de ta photographie tirées à deux cent mille exemplaires avec mon nouveau numéro de téléphone et personne ne me contacte mais qu’est-ce que j’en sais : je me rends compte qu’on m’a dérobé mon téléphone dernier cri et je ne prends même pas la peine d’aller porter plainte car la police est en grève et ils arrêteront ça lorsqu’ils t’auront vue en vrai et vraiment.
Je croise un chien errant et je lui fais flairer ta photographie et le chien se fout de ma gueule parce que ce genre de méthode c’est dépassé : pourquoi tu ne lui téléphone pas ? Il me balance ça et je n’en suis pas étonné, juste un passant qui me demande sidéré : « Ben votre chien, il parle ? C’est dingue ! ». Je lui explique très rapidement que ce n’était pas mon chien, juste une connaissance éloignée. Et je finis par le mordre car il est trop collant, ce passant. Alors, il me fout la paix et court se faire vacciner, la rage, il n’y avait jamais songé.
Avec patience, je parcours chaque rue, je visite chaque quartier, chaque ville, chaque pays. Tout cela prend des années. Et un jour, alors que jamais je ne pensais te retrouver, je te découvre dans un parc : tu es assise sur un banc, tu es sale, tu es clocharde, mendiante édentée, condamnée à pisser dans la rue, personne ne te voit plus même la police toujours en grève. Moi je te vois et c’est heureux, et tu me vois aussi car je suis devenu comme toi pour te retrouver, n’ayant droit à aucun congé, c’était la solution la plus adaptée. C’était la solution pour s’aimer pour de vrai.
9

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Tous les moyens et tous les mots sont bons pour parler d'amour !
Pour moi , ce texte est un beau poème d'amour .

·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Très gentil de prendre le temps de me lire. Bon week-end...
·
Image de Amicxjo
Amicxjo · il y a
chouette récit
j'ai écrit 8 bouquins mais j'en offre
mes copains aiment j'en vend très peu, comme dit PierreYves ci-dessous on s'en fiche
on partage le plaisir de lire et d'ecrire
bravo continuez et merci de m'avoir lu
ici mes bouquins gratuits en audiolecture
https://e-nautia.com/amicxjo/disk?f=3084234

·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Merci beaucoup. Oui, je compte publier aussi un recueil de nouvelles. En 2020. Mais ça fait dix ans que je dis ça. Un tirage très limité en autoédition, pour les amis, essentiellement.
·
Image de PierreYves
PierreYves · il y a
Très bon, ce texte. On en voit des comme çà passer sous le radar du comité de lecture, mais bon, le concours, on s'en fiche :)
·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
C'est vrai, je m'en fiche un peu et d'ailleurs, je n'avais pas pris la peine de l'envoyer à un prix quelconque. Je m'efforce de le faire, désormais. sans réel succès. Bonne journée...
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Un petit rien et tout bascule. Un récit étonnant, déroutant, touchant.
·
Image de Albatross
Albatross · il y a
Très beau texte qui nous fait rappeler que les sdf doivent être vus. Bravo
·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
J'ai été SDF, pas longtemps ; juste huit mois dans la rue, le froid, la faim, l'angoisse, je puais, j'ai bu lorsque je pouvais. Huit mois seulement mais je me réveille encore la nuit tout étonné, tout surpris d'être dans un bon lit, le mien. C'était en 1996, il y a une éternité. Mais parfois, en faisant les courses, j'achète plusieurs kilos de riz, bref, j'ai toujours peur de manquer, de tomber malade, de perdre mon boulot (mal payé). Toutes les cinq ou dix minutes, j'ai ce tic : je palpe ma poche pour être certain d'avoir mes clefs et je trouve ça tellement étrange d'avoir les clefs d'un espace à soi. Etrange. Mais tout va si bien, là, maintenant !
·
Image de Amicxjo
Amicxjo · il y a
j'ai fréquenté et je fréquente encore un peu les naufragés de notre belle civilisation néolibérale à La Croix rouge
tout le monde n'est pas premier de cordée, ni énarque mais personne ne méritent le mépris des riches et des politiciens envers les malchanceux
amicalement

·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Merci
·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Bah, rions quand même, un peu, beaucoup...
·
Image de Raymond De Raider
Raymond De Raider · il y a
Bah, rions quand même, un peu, beaucoup...
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Ben je voulais rire mais non en fait. Très émue par ce récit.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème