Te laisser mourir

il y a
2 min
552
lectures
45
En compétition

Je veux écrire la vie : dire l'amour et la désespérance, les rires et les deuils, l'ironie du sort et le déchirement des départs, bien mélanger le tout jusqu'à perte totale de signification  [+]

Image de Printemps 2021
Te laisser mourir, c’est ce sourire arraché, ces mots creux, mensongers en fermant la porte de ta chambre d’hôpital. C’est obéir aux patientes infirmières, dont la compassion usée sonne toujours un peu faux, qui disent, allons madame, il faut laisser votre papa, maintenant, il est fatigué, et les visites sont terminées. C’est être soulagée d’être obligée de te quitter.
Te laisser mourir, c’est me retrouver seule dans le parking de la clinique, respirer l’air frais, me sentir un peu mieux, et m’en vouloir aussitôt de ce faible mieux-être, car il t’est refusé. C’est marcher un peu trop vite, d’un pas qui ressemble à une fuite, que ne justifie pas la douceur de la nuit.
Te laisser mourir, c’est renoncer à mon adoration de petite fille, c’est me heurter avec une rage enfantine contre le mur adulte de la vie qui s’éteint. Mon papa fort qui partait travailler, mon papa qui sentait bon l’after-shave, mon papa heureux des vacances à la mer.
Tu meurs et moi je marche, je fais des gestes machinaux, je ferme mon manteau, je cherche mes clés dans mon sac, je retrouve le réflexe physique de conduire, mon corps revient et redevient, il est trop vivant quand le tien s’amenuise. Plus tard, j’aurai faim, j’aurai sommeil, j’aurai honte.
Te laisser mourir, c’est m’accrocher à la branche minuscule qui me retient le long de la falaise, tandis que je pressens le long souffle de ta chute silencieuse. C’est prendre conscience que je vais te survivre, que ma vie créée par toi va continuer sans l’ombre protectrice de la tienne, que désormais je vais être seule, en plein soleil.
Te laisser mourir, c’est muer celui que tu étais en une circonstance concrète, une série de coups de fil et de condoléances, d’attitudes attendues que je respecterai sans imagination, en vertu d’un légitime épuisement.
Te laisser mourir, c’est la haïssable envie que tu sois déjà mort, que tout soit terminé, que la vie de tous les jours reprenne, c’est la hâte abominable de pouvoir commencer à t’oublier. C’est regarder la route à m’en brûler les yeux, pour ne pas voir ce que je laisse derrière moi.
Te laisser mourir, c’est vouloir te dire que je t’aime, que tu as été un bon papa, et garder ces mots essentiels prisonniers. C’est me justifier en disant qu’il ne faut pas que tu paniques, c’est te protéger de l’idée de ta fin, dont tu vibres pourtant dans chacune de tes cellules, qui envahit toute ton âme. C’est te refuser la vérité, au moment le plus authentique de ton existence.
Te laisser mourir, c’est taire ce que je voudrais hurler, combien je suis désolée que ta vie s’achève comme cela, si loin de tout ce que tu aimais, dans une chambre crue, avec des tuyaux dans le bras, sans même pouvoir te retourner dans ton lit. Désolée que tout n’aboutisse qu’à cela, finalement.
Te laisser mourir, c’est me boucher les oreilles face à ta terreur absolue, c’est réclamer aux médecins qu’on te « donne quelque chose » pour calmer le bruit assourdissant de la vie qui te quitte.
Te laisser mourir, c’est accéder à l’égoïsme suprême et lâche, celui qui s’avère atrocement nécessaire. C’est me dire que ce n’est pas moi qui meurs, que je ne souffre que dans la mesure de mon amour pour toi, et que donc je peux atténuer mes sentiments, les nier, les mettre dans un sac d’oubli, bien fermé par un cordon définitif : l’excuse de la nécessité de vivre sans toi, de continuer malgré tout.
Tout le monde me comprendra. On me trouvera courageuse.
45

Un petit mot pour l'auteur ? 81 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Bravo et merci pour ce texte très touchant ...
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci d'être venu le découvrir.
Image de N Louison
N Louison · il y a
Un très beau texte, qui ne laisse pas indifférent, l'émotion est là.
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci d'être venu me lire !
Image de Laurence DEBRIL
Laurence DEBRIL · il y a
Votre texte résonne incroyablement en moi.
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci Laurence, c'est un retour qui me touche.
Image de Juliette Makubowski
Juliette Makubowski · il y a
Que d’amour dans ce magnifique adieu.
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci de cet émouvant commentaire, Juliette.
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
J’avais mis un p’tit cœur, je ne sais plus quand.
Je n’avais pas mis de mots... parce que trop émue. Et là, je vais essayer d’en écrire mais c’est dur. C’est tellement, tellement...
Mon Dieu comme c’est beau !

Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci Hortense, je suis très touchée par vos mots.
Image de Marie Guzman
Marie Guzman · il y a
quand un être aimé s'en va, le deuil est difficilement imaginable
que ce soit une mort physique ou d'absence, l'autre n'est plus lâ il faut faire juste avec soi
j'aime beaucoup votre plume poétique derrière une prose qui se veut tranquille mais qui a écouté indéniablement les voix humaines

Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci Marie, comme c'est joliment exprimé !
Image de Ama R
Ama R · il y a
Emouvant car tellement vrai. Il fallait des mots pour l'exprimer et vous le faites pour nous, pour tous ceux qui ont vécu ce passage.
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci de ce retour touchant, Ama !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un texte très courageux et poignant (beau mais difficile à lire sans pleurer)
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
En écrivant et en lisant, je me demande toujours : c'est quoi le but ? On cherche quoi avec nos histoires ? A parler de soi, c'est évident, je pense qu'on écrit, tous, d'abord pour soi-même, mais plus loin ? A susciter des émotions chez nos lecteurs ? Les faire pleurer c'est bien ? C'est inutile ? C'est nécessaire ? Bon, je m'arrête là ... :) Merci de votre lecture.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Cela n’était pas une critique, juste une constatation des résonances que le texte suscite. Chacun fait comme il le sent en tant qu’auteur, et ressent comme il peut en tant que lecteur.
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Je ne l'ai pas pris comme une critique, mais c'est vrai que je me pose souvent la question : autant je suis persuadée que c'est bien et utile de faire rire les gens, de leur apporter des émotions positives, de l'espoir, de l'optimisme, autant je me demande si un texte comme celui-ci est utile ...Mais apparemment oui, vu les commentaires reçus. Et comme vous dites, chacun ressent les choses à sa manière ...
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
À quoi servirait le rire si on ne savait pas pleurer.
Image de Cécile Guyot
Cécile Guyot · il y a
Pchiou 😭😭😭😭 tripes nouées et larmes sur mes joues... 🥺
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci de votre lecture Cécile.
Image de Théo Gaquère
Théo Gaquère · il y a
C'est une magnifique description d'un sentiment horrible mais purement humain face à une situation pareil! Super moment passé à lire ce texte!
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci d'avoir aimé ce texte, Théo !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Anja

Aliénor Oval

Au milieu des immeubles vertigineux et innombrables de la cité grise, Anja avance avec sa mère, les cheveux gonflés par le vent qui s’engouffre aussi sous sa robe en coton jaune, sa préférée... [+]