Sylvia

il y a
2 min
618
lectures
27
Qualifié

Pyrale au portillon, parade de papillon Au gré du janissaire, contrevient le faussaire Vers où cingler plus fort ? verrou drelin la mort.  [+]

Image de Été 2021
Une figure se montre à la fenêtre. Hurlante torturée. Une femme d'une quarantaine d'années. Une brune portant un vêtement rouge. Elle m'appelle en agitant les bras, paniquée. J'suis en train de traverser le salon avec une tasse de café. Aujourd'hui, on est mercredi. Quatorze heures. Mon heure préférée, juste après le repas quand je m'assois avec un livre. La tasse me tombe des mains. Je regarde la porcelaine brisée. Elle paraît flotter dans une petite mare noire qui s'étale sur le carrelage blanc. La femme continue de hurler. J'me précipite vers la porte-fenêtre : « Par pitié, sauvez-moi, je vous en prie, s'ils me trouvent, je suis foutue... madame... j'vous en supplie... vous êtes ma dernière chance... ». Notre pavillon est le seul de la cité à ne pas être clôturé de murs. Funeste singularité. « Micheline, c'est le moment d'être courageuse et d'aider ton prochain, me dis-je en ouvrant plus grand la porte.
— Ah, merci madame, je vous dois la vie.
— Mais enfin, qu'est-ce qui se passe ?
— C'est mon mari, il me bat... il est avec des copains à lui... tous ils me cherchent. Cachez-moi, j'vous en prie. ». Elle n'a pas fini de parler qu'on entend des pas dans l'allée.
— Par ici... dépêchez-vous... entrez dans une chambre... cachez-vous dans la penderie... je m'occupe d'eux ».
La femme court vers les pièces situées à l'arrière du pavillon tandis que je me dirige vers la porte d'entrée. Sonnette et tambourinage, pas timides les gars. Ils sont deux, un musclé avec une barbe poivre et sel et un autre qui se tient derrière. « Bonjour madame, excusez du dérangement, nous cherchons Sylvia, une malade de notre unité d'urgence. Nous sommes en transfert, elle vient de nous faire faux bond et... on l'a vue se diriger vers là...
— Non, non, avant vous j'avais vu personne... elle a quoi comme maladie votre Sylvia ?
— En apparence, elle semble aussi normale que vous et moi.... C'est une forme sévère de bipolarité... elle serait capable de vous lacérer votre canapé, vos matelas, enfin... ce genre de chose, si elle s'introduisait chez vous...
Je sens ma résolution d'hospitalité vaciller sur sa base.
— Il vous est arrivé un petit accident ?
— Quoi ? Ah... Euh... oui, c'est le café, j'ai fait tomber la tasse... j'allais nettoyer quand vous êtes arrivés.
— Très bien, on va pas vous déranger plus longtemps.
— Vous avez une carte, un téléphone, quelque chose au cas où je croiserais votre Sylvia ?
— Sylvia ? Sylvia ? Madame demande une carte, j'lui donne "Police-Secours" ? L'homme éclate de rire en lorgnant vers les chambres.
J'ai le temps de me retourner. Je vois Sylvia, qui arrive tranquille, un sac dans chaque main, le visage éclairé d'un sourire goguenard. Après, j'me souviens pas. À cause du coup qu'j'prends derrière la tête. Quand je reviens à moi, ils sont tous partis et pas mal de mes objets précieux avec eux. Ils ont laissé un mot sur le tableau des courses : "Merci madame !"
27

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Roll Sisyphus
Roll Sisyphus · il y a
Reconnaissez Madame que voleur c'est un métier qui nécessite un savoir faire !
Et comme je suis bien élevé !
_ Re-Merci Madame !
P.S La montre était en toc.J'sais pas combien y vous l'ont vendue, mais...!

_____Merci pour cette affaire rondement menée.
_____Parfois, le malheur des uns fait sourire les autres !

Image de Félicie Lamravan
Félicie Lamravan · il y a
Merci Roll !
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Original ce texte!
Image de Félicie Lamravan
Félicie Lamravan · il y a
Merci Ombrage !

Vous aimerez aussi !