4
min

Survie

Image de Camille-Marie

Camille-Marie

273 lectures

111

Ils étaient arrivés casqués et froids et leurs armes implacables, effroyables , efficaces avaient saccagé son espace en une demi-journée de printemps.
Sa maison avait volé en éclats, il ne restait plus rien des lieux de son enfance tendre, douce, chaude , moelleuse. Un gigantesque arrachement : des pieux, des pics, des pointes , des briques morcelées.
Plus d'arbre creux, celui qu'il voyait chaque matin lorsqu'il ouvrait les yeux.
Il ne savait plus où étaient ses parents, ses frères et sa petite sœur...Morts, éventrés , déchiquetés...
Il avait été projeté contre un gras caillou, assommé mais vivant. Etourdi, assourdi mais en vie. Il avait de la chance, juste une petite plaie sur le thorax, un peu de sang qui coulait. Il savait que ce n'était pas grave : sa mère lui avait tout appris.
Il était resté là, hébété jusqu'au soir, tapis contre un rocher n'osant appeler, n'osant pleurer, vide. Il accueillait juste la fureur bruyante des hommes casqués qui le traversait .
Puis le silence était arrivé, d'un seul coup. Tranchant.
Sa mère lui avait parlé de survie. Il n'en comprenait pas le sens, mais confusément, savait.
Il devait trouver un refuge, boire « c'est vital » martelait sa mère avec autorité, manger, dormir, panser sa petite plaie au thorax qui saignait encore un peu.
Il se redressa et regarda les alentours. C'était une fin du monde, grise, glauque mais de l'autre côté de ce qui avait été un jardin, il aperçut la maison. Elle avait l'air intacte.
Le soir embaumé des tilleuls contrastait avec l'horreur de la situation : une scène de guerre au printemps reste une boucherie.
Il se dirigea comme il put dans la pénombre : il est vrai qu'il n'y voyait pas très bien la nuit. Son instinct le guidait. S'il arrivait jusqu'à la terrasse de la maison, il serait sauvé. SAUVE !
Quelques minutes plus tard, il pénétrait dans la propriété, foulant la terrasse aux dalles anthracites.
Encore quelques pas et il serait à la porte, demanderait de l'aide. Si les habitants étaient morts, eux aussi, il entrerait pour s'y cacher jusqu'au matin.
Une paire de cisailles entrant dans sa chair lui coupa la respiration.
...

Pour Doc Hyde ( le bien nommé), à chaque fois c'était la même chose : dès qu'il sentait comme une odeur de sang, une vague de plaisir déferlait dans ses tripes, ses poils se hérissaient, son souffle se faisait plus court. Son cerveau fonctionnait à plein régime. Son odorat se décuplait.
Il l'avait vu arriver et avait aussitôt repéré la petite plaie sur le thorax, ce sang qui perlait comme une fleur délicieuse.
Ce serait facile:il avait hâte de l'ouvrir en deux pour y découvrir un cœur encore palpitant...Il ne savait pas encore s'il le mangerait... Il frémit de plaisir.
Lorsqu'il avait foulé le bord de la terrasse, ses pupilles s'étaient réduites à deux fentes de prédateur...
Il l'avait surpris en lui infligeant une douleur aigüe et traîné à l'intérieur de la maison. Ils seraient seuls , il le savait. Il allait prendre son temps pour s'amuser.
Il laissa sa proie dans l'entrée sur le tapis. Elle gisait, presque morte.
« Non, pas encore. Pas maintenant. » souffla Doc Hyde.
Il décida d'aller dormir quelques heures, histoire de rêver un peu à ce qu'il allait lui faire.
...

La survie : il touchait du doigt ce que voulait dire sa mère. Il pensait avoir trouvé un refuge : au lieu de cela , il se retrouvait dans les griffes d'un psychopathe.
Survivre, Lui échapper. Quelqu'en soit le prix. Son corps n'était qu'une boule de souffrance, mais malgré tout, un souffle de vie le poussait à ne pas lâcher prise.
Il entreprit d'aller dans la cuisine. Il dev ait boire. Survie.
A l'opposé de la porte, il repéra ce qui ressemblait à une fontaine à chats. Il en avait vu de semblables.. Il remarqua aussi un petit espace dans l'angle du mur, des gâteaux à apéritifs restés là.
Survie, rapidité.
Pas de bruit de tuyauterie, de robinet : il but à la fontaine à chats. Sa gorge était en feu comme hérissée de fil barbelé. Il trempa les biscuits dans l'eau pour les ingérer plus facilement. Tous ses sens étaient en éveil. Il était aux aguets.
Pourtant, il ne s'attendait pas à cette présence vicieuse derrière lui. Il était là. Il l'observait avec gourmandise.
...
Dépité un instant de ne pas avoir trouvé sa proie sur le tapis, Doc Hyde avait finalement souri de plaisir à l'idée de jouer à cache-cache. Ca pimenterait le jeu... De toute façon, il en connaissait la fin.
Il s'était laissé guider jusqu'à la cuisine par cette capiteuse et poisseuse odeur de sang qui lui procurait tant de plaisir.
A présent, ils étaient face à face.
...
« Survie. Je dois fuir même si je dois y laisser des plumes »
Son thorax le brûlait. Il était à bout de force mais décida de ne pas céder à cette panique qui le submergeait de toutes parts.
Il envisagea l'anfractuosité de l'angle de la cuisine. C'était le seul moyen. Il allait y mourir étouffé mais entier.
Il ne finirait pas entre les griffes d'un tueur en série. Dans un ultime sursaut, il se plaqua le long du mur et se glissa dans la fente. Les parois l'écrasaient à présent et l'air lui manquait mais, au moins, il avait réussi à échapper à ce malade.
...
La colère montait. Doc Hyde était mauvais ce soir. Il avait sous estimé sa victime. et pourtant, combien d'âmes innocentes avait-il volé et avec quelle facilité!
Soit, il ne pouvait pas entrer dans cette cachette pour en extirper sa proie, lui bouffer la langue et les tripes.
Il attendait. Il était patient. le temps jouait pour lui.
Il s'installa pour manger un morceau.
...
La nuit était longue et plusieurs fois il manqua d'air. Ses membres étaient engourdis, ses yeux brûlaient à force d'examiner l'obscurité, son coeur allait exploser. il avait soif. L'odeur de ses excréments le dérangeait.
Il ne pensait plus, n'arrivait plus à retrouver les images de sa famille. Il allait mourir là, emmuré dans ce refuge qui était en fait un piège.
Au matin, il se produisit un événement qui fut décisif.
Une clé tourna dans la serrure...
...
Zut! Décidément ! Doc Hyde n'aimait pas être dérangé dans son travail. il s'éloigna de la cuisine d'un pas feutré et rapide. Il reviendrait plus tard...
...
Une femme entra dans la pièce. C'était la femme de ménage , il en était sûr. Quand elles arrivent, elles ouvrent les fenêtres. Pourvu qu'il ne se trompe pas. Il se prépara.
En effet, la femme ouvrit le fenêtre. Sans attendre, il s'y jeta. Survivre. Réactivité.
Une bouffée d'air frais balaya ses peurs. Il était sauvé!
....
" Depuis que le voisin a fait abattre tous les arbres de son parc, le chat n'arrête pas de ramener des oiseaux! Regardez-moi ça: il y a des miettes de gâteaux et des fientes partout!
Mais où il est passé encore Doc Hyde? Maudit chat..." bougonna la femme de ménage en refermant la fenêtre.
Une femme entra dans la pièce.
La nuit était longue

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
111

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lyriciste Nwar
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Une écriture originale bravo vous avez une belle plume
Je vous invite à lire mon poème en compétition https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/je-tresse-lodeur

·
Image de Potter
Potter · il y a
J'ai beaucoup apprécié ton texte, un grand merci !!!!
N'hésite pas à venir jeter un coup d’œil à mon dessin sur Harry Potter : https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/poudlard-3
J'ai besoin de ton soutien !!!!!!

·
Image de Camille-Marie
Camille-Marie · il y a
Merci pour le compmiment
·
Image de Potter
Potter · il y a
oui !!! n'hésite pas a passer !!!
·
Image de Nathalie George
Nathalie George · il y a
Belle histoire. Gros bisous isa
·
Image de Camille-Marie
Camille-Marie · il y a
Merci Nathalie! A bientôt pour d'autres aventures!
Bisrs

·
Image de Denis ory
Denis ory · il y a
Et bien une belle intrigue, mais qui finit bien.... chat m'aurait étonné du contraire.....Bravo chère Camille......
·
Image de Camille-Marie
Camille-Marie · il y a
Merci ,cher Denis! J'aime bien les happy end!
Mais ce qui compte c'est surtout ce qui se passe avant...

·
Image de Fabienne Reynier
Fabienne Reynier · il y a
superbe histoire ! bravo
·
Image de Camille-Marie
Camille-Marie · il y a
Merci beaucoup Fabienne. C'est avec plaisir que je vois que tu suis mes aventures !
A bientôt

·
Image de Nelly Mikula
Nelly Mikula · il y a
au debut je pensais à une abeille puis finalement j ai cru a une histoire d horreur et enfin j ai reconnue le mister jeckyl que je connais.
Mais la question n est elle pas , on est tous des petits oiseaux .....
merci pour cette histoire

·
Image de Camille-Marie
Camille-Marie · il y a
Merci Nelly ...Ta maison...quelle source d'inspiration!
·
Image de Floflo
Floflo · il y a
Bravo!! Belle histoire!!
·
Image de Camille-Marie
Camille-Marie · il y a
Merci.. Si ça fonctionne, je suis la plus heureuse!
·
Image de Floflo
Floflo · il y a

·
Image de Lucien
Lucien · il y a
Pour une chute....., comme un chat, l'auteure retombe... sur ses pattes!!
Bravo

·
Image de Camille-Marie
Camille-Marie · il y a
Merci Lucien!
C'est une vertu des chats qui me plait bien lorsque j'écris!

·
Image de Jmi
Jmi · il y a
Chat... alors.
·
Image de Camille-Marie
Camille-Marie · il y a
Merchi!
·