2
min

Sur son divan, je me répands

Image de Vincent Lahouze

Vincent Lahouze

206 lectures

26

Chaque semaine je m’assois face à elle

parfois elle porte une robe parfois elle porte un jean mais elle est toujours très belle parfois elle me regarde en souriant parfois elle ne sourit pas ça dépend de l’heure parfois elle penche la tête pour me saluer parfois c’est tout son corps qui se penche je me sens toujours à ma place j’enlève mon manteau je coupe mon portable c’est comme un rituel je m’assois face à elle elle s’assoit en face de moi parfois je ne dis rien pendant quelques minutes parfois elle m’encourage en souriant légèrement parfois elle attend que j’ose mais souvent je n’ose pas parfois elle écoute mes silences elle n’est pas oppressante elle attend tout simplement en passant parfois sa main dans les cheveux alors parfois je parle beaucoup et puis parfois je ne sais pas quoi dire parfois elle m’écoute les yeux brillants parfois elle a l’air soucieuse un peu ailleurs souvent j’ai peur de la déranger elle a une voix très douce je n’ai pas peur mais parfois elle m’intimide et puis quand je parle parfois elle secoue légèrement la tête parfois elle sourit doucement elle pose quelques questions qui me perforent puis elle regarde à l’intérieur elle a toujours les bons mots pour m’ouvrir en deux parfois elle ne dit rien elle attend que je me vide que le flot de pensées tâche le divan elle attend le bon moment

j’aime qu’elle me laisse dériver que mon regard caresse la pièce que je connais par coeur depuis trois ans rien ne change rien ne bouge parfois elle rit et c’est comme un arc en ciel sur les murs parfois elle a l’air fatiguée un peu triste mais je n’ose pas lui demander comment elle va je reste à ma place on parle du passé du présent de l’avenir de la mort de la vie des origines les racines les miroirs brisés les ombres déchirées de la Colombie de Rubiel du goût amer de vivre avec des fantômes on parle de ce que j’écris de mes failles narcissiques de mes erreurs de mes doutes de ma famille de mes choix de ma sexualité du travail des réseaux de votre regard de ce besoin de ne plus jamais être abandonné j’essaye de ne pas pleurer mais je sais que ça ne la dérangerait pas parfois je sens qu’elle me dissèque parfois je sens qu’elle me fouille qu’elle essaye de me faire sortir de moi-même que j’ose me révéler au monde parfois je baisse la garde parfois non ça dépend des jours

quand le temps est venu on se lève elle a l’air plus détendue parfois non on se serre la main parfois du bout des doigts je ne sais jamais comment lui serrer la main parfois j’ai envie de la prendre dans mes bras mais je reste à ma place on se donne rendez-vous et puis je quitte la pièce parfois j’ai envie de pleurer parfois je me sens bien parfois je me sens mal souvent sa voix résonne longtemps après souvent je me sens seul

alors j’attends de la revoir la semaine suivante pour m’asseoir à nouveau en face d’elle.

Vincent

Thèmes

Image de Très très courts
26

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Marco Wyn
Marco Wyn · il y a
ce flot d'idées et de sensations ... je ne m'étais même pas aperçu de l'absence de ponctuation !
·
Image de Noels
Noels · il y a
Bravo pour la démarche. Mais hélas, pour ce qui me concerne, je n'arrive pas à me passer totalement de la ponctuation. Au lieu de m'intéresser au texte, je ne pense qu'à essayer d'en instaurer une. Aïe ! Peut-être que je vieillis mal...
·
Image de JigoKu Kokoro
JigoKu Kokoro · il y a
Bonjour Vincent ( ^_^)
Il y a quelques auteurs qui aiment s'affranchir des codes ou briser les habitudes. Libre à vous donc d'écrire sans ponctuation s'il s'agit d'une volonté de votre part. J'aime l'originalité de l'idée (la ponctuation absente et le flot interrompu de pensées) cela donne plus de force au propos et c'est là, la base de votre projet. Reste que pour certains lecteurs comme moi pour qui la ponctuation permet les repères pour ne pas s'égarer (ou les dyslexiques par exemples) cela reste une épreuve à franchir. La demande de concentration est énorme et l'on perd un peu de la saveur du texte. Vous n'êtes pas le premier dont je lis un texte s'émargeant des codes habituels de typographie, j'ai eu l'occasion de lire des textes plutôt barré ( u_u). Toutefois, malgré la difficulté que cela a été pour moi de le lire, je peux reconnaître votre démarche d'auteur.
Au plaisir de vous lire et de vous retrouvez sur ma page à l'occasion ( ^_^).

·
Image de Alice
Alice · il y a
C'est un parti pris original... Mais celui-ci je n'ai pas réussi à le lire au dela du second paragraphe.. C'est un peu épuisant, il faut du soufle. Dommage, je ne saurai pas de quoi il en retourne :(
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
c'est beau ..et libre..on se pose où on veut comme dans le surréalisme et j'adore ce côté un peu destructurant de l'écriture
·
Image de James Wouaal
James Wouaal · il y a
Très beau texte, une version ponctuée serait intéressante... pour voir... Mais le charme de l'exercice est indéniable.
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Tres belle description d'une séance, avec une introspection honnête. Bel exercice.
·
Image de Vincent Lahouze
Vincent Lahouze · il y a
(Je sens que je vais encore bousculer les codes, mais oui j’aime bien parfois écrire sans ponctuation. L’écriture est libre, il n’y a pas de règles, au fond...

Bonne lecture ;)

·
Image de Isabelle Day
Isabelle Day · il y a
Tout à fait d’accord avec toi et je trouve le choix de la non-ponctuation particulièrement approprié pour ce texte. Comme un flot de paroles ininterrompues... Un texte court mais qu’on a envie de lire jusqu’à la fin. On se laisse emporter dans ces pensées...
·
Image de Christiane Tuffery
Christiane Tuffery · il y a
Et c'est un gain de temps inestimable :))
·
Image de Mathilde Nerphy
Mathilde Nerphy · il y a
En effet j'avais pas fait attention à la ponctuation comme quoi, c'est bien écrit et on se laisse transporter sans faire attention. Bravo, Vincent. Continue! :)
·