2
min

Sur la pointe des pieds

Image de Ange-line

Ange-line

21 lectures

0

04 septembre 2012


Il s'est levé avec moins de difficulté que je l'avais imaginé, il a mis ses beaux habits que nous avions choisi ensemble la veille, un joli bermuda en jean avec un élastique à la ceinture pour être plus à l'aise, un t-shirt jaune pâle et quelques inscription bleues auxquels nous avons pris soin d'enlever l'étiquette et une paire de basket neuve à scratch, il est beau mon fils et l'angoisse de la rentrée a fait place à un peu d'excitation, il s'est rendu à la cuisine et a même accepter de déjeuner un peu, pas beaucoup, une simple tranche briochée avec du cacao dessus comme moi quand j'étais petite,j'ai souris .

L'heure du départ arrivait, et j'ai ressenti un petit pincement au coeur, car l'école, la foule, les rires des autres enfants qui se transforment en cri, pour lui, l'appréhension de rencontrer son nouveau maître tout ce qui peut rendre euphorique un autre enfant le rend lui un peu plus angoissé, mais il fallait l'affronter cette première journée, et j'étais là, je le rassurerai, le câlinerai, ces petits gestes d'affection qui l'apaisent un peu.


A peine la voiture garée, voilà qu'il se précipite jusqu'à la grille de son école, en oubliant son cartable, son cartable si léger aujourd'hui mais qui aux fil des jours sera un peu plus lourd de souffrance.


Plus loin il a aperçu son copain. Ce petit garçon qui comme lui est différent. Je me sens mieux je sais qu'à deux on est plus fort;

"le loup on s'en fout contre lui nous seront deux".


Finalement je repart le coeur un plus léger, cette première matinée s'annonce belle.


Et puis c'est l'heure d'aller le chercher, il me tardait de savoir. C'était midi.

J'ai vu mon enfant sortir de la cour le sourire aux lèvres, j'étais soulagée, j'ai pris une profonde respiration et je suis allée à sa rencontre, heureuse de pouvoir le serrer dans mes bras.


C'était midi et puis ça été l'heure de repartir et puis l'angoisse est revenue, sournoise, vicieuse, malsaine, je la déteste tant cette chose qui s'empare de lui, sans que je puisse y faire grand chose, de plus en plus forte et moi de plus en plus faible face à elle.

Le loup se transforme en méchant sorcier,et je sais plus quelle incantation faire pour le combattre et le faire partir définitivement de sa vie, de nos vie à tous.


Il avait les mains sur son visage, les larmes se cessaient de couler, il me disait entre deux sanglots : s'il te plaît maman, s'il te plaît", "je ne sais pas pourquoi maman, je ne sais pas pourquoi ça me fait ça" "c'est pas normal maman".


J'aurai voulu le prendre et partir, loin, ailleurs, n'importe où, mais qu'est ce que cela changerai ?

Fuir le mal, ne pas l'affronter et le laisser seul maître de sa vie.

Non il fallait continuer coûte que coûte même si je suis fatiguée, même si des fois j'ai envie moi aussi de tout laisser tomber.

Alors j'ai pris mon fils par les épaules et je l'ai accompagné, sous le regard des mamans étonnées et surprises de voir un grand garçon de 9 ans en larmes, j'ai fait mine de ne pas entendre les messes basses certainement remplies de moqueries, les adultes sont parfois simplement stupide de juger un enfant, l'ignorance rend méchant

« L’ignorance, c’est la mort ; le savoir, c’est la vie. »

Mais eux ne savent rien, ni de ma vie ni de celle de mon fils , eux se veulent dogmatiques d'une chose qui les dépassent, qui les rendent sûre de ce qu'ils croient savoir.

Je suis rentrée dans la cour avec lui, il ne voulait pas voir les autres, c'était pas important j'étais là. La cloche a sonné, son ami, celui qui le comprend, celui qui est comme lui, est arrivé et inquiet lui a demandé ce qu'il avait et c'est avec des mots d'enfants qui lui a dit que ça allait aller, qu'il était avec lui maintenant. Ils sont partis ensemble les bras de Nicolas sur les épaules de mon fils.

Je les regardais partir, je suis restée un petit moment et je suis partie. En rentrant à la maison je suis me suis réfugiée à la cuisine et j'ai pleuré,encore.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,