Suis ta route et tais-toi

il y a
1 min
114
lectures
18
Finaliste
Jury
Image de 2016
Elle avance d'un pas décidé le long de la route qui serpente vers son lycée. Il ne faut surtout pas qu'elle soit en retard, il y a un contrôle de mathématiques en première heure. C'est important d'avoir de bonnes notes ; enfin, c'est ce que sa mère lui répète.
Il y a beaucoup de vent, ses cheveux d'un brun plutôt banal dansent sur ses épaules. Un oiseau vient virevolter à ses côtés.
Ève aurait bien aimé s'arrêter pour le contempler, mais pourtant il faut qu'elle poursuive sa route. Il ne faut surtout pas qu'elle soit en retard. Pourtant, quelques mètres plus loin, elle s'arrête.
Chaque matin, elle emprunte ce même trajet après s'être péniblement extirpée de son lit, puis après avoir lu, écrit, écouté, réfléchi, oublié, elle l'exécute dans l'autre sens. Cette habitude lui apparaît soudain vide de sens.
Était-on donc condamné à ce quotidien rébarbatif pendant que corps et esprit ne demandent qu'à être libérés de toute contrainte ?
Ève s’assoit un instant sur le trottoir, admire les feuilles qui virevoltent en spirale ; un ballet parfaitement synchronisé. Elle se tourne vers son sac, usé par les années sur les bancs de classe, puis hurle de toutes ses forces, jusqu'à ce que sa gorge devienne sèche et son déglutissement douloureux.
Enfin, Ève se rel-Ève et reprend la route vers le lycée : Il ne faudrait pas qu'elle soit en retard.
18

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,