Strip-tease

il y a
1 min
257
lectures
11
Qualifié

Ecrire ? Un besoin impérieux. Ecrire ? Ecouter le vide se remplir et... Vous dites ?"Si on ne l'entend pas" ? Tendre l'oreille. Et suivre la plume  [+]

Sur la plage. Elle pose sa natte, sur un coin de sable sec.

Seule. Droit devant elle, l'incessant va et vient de l'onde. L'eau avance, avale une partie du sable, le mouille, recule. Répète ce geste inlassablement. Doucement ou plus fort, vite, lentement aussi. Le bruit : roulement perpétuel.Quelque chose aspire la jeune femme ou, la jeune femme aspire à une chose.
Sous le ciel de l'océan agité de soubresauts bruyants elle veut ne faire qu'une avec cette imposante nature.

Elle commence par faire jouer ses doigts sur ses épingles à cheveux. Les voilà qui dansent sous l'alizé.
Elle porte une robe légère, courte, asymétrique, blanche, légèrement transparente dans certains éclats du soleil. Mais le ciel est crème.
Sous cet habit pas de bikini, une culotte. Petit bout de soie doux, lisse. Caramel. Elle le fait glisser le long de ses cuisses, il tombe à ses chevilles. Du bout de l'un de ses pieds nus elle l'envoie au diable.
Elle peut maintenant sentir le vent qui court, caresse tiède sous sa robe. Frisson.
Ses mains partent à l'assaut de l'agrafe dans son dos. La bretelle gauche caresse son épaule, puis l'autre.
Plus rien n'entrave ses gestes à présent ou presque. Reste à se défaire de cette robe certes légère, mais de trop.
Elle cherche des yeux la fermeture éclair qui court de son aisselle à sa hanche et fait descendre le zip. Le bruit de l'eau étouffe celui de l'étoffe qui bruisse en tombant sur le sable.
Nue.
Elle baisse les yeux. Se regarde. Elle brille de mille paillettes, c'est sa crème solaire qui luit. Elle a la peau encore claire mais ce soir elle sera praline. Bonbon à déguster.
Elle voit ses petits seins qui respirent, son ventre plat qui palpite, son nombril et, si elle suit la ligne, sa féminité. Elle remarque encore ses cuisses rondes, ses genoux, ses fines chevilles, ses petits pieds.Elle ne se voit pas bien, elle a ôté ses lunettes et ses cheveux continuent de valser sous le vent. Elle est toujours seule. Elle regarde l'eau. Elle sent le sable sous ses pieds. Elle respire à fond, se met à courir. Ses fesses tressautent jusqu'à la ligne d'eau. C'est glacé. Elle hésite, en apnée une seconde, avant de se jeter dans le flot sans respirer. Elle sent la vague la prendre par sa fraîcheur, son corps entier trembler, mais elle y est.
Elle ne fait plus qu'une avec le ressac.Si son amoureux la rejoint dans un moment, sa bouche et tout son corps auront le goût du sel à dévorer. Elle n'aura plus qu'à le déshabiller. D'ailleurs il ne devrait pas tarder...
11

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,