Squelette

il y a
1 min
29
lectures
5
Ta vie est faites de fractionnements. Tu remarques que c’est toujours lorsque tu arrives au bout d’une page que tu ressens le besoin d’en romancer le contenu. Sauf que tu vis maintenant autre chose, tes écrits perdent leur saveur, ils ont un temps de retard. Périmés à peine exprimés.
La première ère fut celle de l’enfance joyeuse et innocente. Tes mots étaient simples, représentant cependant un monde imaginaire complexe, fait de bestioles curieuses et d’enquêtes malicieuses, nourries par tes lectures de la bibliothèque rose et verte.
Vint ensuite l’adolescence, portée par les questions existentielles, les amours juvéniles, les voyages, l’émancipation. Voilà les thèmes autour desquels tournait ton manuscrit mettant en scène une jeune fille que tu avais peut-être rêvé d’être. Dans cette quête identitaire, le pseudonyme a fait son apparition. La rédaction est restée en suspens car à peine les premières feuilles posées, tu rentrais dans la vie étudiante et couchait alors, non plus sur papier mais sur écran, les réflexions qu’elle t’inspirait. L’histoire de quatre copines, leurs destins croisés, vus par chacune d’entre elle. La valeur de l’amitié... interrompue par l'ouverture d'un nouveau document word au titre encore provisoire, qui quelques mois plus tard ne reflèterait déjà plus ton état d’esprit. Et ainsi de suite. Tout te semblait désuet. Tu te demandais : Comment fait-on pour vivre avec son temps ? Pour écrire avec son sang ?
Finalement, c'est la vie elle-même qui se chargera de te montrer le chemin vers l'authenticité.
Alors, va, lâche, donne, et peut-être, tu toucheras quelqu'un.
5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,