2
min

Souviens-toi demain

Image de Frédéric Hinix

Frédéric Hinix

242 lectures

4

D’ordinaire, je ne regarde pas vers le passé puisqu’il ne peut être changer. Je me contente de l’instant puisqu’il est un grand présent. Mais aujourd’hui je me décide à écrire sur mon enfance et en particulier de ma petite enfance.

Au plus loin que je me rappelle, je ne me souviens plus comment j’ai appris à marcher, ni qui était à mes côtés pour me guider dans mes premiers pas. Normal me direz-vous, combien d’adultes s’en souviennent vraiment ?

Si je ferme les yeux et que je contemple au plus loin de mes souvenirs, une femme revient sans discontinuer : ma grand-mère. Une maison installée entre une voie de chemin de fer et une route nationale. Un jardin juste à côté, avec un magnifique arbre enraciné dont je ne me souviens plus l’espèce. Et des rosiers plantés par mon grand-père qui parsemaient le chemin, comme pour indiquer la voie menant à la porte d’entrée.

Nous étions dans un bourg nommé « La Pouille », situé à quelques kilomètres d’Aiguebelle, en Savoie aux portes de la Maurienne. Je devais avoir trois ou quatre ans. Mon grand-père était encore Contremaître à l’usine de métallurgie, située à quelques mètres à côté.

La maison était mitoyenne avec celle d’un collègue de mon grand-père. En face, deux autres, elles aussi mitoyennes. Toutes deux étaient habitées par des collègues de mon grand-père.

Je me souviens de cette petite voiture rouge à pédale que l’on avait à offert à Noël à tous les enfants de notre petite famille. Des mardis où l’on allait au marché d’Aiguebelle, ma grand-mère, une voisine et moi. La voisine conduisait la voiture, une quatre cent quatre de chez Peugeot, avec levier de vitesse au volant. Ma grand-mère qui me disait « si tu es sage, je te prendrais un petit jouet ». Alors forcément, j’étais sage.

En fermant les yeux, je pourrais encore décrire l’intérieur de cette maison avec sa petite cuisine et sa grande salle à manger où venaient se réunir la petite famille... Mais aussi de la petite blague que j’avais faite à mes grands-parents : Un mardi comme les autres, un tour au marché. Comme j’avais été sage, j’avais pu choisir un petit jouet : un faux appareil photo en plastique. Ma grand-mère m’informa qu’il ne pouvait prendre de photos. Ma tête acquiesçant d’un oui, je vois. Puis de notre retour à la maison, de mon attente de mon grand-père...

« Papi, papi, regarde, je vais te prendre en photo... » Cette phrase résonne encore dans ma tête, la suite aussi. Ma grand-mère jouant le jeu, ignorant encore le subterfuge. « Allé Papi, fait un sourire pour la photo... » Mon grand-père faisant son plus beau sourire. Et moi, appuyant sur le bouton déclencheur... D’une giclée d’eau froide qui termina sa course sur le visage de mon grand-père. De sa toute première grimace et d’un large sourire qu’il fit la seconde d’après. De ces éclats de rires qui ont enchantés la maison durant plusieurs semaines, lorsque l’on racontait cette anecdote...

Alors voilà, j’ai osé regarder vers le passé. Cela va peut-être vous paraitre un peu cliché, mais il me semble que c’est aussi avec les souvenirs que l’on se construit.
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Marie-Hélène Boisseau
Marie-Hélène Boisseau · il y a
Avec la tendresse de l'enfance retrouvée, j'ai voté :)
·
Image de Frédéric Hinix
Frédéric Hinix · il y a
Merci beaucoup Marie-Hélène ! :D
·
Image de Denis Gentile
Denis Gentile · il y a
Merci d'avoir raconté cette belle histoire Frédéric
·
Image de Frédéric Hinix
Frédéric Hinix · il y a
Merci à toi Denis de l'avoir lue... :D
·
Image de Anne-Marie Jacquemart
Anne-Marie Jacquemart · il y a
Bravo.....Fréderic continue. Bien amicalement Anne-Marie
·
Image de Frédéric Hinix
Frédéric Hinix · il y a
Merci pour tes encouragements qui me font chaud au coeur Anne Marie ! :D
·