1
min
Image de Hadrien Martin

Hadrien Martin

6 lectures

0

Un jour à Bouaké, en Côte d'Ivoire, la guerre faisait rage.
J'étais avec ma famille dans la voiture pour quitter pays. Je regardais par la fenêtre la maison de mon enfance disparaître au loin, la cabane dans le Flamboyant où, j'ai vécu les grandes aventures de mes rêves d’enfant.

J'ai ensuite pris une image avec ma Game Boy.


Un matin de janvier, au sommet du Mont Kenya à 4 985m d'altitude.
Le soleil se lève, il émerge de l'horizon, faisant briller les nuages et la savane environnante. Avec mes compagnons d’ascension et amis nous avons crié de joie sur le toit du monde.

J'ai ensuite pris une photo avec mon appareil.


Un jour de juin, sur le podium dans un gymnase, je monte à la 3ème position.
Je lève ma médaille à côté de mes adversaires et amis. Fier de moi et fier d'eux, fier des combats spectaculaires et acharnés que nous avons réalisés.

J'ai eu ma photo dans presse régionale, la coupe est sur mon étagère.


Un soir de 14 juillet, en haut d'une colline, au milieu de nulle part, sur le toit d'une chapelle.
Les lointains feux d'artifice éclairaient l'horizon au dessus des villages à l’entoure et de la ville au loin. J'ai levé ma bière à mes amis présents, allongés, les yeux plongées dans les étoiles.
_ « A vous camarades et compagnons de vie, ai-je dit.
_ «  Car vous êtes mes meilleurs amis ».

J'ai ensuite pris une photo avec mon téléphone.


Une journée d'août en Bretagne, le jour de l'enterrement de mon Grand Père.
Presque toute la famille était présente. La tristesse nous a réunis, ensemble nous avons aimé et ensemble nous avons pleuré.
_ Merci pour tout, Grand père, et Adieu.

J'ai ensuite pris une photo avec mes yeux ruisselant de larmes.


Une nuit d'octobre, j'ai rencontré quelqu'un sans m'y attendre.
Durant cette nuit, le monde semblait tourner au ralenti.
Chaque instant, chaque seconde était une explosion de bonheur.
Un coup de foudre, une synchronisation totale d'amour l'un envers l'autre.
Une sensation de vie.
Je la contemplai, allongée à mes côtés, mes doigts effleurant sa peau brûlante, mes yeux plongés dans les siens.

J'ai ensuite pris une photo avec mes mains et comme toutes les autres je l'ai gravé dans mon cœur.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Note de l'auteur : le lecteur peut choisir de lire ce texte en écoutant la chanson suivante : « Imanu Fuun » d'Ikue Asazaki. L’instant se prolongeait, le temps amorti prenait les ...

Du même thème