1
min

Souvenir futile mais coriace.

Image de Leslig

Leslig

3 lectures

1

Je vous jure que c’est vrai
J’avais 12 ans j’étais en CM2 au village de Villeuneuve sous Dammartin en Goële. La chaleur du poêle a bois était douce et je rêvassais au milieu de la classe. Les marrons faisaient comme des boules de sapin de Noël et des serpents se déroulaient comme des guirlandes dans les arbres. J’étais encore sous le coup du boa constrictor. Notre mère nous avait donné de quoi assister à une présentation de serpents au sein de l’école. Le boa était énorme. Le montreur, un homme costaud genre gitan avec une moustache et une balafre sur la joue portait l’animal sur ses épaules et l’approchait tout près de nous. Moi je n’ai jamais aimé les serpents mais bon puisqu’il se le coltinait sur le dos c’est qu’il ne devait pas être si méchant
Et puis le manouche a remballé ses animaux rampants et il est parti vers d’autres écoles primaires. Moi j’allais à l’école à 4 km de chez nous en vélo ou dans le coffre de la 403 du patron de la ferme où mon père était grutier. Mon père chargeait les betteraves dans de vieux GMC, les emportait à la sucrerie et il les versait dans la chaine. Ça sentait l’alcool et le sucre, la pulpe ou l’ensilage bref bon et pas bon
Mais revenons à nos pitons. L’homme à la balafre et aux grandes moustaches était parti depuis de longues minutes et l’instituteur avait sorti une grande mappe monde. Le maître, un monsieur âgé mais gentil, à l’ancienne : on ne parle pas dans la classe, on lève le doigt seulement si on vous le demande. On écoute, on apprend et si tout va bien on comprend.
J’étais donc plongé dans mes pensées, un œil sur l’Afrique l’autre sur l’Amérique quand je me suis entendu dire :”Monsieur on dirait qu’avant les deux moitiés de la terre étaient collées l’une à l’autre parce que ça s’emboite... »
Ni une ni deux la gifle que j’ai prise pour avoir interrompu le Maître pour une bêtise aussi énorme que moi (heureusement j’étais plutôt petit pour mon âge)
Depuis je considère que j’ai découvert en 1960 la théorie des claques et à chaque fois que j’y pense, j’ai une pensée pour Alfred Wegener qui a dû en voir lui aussi des serpents et pour tous ceux qui ont fini par exhumer la tectonique du fond des océans de bêtise incrédule.
1

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème