Sous l'ombre de Lune

il y a
1 min
7
lectures
1

Des mots, depuis longtemps. Posés sur le bout de ma langue, invités par la formule magique des "Il était une fois". Des mots qui me relient aux autres et au monde alentour. Des mots qui ont fini  [+]

Elle avait probablement glissé. Belle au bras de son bien-aimé par nuit de pleine lune. Il l’avait conduite au bord de ce lac luxuriant où la végétation projetait ses ombres. Ils avaient marché longtemps. Ils s’étaient promis, beaucoup. Ils avaient échangé de langoureux regards, persistants.
Puis la Lune était venue, pleine, sorcière. Elle avait accroché son disque platine au ciel et avait éclipsé les saphirs. Ils l’avaient vue poindre puis monter sur l’arceau. Ils s’étaient détournés l’un de l’autre pour se tourner vers elle, unique aux yeux charmeurs. Et ils s’étaient oubliés pour ne regarder qu’elle. Tant oubliés qu’ils n’avaient plus pris soin de veiller à leurs pas. L’étreinte du galant s’était desserrée, mais à peine. La belle n’en avait rien senti. Il l’avait approchée des terrains qui se meuvent. Son pied avait ripé, les doigts s’étaient déliés et elle avait chuté, lentement, sans discontinuer. Elle n’avait pas crié. Il n’avait pas bougé. Elle avait disparu et la dernière image qu’il conserva d’elle fut ce regard tranquille, comme les eaux endormies.
Elle rejoignait ainsi l’origine du monde, nonchalamment. Immortelle de nuit pour son amant.
La Lune tout là-haut était si impavide qu’on aurait pu croire qu’elle n’y était pour rien. Un mince rideau de brume passa à sa fenêtre, la cachant aux regards. Quand elle revint, l’homme reprit le chemin, sortit de la clairière, avec dans son œil un bout de son reflet. Immuable destin.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Un voile mauve

Claire Lobet-Maris

Elle est assise à l’avant du bateau. Sur ses genoux, un petit dort. Ce n’est pas le sien mais celui de cet homme allongé au fond de la cale et qui n’en finit pas de sortir tout ce qu’il a... [+]