2
min

Sottises médiatiques

Image de Ludo

Ludo

12 lectures

3

SOTTISES MÉDIATIQUES

Je meurs d'envie d'écrire, alors, je prends ma plume, sors mon cahier et j'attends. Que font les mots bordel ? Aujourd'hui, rien ne vient. Je suis seul dans ma turne, pas un sou en poche, pas de vin à la cave, pas de shit dans ma boîte. J'ai pour habitude d'écrire enivré. Mon stylo glisse mieux lorsque mon cerveau s'égare dans les dédales de paradis artificiels. Peut-être est-ce triste, certes, mais c'est ainsi. La réalité seule ne m'inspire pas.
Il y a bien ce caillou blanchâtre ; les restes de la soirée de mercredi, là, sous mes yeux, qui m'invite à le transformer en poussière fauve, sauvage... mais j'hésite. Pas sûr que les effets de ce poison m'aident à assouvir mon besoin.

Tant pis, je l'effrite sur la table. Je prépare deux belles traces. D'abord, je les regarde sans trop m'approcher, comme si elles pouvaient me sauter au visage... Je me remets devant ma feuille, blanche elle aussi. Quelques phrases arrivent, mais rien de construit, rien qui ne se suive, juste des échos de mon spleen, sans saveur, sans histoire, sans avenir en somme. Je retourne à la table. Je tape. Putain que c'est bon ! Enfin, c'est mal, mais c'est bon. Il est d'usage de dire aux jeunes de rester loin de cette merde, je sais, mais je ne suis pas ici pour prêcher la bonne parole. Je ne suis pas un exemple à suivre, je n'ai aucun conseil, aucune leçon à donner.
Si prendre une ou deux lignes par an ou fumer un pétard de temps en temps pouvait leur donner envie d'ouvrir un livre plutôt que de s'astiquer devant un site porno ou s'abrutir devant une émission de télé-réalité à la con... bref... je l'ai dit, je ne suis pas de bon conseil.

Ça y est, je pars. Ce texte risque de prendre une tournure plus ou moins inattendue. Allez savoir pourquoi, en attendant l'ivresse, je me suis calé devant BFM TV.
Merde alors ! J'ai appris que j'avais de grosses lacunes. Surtout en géographie. Je dois avouer ne pas beaucoup m'informer sur l'état du monde... le "canard enchaîné" étant mon seul lien avec l'information. Je ne lis pas la presse quotidienne, n'écoute pas la radio et je ne regarde quasiment jamais la télé... juste du sport pour enrichir un peu mes dimanches.
Mais là, en dix malheureuses minutes, j'ai fait le plein.

Ma première surprise fut d'apprendre que le climat avait tellement changé qu'à proximité de la ville de Calais se trouvait une jungle ! Si, si, je vous assure, le gars a clairement dit "la jungle de Calais" ! Le pire, c'est qu'elle a brûlé le dix-sept... mince, moi qui rêve de côtoyer les grands félins mais qui ne possède pas les ressources financières nécessaires pour m'offrir un voyage lointain, le Nord était à ma portée. Tant pis.
Pas le temps de digérer cette triste nouvelle que l'écran se met à parler de DAECH... c'est quoi ça DAECH ? Une association de danseurs portugais ? En fait, non, c'est un cousin plus ou moins éloigné de sieur Al Qaida qui, apparemment est décédé. Bref, une fois les présentations pliées, j'apprends qu'il habite en "État islamique"... C'est où ça putain ? Et puis d'abord, il est dégueulasse ce nom de pays. Je sors ma mappe-monde pour le trouver, mais ma quête s'avère vaine. Le pseudo-journaliste parle du Sud de la Lybie mais je ne trouve pas... Bah, je laisse tomber. J'ai déjà du mal à situer tous les nouveaux états que l'éclatement de l'URSS nous a offert, alors, s'ils commencent à m'en inventer au Proche-Orient, je ne vais pas m'en sortir.

Bon, j'éteins, j'en ai marre d'entendre ces conneries. Je vais plutôt essayer d'écrire un peu de poésie.

Ludo.

Thèmes

Image de Très très courts
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Catherine Keller
Catherine Keller · il y a
Toi le poète sans fard et sans artifice quoique... juste Ludo et ses besoins artificiels nécessaires à sa survie ici bas. Une petite confidence néanmoins, beaucoup voyagent mais peu connaissent les "petits coins de béatitudes" proche de chez eux.
·