Sortie de route

il y a
3 min
122
lectures
20

80 ans. Un 1er roman, "Le drapeau noir ne flotte plus sur la Métairie" (Lulu.com 2013): Autobiographie un peu (?) "barrée". Très étonné d'avoir réussi à écrire une vraie histoire! Le 2ème  [+]

«Putain! ça passera jamais!»
Il était rentré bien trop vite dans ce virage à droite! Un virage qu'il ne connaissait pas, et qui en plus se "fermait en milieu de courbe", sans crier-gare! Et pour couronner le tout, contrairement à son habitude, il n'avait rien anticipé, trop occupé dans sa tête à trouver LE titre du dernier texte qu'il devait publier sur Short pour la prochaine "Matinale en cavale".
«Mais quel con! Quel con!»
Il allait se ramasser la gamelle du siècle, comme un bleu! Lui! avec ses 300 ou 400.000 kilomètres de guidon au compteur!
Le temps de repérer à quel endroit du talus d'en face il terminerait son "tout droit", planquée derrière quelques hautes fougères, lui apparut l'ébauche d'un chemin s'enfonçant dans le sous-bois ombreux.
«Bordel! c'est un miracle! juste dans l'axe! ça va passer...»
Le problème, c'est que "ce n'est pas passé" tout à fait comme espéré...
A peine quelques mètres après les fougères, "l'ébauche de chemin" se transformait en une sorte de sentier vaguement caillouteux, mais surtout, qui plongeait en pente plus que raide vers le fond de la vallée!
«Merde! je pourrai jamais m'arrêter la-dessus!»
Effectivement, ce n'est qu'après plusieurs centaines de mètres dévalées à toute allure, qu'il réussit enfin, sur le plat retrouvé, à stopper son scooter, juste avant une patte d'oie.
Il béquilla l'engin, se retourna pour mesurer la situation, et comprit alors qu'il ne pourrait jamais regrimper un tel raidillon.
«Alors, maintenant, à gauche? ou à droite?»
Il sortit son vieux Nokia de sa poche et croisa les doigts pour que son pote Loïc soit chez lui. Il ne prit la communication qu'à la neuvième sonnerie.
—Allo? Loïc?
—Chiro? Que me vaut l'honneur?
—P'tain! j'ai crû que tu décrocherais jamais! Je viens de faire une sortie de route quelque part dans les Monts d'Arrée, et je ne sais même plus où je me trouve, alors...
—T'as pris une gamelle? t'es blessé? T'as ton GPS au moins?
—Non, rien de tout ça, je suis intact, et le scoot aussi. Le problème, c'est que maintenant je suis infoutu de retrouver ma route.
Il lui raconta par le menu son énorme frayeur, accepta humblement les ricanements de son ami lorsque ce dernier lui dit "qu'à son âge, et vu la vitesse à laquelle il roulait, on pouvait s'y attendre" et termina en rajoutant «il n'y a que toi qui puisse me tirer de ce mauvais pas... J'espère que tu as toujours l'appli qui te permettait de géo-localiser le portable de ta nana lorsqu'elle te faisait coc...
—Ta gueule!... Ouais, je l'ai toujours.
—Excuse moi...
—Ça va... je crois avoir pigé ce que tu attends de moi... Donc, t'as pas de GPS, ton portable qui date du siècle dernier reçoit tout juste la 2G... t'as du réseau au moins?
—Ouaip, j'ai un max de barrettes...
—Génial... donne moi quelques minutes, et surtout ne raccroche pas... et en attendant installe ton kit mains-libres et prépare toi à ce que je te guide...
Loïc était ce genre de garçon que n'importe quelle agence de renseignements se serait arraché à prix d'or pour se payer ses services, sauf que de ça, Loïc s'en foutait royalement: ce qui le passionnait c'était les "tuyaux invisibles" d'Internet! En s'y faufilant, il était capable de visiter tous les systèmes, comme ça, pour son plaisir, comme un surfeur solitaire sur sa vague, rien de plus.
«Chiro? T'es toujours là?
—Ben oui...
—Bon. Effectivement j'ai réussi à te borner, et vu le désert dans lequel tu te trouves, je suis quasi certain de visualiser la seule route sur laquelle tu risques de te trouver... tu es prêt à rouler?
—Suis paré, le moteur tourne, j'ai de l'essence, mais la nuit ne va pas tarder à tomber, va pas falloir trainer des masses...
—T'inquiète, ça va le faire, t'y es? Alors prends à droite à la patte d'oie... tu devrais voir un pont dans pas très longtemps... me demande pas la distance, je n'ai pas réussi à dégotter l'échelle...
—Pas grave, ça roule au poil... ça y est je vois ton pont... il y a une rivière qui passe en-dessous... et il y a même des maisons de l'autre côté... un gros village on dirait... elle te dit quoi ta carte?
—Rien. J'ai réussi à te borner, je visualise ta route et le bourg dont tu me parles, mais j'arrive pas à voir les noms... c'est un peu la merde!
—Pas grave mon poto, dès que je verrai un indigène, je lui demanderai mon chemin et je serai tiré d'affaire.... ça y est, je viens de passer sur le pont.... et le nom de la rivière, tu l'as pas non plus?
—Attends... oui, j'ai enfin trouvé un truc lisible, c'est pas une rivière, mais un fleuve...
—Alors...?
—c'est le Styx!»

--------------

Ce texte est dédié à tous mes copains motards...
--------------
Initialement écrit pour la 5ème édition de la "Matinale en cavale" du 5/11/2017, qualifié, mais avec le titre de "TOUT DROIT EN FACE !"
20

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Quai des Indes

F. Chironimo

Bonjour.
Pour ceux qui ne me connaîtraient pas encore, je m'appelle Jean.
Comme vous le savez, nous devrions profiter de cette petite soirée entre amis pour nous lire quelques textes, écrits pa... [+]

Très très courts

Disparue

Alicia Bouffay

« Une vraie mer intérieure, avec ses archipels, ses plages, ses bancs de sable. Mais aussi ses tempêtes où bien des navigateurs avaient fait naufrage. »
Je n'avais pas réussi à me leve... [+]