1
min

Son Everest

Image de Dada daho

Dada daho

8 lectures

1

Il voyait depuis toujours de vieilles photos jaunies de ces montagnes.
Ses parents en avait foulé le sol, arpenté les chemins glacés. Ils avaient longtemps préparé cette aventure par l’ascension de dizaines, voire de centaines de sommets. Ils avaient enduré les pires souffrances physiques et psychologiques pour en venir à bout. Malgré tout, ils affichaient toujours des sourires radieux sur chacun des clichés avec lesquels il avait grandi.

Il connaissait le nom de chacune des voies, leurs difficultés, leurs pièges. Les crevasses et les ressacs ne l’impressionnaient plus depuis longtemps. Depuis son plus jeune âge il caressait l’espoir de parcourir à son tour ces monstres blancs qui dominaient le monde.
Il s’était préparé. Comme ses parents, il avait à son tour gravi des sommets, musclé son corps en prenant soin de ne pas l’alourdir. Il était sec et puissant. Endurant et résistant. Un mental d’acier. Il avait grandi en s’endormant chaque soir au pied des images de ces géants.
Il les vénérait. Les respectait. Elles étaient un dieu pour les locaux qui vivent sur ses terres. Il en avait adopté la religion, s’était converti. Des histoires glauques, il en avait entendu des milliers au sujet de ces aventuriers qui avaient péri en tentant l’expédition. Peu en venaient à bout. Il le savait. Le corps humain n’est pas conçu pour supporter cette épreuve. A moins de naître ici. Rares sont ceux qui survivent.

Alors, mu par une indéfectible force de caractère, il avait fait de son mieux pour transformer ce rêve en réalité. Malgré les incertains, les jaloux, les inquiets. Il avait mobilisé des dizaines de sponsors après s’être forgé une réputation de sportif aguerri. Il avait consacré sa vie à ce projet.

Et demain, il partirait. Enfin. Après plusieurs semaines d’acclimatation à altitude croissante, il finirait par l’atteindre ce sommet. Le toit du monde. Son Everest. Il le vaincrait. Il le savait. Rien ne pouvait plus le faire douter.

Tapis dans un recoin de sa tente, à la faible lueur de sa lampe frontale, il tenait contre son coeur une image.

Dehors, les rires joyeux des sherpas autour d’un feu brisaient le silence de ces majestueuses montagnes.
Regardant une dernière fois l’image de ses parents disparus dans ses flancs, il leur promis en silence d’atteindre pour eux le sommet de cette montagne si belle et qui domine le monde.

Thèmes

Image de Très très courts
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,