Sommes-nous conscients ?

il y a
1 min
8
lectures
0

Bonjour ! Je suis ici pour partager mes idées avec vous, des textes qui mélangent philosophie et poésie pour créer mon propre style que j’appelle la « philésie ». Et parfois des textes qui  [+]

Le postulat selon lequel les hommes sont les seuls êtres vivants doués de conscience et moralement capables tandis que les animaux n'existent que pour suivre leurs désirs et ne sont pas conscients d'eux-mêmes est-il vrai ? Parce qu'il m'est difficile de croire qu'une espèce qui détruit son habitat naturel, ainsi que celui des autres, en utilisant comme prétexte la volonté d'en faire un lieu plus sûre pour ses enfants est une espèce intellectuellement développée. L'être humain court à sa perte et il accélère. Parfois il se dit qu'il va changer en pleurant devant la vidéo d'un ours polaire qui dépéri suite à la fonte des glaces et la disparition de sa subsistance, entièrement pêchée par L'être humain. Mais le problème, c'est que cette vidéo, L'être humain la regarde sur un appareil qui a causé la mort de ses propres semblables. Mais ce n'est pas grave, ceux-là, ils sont sur un autre continent. Et puis leurs vies valent moins que la sienne. Alors il continue sa virée entre les vidéos d'Internet. L'être humain quand il s'ennuie, il se promène sans bouger. Parfois il voit des choses qui le font pleurer, d'autres fois il rie. Il croit que personne ne sait pourquoi, et pourtant, ses semblables savent très bien quel est le motif de ses changements d'états. Ils sont tous pareils les humains : ils rient, ils pleurent, tous pour la même chose mais chacun se croyant unique et mystérieux. C'est drôle quand même de se dire que ceux sont ces bêtes là, incapables de réfléchir et vides de sens, qui un jour vont nous détruire.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La Forêt du Possible

Océane D. River

Comme chaque jour, elle est là.
Au pied d’un arbre, toujours le même.
Simplement vêtue d’une petite robe bleue délavée, commençant à s’effilocher.
Son visage, reposant sur deux bras... [+]