Soleil couchant

il y a
3 min
84
lectures
5
Qualifié

C'est normal de pas avoir d'inspiration pour une présentation de trois lignes alors qu'on a comme projet d'écrire un recueil d'une vingtaine de nouvelles toutes différentes  [+]

Image de 2014
Image de Micro-nouvelles
◊ Kelly

Kelly avait vingt-deux ans. Elle était secrétaire dans une grosse entreprise de software, dans un quartier d'affaires de New-York. Elle menait une petite vie monotone à la Grosse Pomme. Elle vivait seule dans un petit studio, perdu quelque part à la périphérie de la grande ville. Sa vie n'avait pas de grand but, mais Kelly avait souvent l'impression d'être une petite fourmi perdue dans une immense fourmilière. Son existence n'était pas d'une grande importance, mais elle savait qu'elle, comme toutes ses congénères, apportait quelque chose au grand équilibre de la communauté.


◊ Lucas

Lucas avait vingt-cinq ans. Il était un jeune Européen ambitieux, qui partait aux États-Unis, désireux d'y trouver sa place. Lucas n'avait pas de relation stable. Il disait à son entourage qu'une femme freinerait son élan professionnel. Mais, au fond de lui, il savait qu'il ne faisait qu'attendre la femme parfaite.
Il était en passe d'hériter de la grosse firme internationale de son père, et partait en voyage d'affaires à Washington, pour deux semaines.
Il était monté dans son avion le matin même, et regardait successivement la mer turquoise voilée de nuages teintés du rouge du soleil couchant, et l'écran de son ordinateur dernier cri posé sur ses genoux, qui lui présentait les statistiques de sa future entreprise.
La voix nasillarde du pilote retentit, le tirant de ses pensées.
– Messieurs, mesdames, mesdemoiselles. Je vous demande votre attention, s'il vous plaît. En raison de perturbations météorologiques, nous allons être contraints d'atterrir à New-York. Un vol pour votre destination d'origine vous sera proposé en dédommagement. Veuillez couper vos téléphones portables et attacher vos ceintures.
Lucas fronça les sourcils et regarda par le hublot. En effet, le ciel s'était assombri de gros nuages orageux. Il soupira, agacé, et ferma le capot de son ordinateur, qu'il rangea dans sa sacoche. Il sortit son smartphone de la poche de son costume, et écrivit un long message à son meilleur ami, pour le prévenir qu'il serait retardé, avant de se faire interpeller par une hôtesse, qui lui demanda de couper son téléphone. Il croisa les bras, et se replongea dans ses pensées.


◊ Rencontre

Kelly haussa un sourcil. Elle avait revêtu un tailleur et une jupe crayon, ses cheveux blonds étaient retenus en un chignon serré et ses yeux sombres étaient bordés d'un trait d'eye-liner parfaitement ajusté.
– Vous avez deux jours de congé, lui annonçait Mme Stillman, la deuxième secrétaire. Vous pouvez vous détendre un peu.
– Euh... Très bien.
Mme Stillman lui sourit.
– Allons, vous avez besoin de vacances. Tenez, je vais vous donner l'adresse d'un petit restaurant d'Ellis Island. Ils font de très bons repas, et vous avez une vue imprenable sur Manhattan.
Kelly la remercia, et prit congé de Mme Stillman. Elle sortit du hall d'entrée, ses talons aiguille claquant contre le carrelage froid. Elle était toute heureuse de ces deux jours de congé, cela ne lui arrivait que très rarement ! Elle pourrait aller flâner dans les rues de Broadway, au milieu des milliers d'enseignes lumineuses. Il y avait des jours, comme celui-ci, où Kelly était contente d'habiter à New-York.
Elle monta dans sa petite voiture citadine et rentra chez elle.
Le soir venu, lorsque la nuit fut tombée, elle décida de se faire plaisir, et d'aller dîner au petit restaurant conseillé par Mme Stillman.

L'avion de Lucas avait atterri à vingt-et-une heures. Il se trouvait à l'aéroport international John-F.-Kennedy, à une vingtaine de kilomètres de Manhattan.
Il décida de louer une voiture, et d'aller dîner vers la Statue de la Liberté. Après tout, ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait admirer New-York de nuit.
Il choisit un petit restaurant, en face de Manhattan, s'assit à une table et commanda un repas. Quelques minutes plus tard, son regard se posa sur une jeune femme assise à une table, près de lui, seule, qui admirait elle aussi la ville illuminée.
Lucas sourit, il se leva et alla à sa rencontre.
– Bonsoir, mademoiselle.
La jeune femme, surprise, tourna la tête. Lucas remarqua tout de suite la petite lumière qui illuminait ses yeux couleur de nuit.
– Vous permettez ?
Elle acquiesça silencieusement.
– Je vous offre un verre ?
Elle rougit, et déclina son offre. Lucas insista, lui sourit. Elle finit par céder, et Lucas fit venir deux flûtes de champagne. Ils se présentèrent l'un à l'autre, rirent ensemble.
– C'est beau, n'est-ce pas ? lança-t-il.
Elle acquiesça.
– Oui, c'est vraiment... magnifique.
Devant la mer, qui miroitait doucement sous la lueur pâle de la lune, il y avait Manhattan. De hauts buildings sombres parsemés de petites lumières. On aurait dit une rivière de diamants. Lucas regarda Kelly. Ses yeux étincelaient comme les diamants de Manhattan.
Il posa sa main sur son bras. Sa peau avait la douceur du satin et la pâleur de la lune.
Elle tourna la tête, et lui sourit.
Il n'y avait plus besoin de mots.
Les regards suffisaient.
Ils se comprenaient.
Ils s'aimaient.


◊ Soleil couchant

Kelly et Lucas passèrent leur deuxième jour ensemble. Ils avaient visité New-York. Ils avaient goûté aux plaisirs simples de la vie. Le bonheur ne se garde pas.
Il se partage.
Le soir tombait. Kelly et Lucas étaient assis sur un banc, près de Broadway.
Les enseignes multicolores leur donnaient une énergie, un dynamisme qui semblait faire reculer leur peine, la peine qu'ils ressentiraient lorsqu'ils se quitteraient.
Lucas devait prendre son avion pour Washington à l'aéroport de La Guardia, dans l'arrondissement de Queens.
Ils retournèrent au petit restaurant dans lequel ils s'étaient rencontrés. Ce fut ici qu'ils se firent leurs adieux.
Devant le soleil couchant, qui nimbait la mer et la vie d'une couleur rouge sang, ils se quittèrent.
Il y eut un ultime regard.
Il y eut une larme.
Il y eut un sourire.
Il n'y eut pas besoin de mots.
Il y eut une promesse.
Un adieu qui n'en était peut-être pas un.
5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,