2
min

Soeurs-sirènes

Image de Sully Holt

Sully Holt

85 lectures

94

L’aube commençait à poindre. L’air était en train de changer, le ciel adoptait une teinte étrange et inquiétante, nuancée de rose et de parme.

Perchées sur leur rocher, les quatre sœurs se penchèrent en avant dans un même mouvement fluide. Comme pour leur donner raison, l’eau croupie s’agita fiévreusement avant de s’apaiser de nouveau. Autour d’elles, la crique était presque silencieuse, attentive à juguler le chuchotement de ses vagues. Après la tempête de la nuit précédente, ce calme plat était presque inquiétant. Autour des débris échoués, les cadavres gonflés oscillaient au gré des remous, heurtant parfois un affleurement rocheux, un morceau d’épave, d’autres corps à l’abandon. Puis ils glissaient et repartaient dans une autre direction.

La cadette tendit soudain son doigt vers l’eau et les trois autres suivirent le mouvement, s’inclinant jusqu’à frôler du nez le miroir opaque. Une forme sombre aux contours incertains apparut sous la surface. Agitée et méconnaissable, elle se mit à grandir et révéla un visage pâle et de longs cheveux noirs qui ondulaient autour d’elle. Elle finit par crever la surface avec une souplesse silencieuse. Levant les bras, elle déposa son fardeau sur le rocher. Ses sœurs se rapprochèrent aussitôt, l’une d’elle tentant maladroitement de s’emparer d’un membre flasque avant d’être violemment repoussée.

— Qu’est-ce que c’est ? chuchotèrent-elles.
— Un homme, répondit l’aînée en se soulevant à la force des bras pour rejoindre ses sœurs. Un hu-main, articula-t-elle soigneusement.

Elles acquiescèrent en silence, respectueuses et humbles devant cette nouvelle offrande de la mer, même si la créature paraissait plus pitoyable qu’appétissante. En dépit de sa triste apparence, la sœur aînée se pencha sur lui avec convoitise. Son immense nageoire battit l’air de façon frénétique tandis qu’elle le reniflait et commençait à lui retirer ses oripeaux trempés.

La cadette frissonna. Le jour arrivait trop vite, chassant la nuit et les renvoyant inexorablement vers les limbes de leur prison diurne. Elle tendit la main pour effleurer les cheveux poisseux de sa sœur. Cette dernière se tourna vers elle, mâchoire crispée, canines dévoilées. La plus jeune lui indiqua le ciel d’un doigt impérieux.

— Nous n’aurons pas le temps...

Elles baissèrent les yeux sur l’hu-main dont la poitrine se soulevait avec peine. Son visage était blême, abîmé par les débris de l’épave, malmené par l’océan glacé. Ses paupières bleuies masquaient des yeux que la cadette avait grande envie de découvrir. Il allait vivre, visiblement. Du moins, si ses sœurs et elle ne le dévoraient pas avant. Ce qui semblait malheureusement compromis.

À cet instant, un premier rayon de soleil glissa sur la surface de l’eau, caressant les rochers, illuminant la crique piquetée de coquillages brisés. C’était le signe que leurs tourments débutaient. Tandis que la lumière dégringolait sur les galets de la plage en redonnant vie et chaleur aux lieux, qu’elle se faufilait dans chaque interstice, chassant l’humidité de la nuit, les sœurs-sirènes se désintégrèrent douloureusement. Leur chair se fondit dans la pierre. Des plaintes épouvantables résonnèrent sous le poids de leur malédiction. Leurs membres s’effilèrent, leurs poitrines se creusèrent, leurs queues immenses ne devinrent plus qu’un amas d’écailles desséchées et d’os pointus. Jusqu’à ce qu’il ne reste plus des ombres. Des spectres obscurs et silencieux.

Condamnées à disparaître le jour pour ne survivre qu’à l’ombre des écueils, elles redevenaient femmes-poisson la nuit pour se nourrir des égarés et de ce que la mer mettait à leur disposition.

Au-dessus de l’eau, inconscient de la lutte qui se jouait, l’homme gémit. Il ouvrit lentement les yeux, toujours en équilibre précaire sur le rocher. Cependant, il était seul. Il ignorait qui lui avait la sauvé la vie – comme il ignorait l’existence de celles qui avaient été sur le point de la lui reprendre –, mais le jour était là et il respirait.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
94

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Eddy Bonin
Eddy Bonin · il y a
Un texte fort avec de bien jolies créatures ! J'étais passé à côté. Désolé...
Si un voyage surfant au Pays Basque vous tente, prenez la vague : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/hotel-du-palais
Vous n'êtes pas à l'abri d'y croiser également, une petite sirène ;-)

·
Image de Musicamots
Musicamots · il y a
Magnifique ! Ce "contre-emploi" des sirènes, est fort, bien décrit.... Un bonheur de lecture. La petite sirène juchée sur son rocher, rêveuse et douce, en prend un coup !
·
Image de Sully Holt
Sully Holt · il y a
Merci mille fois Musicamots ! Ça me touche beaucoup. Aujourd'hui tout particulièrement après avoir constaté qu'il n'a pas été retenu pour le prix. (Mais c'est le jeu !) Alors vos mots me font plaisir ! Bonne journée à vous !
·
Image de Musicamots
Musicamots · il y a
On est toujours un peu triste dans ce cas. Je vous comprends. Mais la beauté de ce que vous avez créé reste.
·
Image de coquelicot
coquelicot · il y a
mon vote pour les créatures de la nuit. malédiction éternelle à subir.
Mes ombres à moi
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lemancipation-des-ombres-1

·
Image de Sully Holt
Sully Holt · il y a
Merci !
·
Image de Polotol
Polotol · il y a
Vive le rescapé, les créatures de la nuit ne l'ont pas dégusté. Et alors, Zorro? A+
·
Image de Sully Holt
Sully Holt · il y a
Merci au soleil, plutôt ! Mais ce n'est que partie remise ;)
·
Image de Sophie
Sophie · il y a
Une histoire terriblement originale autour des sirènes. Félicitation ! :)
·
Image de Sully Holt
Sully Holt · il y a
Merci !
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
Juste vous découvrir ..m'asseoir ..lire tranquillement ...et voter parce que c'est trop bien et ça vaut plus que 5***** dans la nuit des sirènes
·
Image de Sully Holt
Sully Holt · il y a
Merci infiniment Brocéliande ! Quel beau commentaire en ce début de week-end ! Ça fait chaud au coeur.
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
Merci pour cette jolie réponse Sully ...beau week end à vous !
·
Image de Anne Marie Menras
Anne Marie Menras · il y a
Mes voix également, un fantastique qui sort de l'ordinaire.
·
Image de Sully Holt
Sully Holt · il y a
Merci !
·
Image de Evadailleurs
Evadailleurs · il y a
Intéressant . Ce récit fantastique sort du commun . *****
·
Image de Sully Holt
Sully Holt · il y a
Merci ;)
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Original ce récit , singulier par le traitement du thème . J'ai aimé lire votre texte qui au travers du fantastique laisse de l'espoir aux naufragés : l'aube , l'arrivée de la lumière serait- elle une espérance pour tous ces "perdus " dans les mers et océans? Y aura t'il une main secourable pour les sauver ? Voilà ce que je lis dans votre texte . Toutes mes voix .
Si vous avez envie , pour l'échange , je vous invite à découvrir ma page ( rien en compétition) .

·
Image de Sully Holt
Sully Holt · il y a
Merci pour ce beau message Nadine.
·
Image de Emsie
Emsie · il y a
Belle montée en puissance : on se dit que la vie de ce naufragé ne tient qu'à un fil… lumineux ! Jolie déclinaison du thème. +5
·
Image de Sully Holt
Sully Holt · il y a
Merci Emsie !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

C’est d’abord un souffle poussiéreux, un soupir un peu ancien, un vieux parfum de bois, de colle, de poussière mêlés qui m’accueille sitôt les portes franchies. Quelque chose de vaguement ...