Socialiste en 1878

il y a
1 min
19
lectures
3

J'ai commencé à écrire lorsque j'étais perdue, que je ne savais plus quoi faire. Ça me faisait du bien. Et puis un beau jour la tristesse c'est envolée et n'est plus resté que le plaisir de  [+]

Un vent glacial soufflait sur les rues de Berlin. Ce mois d’octobre s’annonçait morose. Caécilia rentrait tranquillement chez elle lorsqu’elle s’arrêta net devant une affiche officielle. Elle lut à haute voix :
-Notre empereur Guillaume premier a été victime d’un attentat orchestré par des socialistes. Moi-même, chancelier Bismarck, j’ai fait adopter une loi contre les socialistes à compter de cette année 1878. Toute propagande est prohibée ainsi que toute manifestation publique. Les associations et journaux sont également supprimés et leurs dirigeants seront exilés.
Elle laissa tomber son panier. Heinrich ! Elle se mit à courir de toutes ses forces. Sa maison n’était plus qu’à quelques mètres. Lorsqu’elle arriva devant la porte deux policiers en sortaient. Heinrich était entre eux.
-Attendez !
Elle se rua sur eux.
-C’est mon mari.
-Madame je vais devoir vous demandé de nous laisser passer.
-Caécilia, laisse, ce doit être un malentendu.
-Bismarck a fait adopter sa loi contre les socialistes. Ils vont t’exiler !
Son visage se figea. Les deux policiers avancèrent.
-Non. N’avancez pas. Laissez-le !
-Madame nous allons devoir vous emmener également si vous entravez le bon fonctionnement de la justice.
-Ne vous énervez pas, elle va vous laisser faire votre travail.
-Je refuse de te laisser !
-Pourrais-je avoir quelques minutes avec ma femme ?
Les deux policiers échangèrent un regard.
-Vous avez cinq minutes.
Ils s’éloignèrent de quelques pas.
-Heinrich tu ne peux pas partir avec eux.
-Pour l’instant, les socialistes sont mal vus.
Il sourit. Elle était belle avec ses joues rosées et ses boucles noires.
-Ne pars pas, je te cacherais.
-C’est inutile, ils me trouveraient. Tu vas me faire un joli sourire, me dire en revoir, car nous allons nous retrouver bientôt et tu vas rester en sécurité avec lui.
Il mit sa main droite sur le ventre de son épouse.
-Et puis, si je ne reviens pas, tu lui diras que son père était un socialiste allemand en 1878.
Il embrassa tendrement sa femme et partit la tête haute.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Loutze
Loutze · il y a
Hoo ... j'aime bien, j'ai pas les mots ca représente beaucoup de choses
Image de Clara
Clara · il y a
Une petite nouvelle pour ceux qui passe le bac, sur le thème "communisme, socialisme et mouvement ouvrier en Allemagne de puis 1875" Vous pouvez également aller voir "La voyageuse" sur le congrès de Gotha. Bonne chance !