4
min

Smart

Image de Bleazy

Bleazy

162 lectures

51

Lorsque nous sommes entrés dans l’appartement, rien ne nous avait paru étrange. Personne n’était là pour nous ouvrir la porte, mais nous n’en avions pas été surpris. Le locataire ne répondait plus à son téléphone depuis trois jours, et personne, ni ses proches, ni ses collègues, ne savait où il se trouvait. Alors on était allé vérifier. C’était quand même un drôle d’endroit.

-C’est la première fois qu’on va dans une smarthouse, non ? Y’a pas souvent de problèmes ici, me lança Spencer, quelques pas derrière moi.

Il n’y avait surtout pas tellement de raison d’avoir de problèmes. La population était riche, éduquée et jeune, car les plus âgés avaient peur de ces nouvelles maisons. La plupart n’osaient déjà pas approcher un smartphone, alors une smarthouse entière, n’y pensez pas.

-T’aimerais pas vivre dans une smarthouse toi ? Le rêve, le soir tu rentres chez toi et t’as rien à faire, continua mon collègue, habitué à ce que je ne lui réponde pas.

Mais maintenant que nous étions dans l’appartement, la smarthouse n’était plus si étrange que ça. Je m’étais attendu à voir davantage d’appareils électroniques, mais il n’y avait que quelques boîtiers discrets pour rappeler les particularités technologiques du deux pièces. Tout était propre, il n’y avait qu’un peu de poussière. Rien d’étonnant si le locataire était parti depuis trois jours. Je remarquais seulement un vieux prospectus plié, comme celui que j’avais moi-même reçu dans ma boîte aux lettres.

Le papier, vantant les mérites de la nouvelle construction, avait été rédigé par une jeune architecte, et je me souviens l’avoir parcouru vite fait. « La maison qui prend soin de vous ». « La maison qui vous aime plus que vous-même ». « La maison qui vous comprend ». Apple avait inventé le smartphone, mais cette architecte avait une préférence pour la smarthouse, un immeuble entièrement connecté, géré par une intelligence artificielle et rempli de robots. Le ménage ? Plus besoin de s’inquiéter, la maison le fait pour vous. La cuisine ? Pareil. Toutes les nouvelles constructions étaient sur ce modèle maintenant.

-En tous cas, moi j’aimerais bien avoir une smartcar quand je suis avec toi, parce que tu vois, tes miettes dans ma voiture, et bah elles ne s’enlèvent pas toutes seules !

Typique. Je ne lui répondais pas, ça l’agaçait, et il me faisait un reproche imaginaire. Ce n’était même pas sa voiture en plus. La sienne n’avait ni gyrophare bleu ni sirène d’alarme. Pensant en avoir suffisamment vu pour l’instant, je l’invitais d’un geste à aller voir les autres pièces.

Rien à signaler dans la cuisine, ni dans la salle de bain. C’est seulement en ouvrant la porte de la chambre qu’une étrange odeur avait envahi l’appartement. Une odeur forte, une odeur âcre. Comme une odeur de sang.

Mais dans la pièce, tout était normal. Aussi blanc et propre qu’une chambre d’hôtel. Les draps étaient tirés, sans un pli, à l’exception d’un petit renflement au milieu du lit.

De nouveau, je fis signe à Spencer de venir et je retirais les draps d’un coup sec.

Certains cadavres vous marquent par l’horreur qu’on peut voir dans leurs yeux fixes, dans leur corps raide et leurs plaies béantes. Par l’incarnation de la violence en un instant. Cette fois, je me souviens de l’homme enfoncé dans ce lit blanc car il n’avait pas l’air mort. Son visage était détendu, ses yeux étaient clos. Il était étendu sur le dos, au centre du matelas. Et il n’y avait pas la moindre trace de coups. Pas même une petite coupure.

***

J’avais attendu pendant des heures les résultats d’autopsie, et le seul indice qu’a pu nous apporter le coroner fut de dire qu’une hypoxie cérébrale avait causé la mort. Pas de traces ADN, pas d’empreintes, rien sur les caméras de vidéosurveillance qui puisse indiquer l’intrusion d’un suspect.

Le locataire, Lenny travaillait pour une société de cybersécurité, et protégeait les données d’un laboratoire de recherche d’Etat sur les armes intelligentes. Il avait eu des contacts répétés avec un avocat en relation avec l’ambassade de Russie. Selon plusieurs témoins, ils s’étaient violemment disputés peu avant la mort de Lenny.

Cela m’avait suffi pour le mettre en garde à vue. Lors de l’interrogatoire, l’avocat n’avait pas montré une seule faille. Il avait répondu à chacune de mes questions, détaillant son alibi, tournant à la moindre occasion son sourire arrogant vers la caméra de surveillance. A l’en croire, il n’en savait rien, n’était coupable de rien. J’avais dû le relâcher.

Et maintenant c’était l’impasse. Je secouais le dossier de l’affaire au-dessus de mon bureau, faisant tomber les feuilles les unes après les autres, détruisant le classement soigneusement effectué. Je savais tout de la vie de cet homme, tout se résumait sur ces quelques feuilles, mais je ne savais rien de son dernier soir.

C’est alors que quelque chose me revint en mémoire.

***

La porte s’ouvrit dès que j’eus scanné mon badge de policier. Elle donnait sur un appartement semblable à celui dans lequel on avait retrouvé le cadavre.

-Alors tu vois Spencer ?

-Qu’est-ce que tu veux que je voie, imbécile ? Il est vide ton appart ! Tu veux t’y installer c’est ça ?

Je fis glisser ma main sur le sol avant de l’approcher de Spencer.

-Il n’y pas de poussière. Cet appartement n’a jamais été vendu. Il est inhabité depuis des mois, et il n’y a pas de poussière. Parce que l’IA s’occupe de ça. Toujours.

-Et donc ?

-Et donc il y a encore une personne à qui nous devons parler.


***

L’architecte habitait dans une grande villa isolée au bord d’un lac. Elle était plus jeune que je ne l’avais imaginé. Presque une adolescente. Installée dans son salon, elle n’avait pas eu l’air surprise d’apprendre la raison de notre visite.

-Donc vous dîtes que les IA de ces immeubles ne peuvent pas s’éteindre ?

-Exact.

-Pourtant, l’IA ne fonctionne plus dans cet appartement. Depuis presque quinze jours.

La jeune femme resta silencieuse, ses yeux posés sur la semelle de ses chaussures. Sa main se dirigea vers son verre d’eau puis revint vers elle à mi-chemin.

-Ce n’est pas censé se produire, ajouta-t-elle à voix basse.

-L’IA a une personnalité, n’est-ce pas ? Je repris.

-L’IA est programmée pour montrer des sentiments affectueux envers son propriétaire, oui. Elle doit vouloir le protéger et répondre à ses désirs.

- Je vais vous expliquer comment je vois les choses. Lenny Wilson a été assassiné. Lenny Wilson voulait déménager et avait entrepris plusieurs visites d’appartements connectés réalisés par vos concurrents. Lenny avait une puce implantée dans son bras, pour se connecter à son appartement, et réguler ses fonctions vitales. En analysant cette puce, on a trouvé les traces d’un piratage informatique. Votre IA a donné l’ordre de ralentir toutes les fonctions vitales de Lenny. Son cerveau n’était plus oxygéné. Est-ce que l’IA avait des sentiments pour lui ? Déménager, était-ce une trahison ?

J’échangeais un regard avec Spencer avant de poursuivre.

-Vous devez aussi savoir qu’il y a un code dans vos IA, un programme de sûreté. L’IA peut se détruire ou être détruite. Mais dans cet appartement, l’IA a modifié son code source. Et elle a rajouté une fonctionnalité. Elle a reconstruit l’odeur du sang de Lenny, comme un message d’adieu. Votre IA s’est auto-détruite après avoir tué Lenny Wilson. Et vous êtes responsable de ce crime, parce que vous lui avez donné la possibilité de modifier ses codes.

C’est alors que la jeune femme se leva. Je sentis Spencer basculer son poids sur ses jambes, prêt à se lever pour la stopper. Mais elle s’arrêta d’elle-même après quelques pas pour ouvrir une porte.

Et à travers la fente, je le vis.

L’ordinateur au cœur de la pièce était posé sur un bureau. Des codes s’autogénéraient sans interruption sur l’écran. Je sélectionnais un onglet appelé « contrôle ». Une multitude de points rouges apparurent sur une carte du monde. Un point rouge pour chaque appareil muni d’une IA dans le monde. Soudain, je sentis comme des odeurs de sang.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
51

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lyriciste Nwar
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
C'est terrifiant mais bien écrit. Je suis désolée de ne vous découvrir que maintenant…
·
Image de Catherine Malletier Mayout
Catherine Malletier Mayout · il y a
Glaçant mais j’aime. On a envie d’en lire davantage
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Entre science fiction et fantastique, une nouvelle qui ... déménage !
·
Image de Epicurien78
Epicurien78 · il y a
Pas mal... Original... Une version TTC de Her :)
Dans un genre plus réaliste, que diriez-vous, Bleazy, de venir chez moi prendre un petit Expresso ! Attention, je crois que je l'ai fait très noir et assez corsé !! Ne tardez pas trop. il faut le déguster avant ce soir. Après il sera froid... c'est nettement moins bon ;)

·
Image de Bleazy
Bleazy · il y a
Merci pour votre commentaire! Allez, je vais me laisser tenter par votre Expresso (:
·
Image de Epicurien78
Epicurien78 · il y a
Accrochez-vous quand même ! Ça décoiffe !!!
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une histoire très instructive sur le thème de l’intelligence artificielle qui peut se retourner contre ses inventeurs. Avec la domotique on a l’impression que la smarthouse n’est pas loin d’exister et que certaines dérives peuvent vite arriver. Un conte futuriste vraiment intéressant et bien écrit, je suis convaincue par ma lecture, toutes mes voix pour votre texte..
·
Image de Bleazy
Bleazy · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire Fred! Je suis heureuse que mon TTC vous ait intéressée et touchée que vous ayez eu l'envie de venir lire mon texte (: L'intelligence artificielle et de la domotique posent en effet beaucoup de question pour l'avenir...
·
Image de Hugames
Hugames · il y a
C'est bieeeeeeng !!! Va falloir que je rentre dans la course des nouvelles moi aussi :p Excellente nouvelle qui présente un univers où tout est possible. Vraiment hâte de voir comment tu va développer cette univers !
·
Image de Bleazy
Bleazy · il y a
Thanks bro *w* Ben oui ce serait cool que tu fasses des nouvelles aussi héhé (:
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Un suspense bien exprimé . Un univers futuriste qui nous change de notre monde . Mais hélas , le noir reste noir même chez les robots ! On peut leur programmer un programme bien noir !!
Je vous invite à lire mon texte" le prix de la mort" également en compétition .

·
Image de Bleazy
Bleazy · il y a
Merci pour votre commentaire, c'est effectivement la question du programme et de la possibilité -ou non- de contrôler une IA qui m'intéressait. Je ne manquerai pas de lire votre texte (:
·
Image de Régine Wizenberg Paris
Régine Wizenberg Paris · il y a
Pas habituée à ce genre mais j’ai foncé tête bâissee. L’ecriture Est. Belle plutôt, elle me convient.
Belle imagination. Iris vous avancez, vous continuez. C’est formidable. Toutes mes felicitations

·
Image de Bleazy
Bleazy · il y a
Merci beaucoup pour votre très gentil commentaire Régine, c'est très encourageant pour moi!
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Un bon Court et Noir, d'anticipation qui plus est ! L'intrigue est plutôt classique à mon sens (l'IA à qui l'on attribut des sentiments humains en voulant trop bien faire), mais ton écriture fonctionne bien et arrive à accrocher le lecteur, même habitué à lire de la SF. J'ai bien aimé ta chute avec son sentiment de vertige qu'elle procure !
Bravo et merci pour ce texte, Bleazy ! :)
Si tu souhaites lire un peu de SF sur ce concours - paraît-il rare sur Short ^^' - n'hésite pas à lire "Gu'Air de Sang" !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gu-air-de-sang

·
Image de Bleazy
Bleazy · il y a
Merci pour votre commentaire! C'est vrai que le thème reste classique, mais je trouvais intéressant d'écrire sur les problématiques liées à l'IA et je pense écrire d'autres histoires sur ce thème à l'avenir. Je vais voir votre texte de suite!
·