Silence d'amour

il y a
2 min
36
lectures
1
Aimer en secret. Dans le silence. Le silence le plus pur, le plus noble. Sans un mot. Aimer et faire "mine de". Et faire semblant. Mais s'en satisfaire et aimer ça, aimer sous aucun regard, parce que c'est de cela dont est fait cet amour la, aussi. Aimer et vivre chacun de son côté. Vivre, avoir sa vie et les mêler à des moments. Les confondre. Unifier. Et séparer. Sans vraiment séparer. Séparer quand même. Quitter. Et retrouver. Et aimer encore. Aimer en cachette. En secret. En secret scellé. Un secret d'or. Un secret secret. Aimer sans avenir. Aimer au présent. Sans avenir mais en espoir, peut être. Espoir du lendemain. Et le lendemain espoir du lendemain. Encore. Partager en public. Partager la parole, converser. Et écrire entre les mots. Écrire des secrets. Souffler l'invisible. L'invisible évidence. Transparente. Sauf pour les gardiens. Gardiens des secrets. Et faire "mine de". "Mine de" ne rien garder, de n'être le gardien de rien. Faire semblant de tout dire sans dire l'essentiel. Sentir le feu, à l'intérieur. Taire le cœur. L'étouffer un peu pour ne pas éveiller de soupçons. Pas de soupçons, pas de douleur. Pas de douleur. Plus de douleur. Voiler le regard. Transpercer l'autre sans le toucher. Sans que ça se voit. En secret. Discrètement.
Et démentir. Ne pas mentir. Mais explorer une autre vérité. Une vérité vrai. À côté de la vérité mais en dehors du mensonge. Et entretenir tout ça. Longtemps. Le plus longtemps possible. Protéger. Essayer de ne rien froisser, de ne rien abîmer. Contenir les pulsions, à l'intérieur. Adorer leur brutalité. Leur violence. Mais ne rien montrer d'autre qu'un calme profond. Profondément trompeur. Trompeur pour les Autres. Salvateur pour soit. Doux. Et apaisant. Faire mine de sourire de sympathie. Partager des moments de Plaisir en surface, quand ils se reflètent en Bonheur. Au fond des yeux. Du regard. Lovés près du cœur. Fondus dans l'âme. Respirés à chaque inspirations. Légers. Expirations.
Puis un jour, un jour, un matin, un soir ou une nuit. Une nuit, peut être, deux nuits, dix. Cent nuits. Toutes les nuits, toutes celles qu'il reste après. Après ou pendant, mais c'est souvent après. Toutes ces nuits la, ces éternités, les passer à chercher les mots. Les mots justes. Les mots vrais. Ceux qui collent qui se fondent et se confondent avec les émotions. Chercher à l'extérieur comment dire l'intérieur. Chercher pour toujours. Trouver ou pas. S'en moquer de ne pas trouver. Puisque ça a été vécu. Puisque ça a existé. Et que ça existera toujours. Mais quand même, continuer de chercher. Poser des mots. Des limites à l'illimité. Essayer d'attraper l'inattrapable. Comprendre l'incompréhensible. Mais essayer. Vouloir laisser une trace, vouloir laisser en vie dans un certain sens, même perdu dans un tiroir oublié à la serrure scellée. Scellée comme le secret. Un tiroir poussiéreux. Et laisser la poussière conserver ce secret.
Et pourquoi pas, un jour, donner la possibilité à quelqu'un, à l'inconnu, de trouver ce tiroir. De souffler sur la poussière. Laisser l'inconnu découvrir les mots. Laisser l'inconnu dans un silence pur. Un silence noble. Le laisser réécrire sur des pages moins jaunies. Moins vivantes, aussi, mais laisser l'encre redonner vie. Une nouvelle vie. Aux mots. Et ces mots, sur ces nouvelles pages, bouleversants de nouvelles âmes, des âmes éparses, par ci par la, et les laisser en suspend. En suspend devant ce secret secret. Les mettre dans la confidence. Les laisser croire. Croire que tout est la. Croire que le secret est révélé. Et ne jamais leur révéler l'essentiel. Ne pas décevoir, ne pas leur révéler qu'ils n'ont que de vulgaires miettes du Vrai. Les laisser appeler ça Amour. Qu'ils trouvent cela fort. Ce mot est le plus faible des mots. Parce qu'il se vit. Se sent. Sous la peau. Dans le sang. Dans les tripes. Le cœur. Jusqu'aux os. Parce qu'il se vit. Et ne s'écrira jamais.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,