Si tappabotuphile

il y a
1 min
121
lectures
35

Toute ma vie a été bercée par la littérature, la poésie, et le théâtre. J'ai pris la plume très tôt, et bien que légère elle donna du poids à mes mots, qui devinrent des récits, des  [+]

Je suis tappabotuphile. Ne vous moquez pas de moi. Certains collectionnent les timbres, ils ne sont pas timbrés pour autant, d'autres collectionnent les pièces de monnaie, et ils ne sont pas riches pour autant.

Moi, je collectionne les bouchons de bouteilles. Attention, ne me confondez pas avec les placomusophiles qui eux, collectionnent les plaques de muselet, c'est à dire les plaques métalliques rondes situées au sommet des bouchons de Champagne ou de tout autre breuvage.

Non, moi ma grande passion, ce sont les bouchons, tous les bouchons. Ce matin j'étais au volant
de ma grosse berline Allemande, quand ils ont annoncé à la radio qu'il y avait un énorme bouchon sur l'autoroute A 27. C'était plus fort que moi, je ne pouvais pas rater ça !

Passer des heures dans un embouteillage et regarder un bouchon de plusieurs kilomètres, quel pied !
Ma femme m'a déjà dit que je poussais le bouchon un peu trop loin. Je lui ai répondu que non, je ne le pousse pas, je le collectionne, il y a une nuance ! Il faut être con pour pousser un bouchon un peu trop loin ! En plus, ça ne veut rien dire, autant le collectionner ! Mes potes se foutent sans arrêt de moi, ils me demandent souvent :

Hé, Bebert, fait-nous voir ta collection, si c'est beau ça va, si t'as pas beau tu files, tappabotufile !
Ha ha ! t'as compris Bebert ? Jeu de mot Ramuncho !

Qu'est-ce qu'ils peuvent être cons, mes potes, Ha ha ! compote, vous avez compris les gars !
S'ils se mettaient à collectionner les conneries ils rentreraient dans le Guinness book des records.
Je préfère retourner à mes bouchons, ils sont moins cons. Ma collectionnite aigüe devenait envahissante, obsédante. Je suis allé jusqu'à m'acheter des boules quies pour avoir des bouchons d'oreilles. Je conjuguais plusieurs fois par jour le verbe boucher, et arrivé à la première personne du pluriel, enfin l'extase, la délivrance : nous bouchons, bouchons...

Avec ma femme, nous avons prévu d'avoir beaucoup d'enfants, ce sont, paraît-il, des petits bouchons. Heureusement que ma femme est buttivitrumbibephile. Elle collectionne les bouteilles vides. Nous sommes indispensables l'un à l'autre, on se complète parfaitement ! Pour collectionner les bouchons, il faut avoir de la bouteille !

Je collectionne les bouchons de bouteilles, elle, elle collectionne les bouteilles vides. La seule façon d'assouvir nos passions c'est de déboucher une bonne bouteille ! Ça débouchera sur deux belles collections ! À la bonne vôtre ! Si tappabotuphile !
35

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Cent pas

Mathieu Jaegert

Alex déboula dans le cabinet du médecin au pas de charge, adoptant un ton accusateur :— Vous m'aviez assuré que je pourrais accomplir ces dix mille pas par jour très facilement... [+]