Shortman 3

il y a
2 min
75
lectures
18

Toute ma vie a été bercée par la littérature, la poésie, et le théâtre. J'ai pris la plume très tôt, et bien que légère elle donna du poids à mes mots, qui devinrent des récits, des  [+]

La joute verbale entre Shortman et Liberman était à son point culminant, jusqu'à l'arrivée de Verlan man. Mais un trublion fait son apparition à Livreville, le pays des mots, et compte bien éradiquer toute trace littérature au profit des maths et de la philo. Il s'agit de Racine Tarée, le philomatheux.


— Hola ! Les décérébrés ! Le théorème de Thalès est un théorème de géométrie qui affirme que, dans un plan, à partir d'un triangle, une droite parallèle à l'un des côtés définit avec les droites des deux autres côtés un nouveau triangle, semblable au premier. La solution de Leibniz présente Dieu comme une sorte d'« optimiseur » de la collection de toutes les possibilités originales : Puisqu'il est bon et tout-puissant et puisqu'il a choisi ce monde parmi toutes les possibilités, ce monde doit être bon, en fait, ce monde est le meilleur de tous les mondes possibles. Il parlait d'un monde avec les maths et la philo bien sûr ! Déclama Racine Tarée.

— Sont-ce mes amis et moi que tu traites de décérébrés ? Qui es-tu avec ton ignoble bosse sur la tête ? Rétorqua Liverman.
— Ouais, active ta jactance ! Tu vas causer ou j'te file une dérouillée ? Bava Verlan man.
— Je suis Racine Tarée, passionné de maths et de philo. Quant à ma bosse, ça n'est rien d'autre que la bosse des maths. Je crains que c'est plus le savoir mathématique et philosophique que ma bosse qui vous effraie !
— Laissez-le moi ! S'écria Shortman, je vais faire un haïku avec ses équations !
— Apprend d'abord le théorème de Pythagore, ignoble inculte !
— Le thé au harem des putes gores ??? Il n'y a pas de ça chez nous s'exclama Verlan man. Il est zarbi ce keum, en plus il est relou !
— Je vais vous mettre la tête au carré ! Je vais faire des équations avec vos tronches ! Venez ! Approchez si vous êtes auteurs ! Je vous prend tous les trois sur l'acropole je vous divise par 2 je vous multiplie par 4 et je retiens 1 en otage moins la racine carré de l'hypoténuse parallèle à la tangente et je fais de vous des cosinus !
— Oh la ! Calme-toi, reprend ton souffle ou on sort le Littré !
— Moi un illettré ? S'étonna Racine Tarée.
— Non, le dico ! Le Littré ! Bon c'est pas grave ! Shortman, je te le laisse, il est à toi ! S'exclama Liverman.
— Attend ! Je sors mon nunchaïku et je m'en occupe ! Je vais le faire rimer avec sudoku !
— Ziva ! Laisse béton avec ton nunchachépakoi ! Je vais lui envoyer une mandale dans les mandibules, avec mes paloches de ouf je vais lui déchausser les gencives !
— Reprenez votre calme ! Regardez ce que j'ai fait de la France ! J'en ai fait un hexagone ! C'est mieux qu'une Sorbonne ! Mais, je crains qu'il n'y ait rien à faire avec vous, vous êtes bien trop bornés ! Je reprends mes maths et ma philo, je divise par 2, je multiplie par 4, et je trace tout droit, en angle mort ! Comme le disait Malcolm de Chazal, le regard indifférent est un perpétuel adieu !

Et Racine Tarée s'en alla comme il s'en fut venu. Nos trois compères, tous amoureux de notre belle langue à leur façon, s'en furent de compagnie, devisant et balivernant. L'alliance de Shortman, Liverman et Verlan man a permis à la langue française, riche et variée, d'accepter toutes ses déclinaisons et ses formats. Quant à Racine Tarée, il quitta Livreville et l'on entendit plus jamais parlé de lui... ou presque !



18

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !