2
min
Image de Mathéo Feray

Mathéo Feray

34 lectures

4

La solitude ? Titre rasoir, bidon, redondant, pourri... On en fait des caisses, de la ‘’ Solitude ‘’. Pourtant, Dieu que c’est beau, la ‘’ Solitude ‘’... Ça inspire, ça gonfle, ça occupe le bout de la pine. C’est de l’éloignement soigné, un sublime exil ou quelque chose comme ça, la ‘’ Solitude ‘’. Oui... la ‘’ Solitude ‘’, Monsieur... Connaissez-vous seulement la ‘’ seuleté ‘’ ? Quelque chose de seul, de sale, de raté ? Je suis pas très chaud ce soir. Je résume mon sentiment comme je peux, à coups de sonorités foireuses. Bon... résumons... je suis dans le beau salon, parfaitement entouré. Autour, on se sert le champagne, les toasts, le caviar, tralalala, tralalala... Les conversations sont futiles, courtoises, bourgeoises. Bien... vous saisissez ? Vous pigez un peu l’atmosphère ? Bon...et moi, je suis là, planète poisseuse, visqueuse, muette, clouée sur le canapé. J’attends. Je ressasse. En douceur. Habituel. Les autres jacassent. Ils doivent penser que je suis con. Ou quelque chose comme ça. Tous les copains sont partis, sauf moi. Même les nouveaux-nés se sont barrés à l’aventure. C’est dire... Je m’accroche. Littéralement. Pourtant, y a pas de mystère... En réalité, il y a même jamais rien eu. C’est comme ça. Je m’accroche. Faut que je m’accroche. C’est tout. J’apprécie mon petit confort. Faut que ça discute, que ça vive, même pour rien. Je trompe. Je vis plus avec mon temps. Je suis resté dans une sorte de dix-neuvième siècle. Pépère. Je Je Je Je. Excusez, c’est le jour de l’an. J’ai le droit d’être un petit gâté malheureux, de dire ‘’ Je ‘’. Y a pas que les petits Africains et les cancéreux... En réalité, tout le monde s’en branle des petits Africains et des cancéreux. Je dis pas ça par méchanceté. Allez pas croire. Seulement, ce qui compte, ce qui importe au-delà du beau, c’est le symbole, l’exemple... C’est dire au mec qu’il peut fermer sa gueule parce qu’il y a pire. Causons ! Causons ! Pour ne rien dire. Fantômes nous sommes. Tenez... ne faites jamais confiance à personne. Ils sont là, ils vous caressent les miches et ils vous lâchent à la première merde. C’est un fait. Ce qu’ils veulent, en vérité, c’est un meuble ou un perroquet. Ou un godemiché. Pour se titiller l’ego. Là ou ça fait du bien... Pour occuper quoi. Ça change de la télévision ou de Samsung. Une fantaisie... Rien qu’une fantaisie. Pour leur faire oublier qu’ils sont encore plus seuls que vous. La très franche vérité là-dedans, c’est que j’ai pas d’amis. J’en ai jamais eu. En tout cas, pas encore. Il y a que des gens qui tournent autour, gravitent ou bavent. C’est tout. Quand je suis las, ils me disent ‘’ Rien à foutre ‘’. Ils gravitent à n’en plus finir, pourris de futilités, plus gâtés encore que moi. Des infantilisés... Merde alors ! J’ai pas d’amis mais j’aime quand même ! Je gamberge ! Je dis des horreurs ! Je veux aimer. Je voudrais dorloter quelque chose... une valeur sûre. J’imagine le paradis comme un endroit où tout le monde se dorlote. De bon cœur. Pas comme ici. Les mecs qui se pendent tentent le tout pour le tout. Humanité, au-delà ou merde ! Suis prêt pour le néant ! Allez vous faire foutre ! Amour ou rien... C’est une folie raisonnable. Un joli paradoxe. Je sais que je peux aimer. J’en ai l’intuition. Mon blondinet me manque. Ça continue, les éclairs... je le vois, revois... Foutu délire. Petite pute... laideur ou beauté... c’est toujours pareil. Ça dégoûte, ragoûte jusqu’à l’indigestion... va-et-vient de la pine métaphysique... oui, encore !... Et l’orgasme : le suicide. Les impuissants feignent le courage et la volonté. Ce sont des menteurs. Y a quel les suicidés qui valent une médaille de raison... Toute lueur d’existence, anéantissez-la ! Pas de quartier ! Ce qui brille n’est pas d’or ! Sus aux boniments ! Sus aux autres ! Et moi, sur ce canapé, embourbé dans ma seuleté. Seul. Sale. Raté. Sans mon blondinet. Sans rien. Sauf lui. Le bourdon. Bzzzz...
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Très bel échange avec Ludmila.
Ça fait plaisir de vous lire.
Et ça change des concours.
Sinon la solitude moi je l'aime beaucoup parfois c'est à dire quand c'est par choix...

·
Image de Ludmila Constant
Ludmila Constant · il y a
Quant à la solitude...C'est une bonne occasion de se connaître , dans mon cas, après une longue vie en mariage fusionnel. On reviens à sa condition de la période des études, à ces 20 ans et on fait la comparaison...:-)
·
Image de Ludmila Constant
Ludmila Constant · il y a
Je ne participe pas aux concours sur ce site parce que je ne crois pas posséder le français suffisamment : ce n'est pas ma langue maternelle. Et puis, j'ai participé pas mal et même gagné les concours de peinture, même internationales, et leur fonctionnement ne me paraît pas ...disons, juste . L'opinion des gens "objectifs" ne m'intéresse pas vraiment. Je cherche mes semblables. :-))
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Bonjour Ludmila oui vos remarques sont pleines de bon sens.
Bon dimanche à vous

·
Image de Ludmila Constant
Ludmila Constant · il y a
Ecoutez, vos textes sont d'une bonne qualité, vraiment bonne . Mas ce miséralisme....Vous aimez Céline, Céline avait raison de ne pas aimer les gens: il était médecin et a vécu assez longtemps pour devenir ce qu'il est devenu. , Mais vous avez l'air d'être jeune, attendez quand même pour haïr tout le monde. Peut être vous aurez de la chance...
·
Image de Mathéo Feray
Mathéo Feray · il y a
Je ne sais pas si la chance m'attend. Ce que je sais, c'est que je ne suis qu'une chiure de mouche à côté de Céline et qu'une vie humaine est bien éprouvante. Autant se préparer psychologiquement.

Vous savez Ludmila, je regardais à l'instant '' Une exécution ordinaire '', film de Marc Dugain qui évoque les derniers jours de Joseph Staline. Dugain représente le dictateur tel un vieillard angoissé face à la mort et il lui fait dire cette phrase magnifique : '' Les hommes doivent accepter qu'à tout moment, sans raison précise, on puisse les ramener à cette forme absolue de modestie qu'est la mort ''. Tout est dit. C'est le propre de notre condition. Une existence a-t-elle un sens ? Pour ma part, je n'y crois absolument pas. C'est nous qui brodons, pour oublier. J'en profite pour vous inviter à visionner ce film ! Je pense que vous ne serez pas déçue...

·
Image de Ludmila Constant
Ludmila Constant · il y a
Vous avez raison. Nos vies n'ont pas de sens .L'univers n'a pas de sens, il existe, c'est tout. Mais personne et jamais jusqu'ici n'a réussi de se préparer mourir, nous sommes programmés de vouloir vivre jusqu'au bout. Alors , inutile de perdre les forces en lutte vaine. Vivons curieux. Vian disait: "J'ai mourrai un peu, beaucoup/Sans passion, mais avec intérêt/ Et puis quand tout sera fini/ Je mourrai. "
Il est intéressant de vivre, quand même.

·
Image de Ludmila Constant
Ludmila Constant · il y a
Prenez un chien alors
·
Image de Mathéo Feray
Mathéo Feray · il y a
C'est une solution. Ou un chat.
·
Image de Ludmila Constant
Ludmila Constant · il y a
Oui, le chat c'est mieux. Les chiens sont trop serviles.
·