Sentiment interdit

il y a
2 min
5
lectures
0
L’ai était légèrement parfumé, mais lourd en même temps d’un subtil arôme artificiel.

La pièce était haute, spacieuse, agréablement décorée. Les rideaux étaient tirés mais de manière à laisser pénétrer un rai de lumière qui éclairait délicatement le lit.

Ce dernier, de grande taille, était situé au centre de la pièce et partiellement recouvert de coussins et de draps qui délimitaient une sorte d’arène douce et soyeuse.

Autour du lit, divers objets étaient répandus au sol, ainsi que des vêtements légèrement froissés, abandonnés là et témoignant des ébats passés.

Max se rhabillait lentement, semblant réfléchir. Julia, elle, avait déjà retrouvé tous ses esprits, avait ramassé ses effets et sauté sous la douche. Elle lui demanda de ranger la chambre et de tout remettre à sa place comme d’habitude. Il avait acquiescé et s’était exécuté docilement.

Elle repensait à ce qui venait de se passer : aux caresses échangées, à ces étreintes renouvelées et jouissives. Elle était plus étonnée par sa souplesse que pas sa force, par sa douceur aussi, mais également par son à-propos dans ces moments là. Max était très appliqué, très endurant aussi. Elle pouvait lui demander n’importe quoi, rien ne le rebutait.

Quand elle sortit de la salle de bains ce dernier l’attendait posté dans l’embrasure de la porte et lui avait demandé « on se voit demain ? » et attentif attendait sa réponse.

Demain elle ne pouvait pas, elle avait autre chose à faire. En fait, elle aimait bien avoir des amants différents, très différents. Elle lui répondit « cela ne sera pas possible demain. La semaine prochaine si tu veux, si tu es libre... ». Bien sûr qu’il était libre et disponible. Il était par nature toujours libre et disponible et elle le savait parfaitement bien. Et il sentit tout à coup un « sentiment » nouveau l’envahir, quelque chose qu’il ne connaissait pas, et une phrase inattendue vint franchir le seuil des ses lèvres tièdes et siliconées : « Tu fais quoi... demain ? »
« ça ne te regarde pas » répondit-elle, surprise par cette réaction inhabituelle.
Max laissa passer quelques secondes puis continua : « Je n’aimerais pas que tu voies un autre homme que moi... »
« et qu’est ce cela pourrait bien te faire ? «  lui lança t-elle.
« je ne sais pas encore, mais je sais que je n’aimerais pas... » dit-il.
« cela suffit » lui cria t-elle excédée et elle le congédia sans ménagement.

« Alors ça c'est bien la première fois » se dit-elle à voix haute.
« Si ils se mettent aussi à débloquer ceux-là ! « 

Elle pris alors son téléphone, et après avoir composé le numéro inscrit sur la carte de visite que Max avait déposé sur la table de chevet, elle fit part de son mécontentement « Je ne veux plus le revoir celui-là il débloque complètement. Je paie assez cher pour ces services et votre Max est jaloux ! « et furieuse, elle raccrocha.

A l’autre bout du fil, Alexis, l’opérateur de service resta un moment sans voix, perplexe, puis appela le service de la maintenance techno-psychologique. Il exposa à son interlocuteur ce qui était semble t-il un problème nouveau et inattendu.
Ce dernier, assis devant son pupitre d’ordinateur, lui dit après un long moment de réflexion « Écoutes Alexis, Max ne peut pas être jaloux c'est tout à fait impossible, il n’a pas été programmé pour cela...
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,