1
min
Image de JAM Marvier

JAM Marvier

4 lectures

0

J'ai toujours aimé voyager. Mes diverses excursions aux quatre coins du monde révèlent cette passion tout comme ma panoplie de parfait touriste avec mes différents appareils photos. En effet, quiconque se respecte et aime voyager, se doit de posséder une quantité impressionnante d'appareils photo afin d'être sûr de ne pouvoir rater aucune occasion d’immortaliser monuments ou paysages. Ainsi, tel un collectionneur, mon petit appartement regorge de tous types d'appareils photo, du plus simple au plus perfectionné, me laissant à vrai dire assez peu d'espace vital.
J'étais particulièrement fier du dernier que je venais de m'acheter, un modèle très rare, j'avais dû dépenser une sacrée somme pour l'obtenir. Je l'avais donc amené avec moi durant mon séjour en Espagne. L'Espagne, quel magnifique pays, un lieu parfait pour prendre autant de photos plus magnifiques les unes que les autres.Un vrai petit paradis sur terre.
Plus tard, devant mon ordinateur, en attendant que le chargement des photos de l’appareil à l’ordinateur se termine, quel ne fut pas mon soulagement quand, au bout de 5 min, je pus enfin accéder à ma galerie. Tel un enfant devant un magasin de sucreries, je trépignais d'impatience d'admirer mes petits chefs d'œuvres photographiques. Alors, imaginez-vous ma surprise quand, au lieu de voir défiler devant moi les monuments que j'avais immortalisés sur ma pellicule, je vis des monuments futuristes dignes des plus grands films de science-fiction, et dont j'avais la certitude de leur inexistence. Pris d'un doute, je refis mon voyage sur Google Maps, au cas où ce puisse être ma mémoire qui me jouerait des tours. Mais non, ces monuments tout de verre n'avaient jamais été construits, en tout cas pour l'instant. Dans le futur peut-être ?

Simple hypothèse : et si mon appareil ne c'était pas contenter de prendre le monument en photo mais l'avait fait avec au moins 50 ans d'avance, me donnant un aperçu du futur, de l'avenir de ces lieux ? Complètement absurde, me dites-vous. Mais une autre explication vous paraît-elle plus logique ? De mon point de vue, il n'y avait que celle-ci qui pouvait donner un sens à tout ceci. Un deuxième voyage s'ouvrait à moi, un voyage unique, un voyage au cœur de l'Espagne de 2070.
Néanmoins un seul type de photo me terrifiait avec cette capacité surnaturelle de mon appareil : le selfie ! Qu’en était-il du selfie ?
Deux mois, celui du présent et celui du futur allaient se faire face ? Rencontre quelque peu inattendue et effrayante !
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Hier, j’ai pris le nom d’un autre.Nous vivons dans les ténèbres. Une obscurité qui pue le suif, le pétrole, l’odeur aigre de l’acier et des machines, dans laquelle la taille d’un nom...