3
min

Se réveiller auprès de lui

Image de Albine

Albine

152 lectures

83

L’aube filtrait à peine à travers les volets entrouverts. Maria jeta un regard à l’homme qui se trouvait à ses côtés dans le lit et esquissa un sourire. Il était resté ! Pour la première fois depuis des mois qu’ils se fréquentaient en cachette, il n’avait pas fui l’appartement au beau milieu de la nuit.

Maria avait rencontré Louis à la boutique où elle travaillait. Il avait passé la porte avec son épouse à sa suite mais, lorsque la jeune vendeuse le vit, plus rien d’autre ne compta. C’était un matin comme celui-ci, par un hiver froid mais ensoleillé. Si trois ans ne s’étaient pas écoulés, Maria aurait pu penser qu’elle y était encore, séduite au premier regard par ce bel homme, tant la lumière des aubes était semblable.

Le noble avait vite compris que son aura et sa beauté avaient une fois de plus fait mouche, aussi multiplia-t-il les visites au magasin. Chaque fois qu’elle le voyait, Maria remarquait un nouveau détail de l’anatomie de Louis : ses lèvres, son torse, ses fesses... tout était parfait ! Poussée par une audace qui ne lui ressemblait pas, la vendeuse aborda Louis. Certes, il était d’un rang bien supérieur au sien, et il était marié, mais la demoiselle ne pouvait pas repousser son envie, impérieuse et sans concession. Il lui fallait se coucher aux côtés de cet homme, sentir ses doigts courir sur sa peau, poser ses lèvres sur la bouche charnue de celui qu’elle désirait ardemment.

Louis n’en était pas à sa première aventure. Sa femme tolérait cet état de fait sans rien dire, tant que son époux lui revenait chaque matin. Alors il usait des plaisirs de la chair, culbutant et burinant à tout va. Maria était bien trop ingénue pour le comprendre. Elle n’imaginait même pas qu’elle puisse servir uniquement d’amusement passager.

Un soir, alors qu’ils se trouvaient seuls à la boutique tous les deux, Louis avoua son trouble à Maria. Il lui servit un discours qui la convainquit de son intégrité. Il lui dit, en fait, tout ce que les femmes aimaient entendre avant de livrer leur corps. La première expérience fut délicieuse pour tous deux, et Louis aima tant qu’il décida d’en faire sa maîtresse régulière. Bien entendu, il fit croire à Maria qu’il l’aimait réellement, bien qu’il ne puisse quitter sa femme.

Maria eut bien du mal à accepter que son amant la laisse aussitôt après en avoir fini avec elle. Elle aurait aimé dormir dans ses bras et se réveiller à ses côtés. Chaque nuit, Maria pleurait. Lorsque l’aube pointait à l’horizon, elle se préparait afin d’aller au travail. Cela dura des mois, pendant lesquels la jeune femme se demanda si elle devait tout arrêter, mais la douleur de le perdre aurait été si insupportable qu’elle renonça et préféra se satisfaire des quelques rares moments passés auprès de celui qu’elle aimait. Il lui était très difficile d’attendre la nuit, mais sa patience était récompensée lorsqu’il était là, que Maria pouvait sentir l’odeur enivrante de son corps et étancher sa soif d’amour dans les bras de Louis.

Malgré tout, quand le jeune noble était loin d’elle, Maria ne pouvait s’empêcher de l’imaginer avec son épouse. La jalousie la consumait et elle commença à nourrir une hargne féroce envers la femme de Louis. Elle était belle et riche, et avait le privilège de pouvoir s’afficher aux bras de celui que Maria aimait plus que sa propre vie. C’était injuste qu’elle, la petite vendeuse sans le sou, n’ait droit qu’aux restes d’une femme qui n’avait pour seule facilité que celle d’être née dans l’opulence.

Aujourd’hui était différent, car Louis n’était pas parti. Il reposait paisiblement entre les draps de flanelle et, en le voyant, Maria sourit une fois de plus. Elle effleura sa peau tendrement, puis remonta la couverture sur son torse, qu’elle trouvait froid. Elle se leva sans faire de bruit et se rendit dans la salle de bain.

Alors qu’elle se lavait, Maria repensa au déroulé de cette nuit, où tout avait changé. Ils avaient fait l’amour, comme d’habitude, passionnément. Parfois la jeune femme se demandait si elle ne servait pas juste à passer les besoins bestiaux de Louis. Il était de moins en moins souvent tendre, l’insultant parfois en plein acte. Elle faisait l’amour, lui baisait. La nuit qui s’achevait, tout avait été différent. Elle lui avait fait part de ses craintes, il l’avait rassurée et était finalement resté.

Maria quitta l’appartement que le soleil commençait à éclairer en chantonnant de joie et ferma la porte à clef.

Dans le lit où reposait Louis, une tâche sombre avait séché. L’aube s’achevait, laissant la place à une aurore lumineuse. Le franc rayon de soleil qui pénétra dans l’appartement de Maria se refléta sur la lame qui dépassait du dos de Louis. Afin d’être sûre qu’il demeurerait à ses côtés à tout jamais, la jeune amoureuse n’avait vu d’autre choix que de le tuer. Elle ne pouvait plus supporter de le laisser partir, alors elle l’avait poignardé pendant l'orgasme, figeant son visage dans une expression béate.

Pendant tous les jours qui suivirent, jusqu’à ce qu’elle fut arrêtée et jetée en prison, Maria dormit avec le cadavre de celui qu’elle avait aimé.

La criminelle fut pendue au petit matin, trois mois après que le corps de Louis fut retrouvé. Alors que le bourreau passait la corde autour du cou de Maria, elle songea que l’aube était décidément le plus beau moment de la journée, celui où tout peut commencer, et où tout peut s’achever.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
83

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
quand l'amour fait perdre la raison...
·
Image de Iwas Butlife
Iwas Butlife · il y a
Wow, j'ai pas de mots que mon max de vote. Félicitations!
·
Image de Albine
Albine · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de Maour
Maour · il y a
Je vous soutiens pour le prix ;)
J'espère que vous aimerez aussi mon poème :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-retour-du-soleil
Amitiés

·
Image de Mica Mike
Mica Mike · il y a
Coup de coeur...
C est puissant,ou brûlant.J adore.Bonne continuation

·
Image de Albine
Albine · il y a
Merci beaucoup
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un récit bien écrit, et tragique ! Mes votes ! Une invitation à partir en voyage sur ma “Croisière” ( qui est en FINALE ) si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et bonne soirée!
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Lili
Lili · il y a
Tu as vraiment un réel talent !
·
Image de Albine
Albine · il y a
Merci c'est
·
Image de Albine
Albine · il y a
Gentil
·
Image de Sabrina Guerreiro
Sabrina Guerreiro · il y a
J'ai adoré!!! Je me doutais bien que ça allait mal tourner pour lui mais bravo pour ton texte!!!!
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Une histoire d'amour tragique fort bien racontée. Bravo, Albine, pour vote talent de conteuse. Vous avez mes cinq votes.
Je vous invite à lire mon sonnet sur le destin tragique de Mumba : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous.

·
Image de Albine
Albine · il y a
Merci. Un joli poème qui a mes voix. Bonne soirée !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Albine ! Vous avez soutenu mon sonnet Mumba et je vous en remercie. Il est désormais en finale. Le soutiendrez-vous de nouveau ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Merci à vous, Albine !
·
Image de Cédric Clavé
Cédric Clavé · il y a
C'est con à dire mais ce texte est beau quand même.
Bravo M'dame :)

·
Image de Albine
Albine · il y a
Je vois pas pourquoi ce serait con
·
Image de Cédric Clavé
Cédric Clavé · il y a
Il y a la violence de l'acte (même fait par amour) et il y a la mort. Mais c'est beau. Magnifiquement écrit et terminé par une once de beauté :)
·
Image de Albine
Albine · il y a
Merci t'es gentil
·
Image de Topscher Nelly
Topscher Nelly · il y a
L'amour à mort. J'adore!
·