Sculptures de sable

il y a
3 min
1 676
lectures
915
Finaliste
Public

j'écris des nouvelles mais aussi des textes et musiques que je chante à la guitare douze cordes et tout le saint-frusquin, le bazar lézardes et fractures des univers, de la vie du mystère des  [+]

Image de Été 2019

La mer était calme, en apparence. Le soleil bien que légèrement voilé par une brume diaphane de nuages blancs dardait une douce chaleur et le vent léger donnait une agréable sensation de fraîcheur.

Elle était allongée sur une serviette de bain, lisant tranquillement sous un parasol. L'enfant jouait à ses côtés, les yeux parfois perdus vers l'immensité de l'océan puis de nouveau brusquement concentré sur son ouvrage. Il sculptait dans le sable humide d'étranges figures marines, des étoiles de mer dragon, des poissons écailleux aux nageoires démesurées, des hippocampes aux formes soigneusement ciselées, enroulées sur elles-mêmes et il pensait déjà à son œuvre magistrale, un orque menaçant aux dents nacrées et acérées en coquillages soigneusement sélectionnés sur la plage. La femme ne prêtait guère attention aux jeux bizarres de l'enfant dont elle connaissait la prédilection pour les figures fantasques et seule l'intrigue de son thriller la passionnait pour le moment.

La mer était calme, mais issue parfois de l'horizon une vague énorme venait à se briser violemment, lançant des gerbes d'écume qui les éclaboussaient. La plage était déserte. Un homme surgit de nulle part, s'approcha en poussant sa petite voiture à bras, leur proposant des glaces. L'enfant leva à peine les yeux, tendit la main et pendant que la femme payait l'achat, était déjà affairé sur son orque, réglant le sort du sorbet en un temps record. L'homme s'éloigna puis disparut presque instantanément, absorbé par une dune broussailleuse.

Ils prirent leur pique-nique et quand il eurent terminé, l'enfant ramassa les os de poulet et fit mine de les enterrer. La femme furieuse lui bloqua le bras :
— On n'enterre jamais les os dans le sable, c'est une insulte à la déesse de la mer, un chien affamé pourrait passer par là, lâcha-t-elle péremptoire.
— Mais il n'y a même pas un chat, rétorqua l'enfant qui ne manquait pas d'humour pour son âge.
Au même instant de la dune surgit un long chien jaune étique qui s'approcha nonchalamment tandis qu'une énorme vague se fracassait à leurs côtés et emporta la serviette de la femme. Elle eut cependant le réflexe de sauver son livre des eaux. Le chien aboya, fit demi-tour effrayé puis se fondit derrière les dunes. Les deux se regardèrent sans mot dire. Les yeux noirs de l'enfant transpercèrent l'âme de la femme. Elle se rallongea comme si de rien n'était et reprit la lecture de son livre tandis que l'enfant contemplait l'ampleur du désastre. Plus rien. Son œuvre était anéantie par la faute de sa mère. Il s'assit, laissant son regard mélancolique divaguer à l'horizon.

Soudain il s'écria :
— Maman, maman, là-bas au loin il y a quelqu'un, il agite les bras.
Interloquée la femme se releva précipitamment, mit une de ses mains au-dessus des sourcils pour mieux voir et balaya d'un regard scrutateur l'horizon écumant.
— Non, il n'y a rien et d'abord personne ne nage par ici, la mer est beaucoup trop dangereuse, trop de tourbillons mortels et tout le monde le sait, lança-t-elle d'un ton sentencieux.
— Si, si, regarde mieux, là-bas, et il pointa le doigt vers un endroit précis.
Elle regarda à nouveau, sans conviction. Le verdict tomba.
— Il n'y a personne, ça suffit comme ça, tu m'ennuies avec ton imagination débordante.
Elle se replongea dans son livre.

L'enfant se leva d'un bond et courut droit vers la mer en hurlant qu'il allait le sauver. Le temps qu'elle réagisse il était déjà dans l'eau, porté par une grande vague et nageait furieusement vers le large. Elle se lança immédiatement à sa poursuite en lui criant de revenir mais rien n'y fit, il était bien meilleur nageur qu'elle et avait pris une bonne avance.

L'enfant jeta un coup d'œil derrière lui. Une fois qu'il fut assuré que sa mère le suivait, il dévia insensiblement sa course vers tribord. Sa mère le suivait toujours. Il vira brusquement vers bâbord. Il connaissait parfaitement les courants pour avoir de nombreuses fois expérimenté des écoles buissonnières dans les parages. La femme légèrement décalée vers le bord tenta de le suivre mais resta subitement figée sur place, interloquée. Elle pagaya en vain pour se dégager de la baïne, puis tournoya sur elle-même comme un désolant manège incontrôlé. L'enfant lui sourit. Elle le regarda les yeux révulsés, sans un mot, avant d'être entraînée par le fond.

L'enfant revint tranquillement vers la plage, jeta un dernier coup d'œil vers le large et constatant qu'il n'y avait personne, déguerpit en abandonnant le thriller inachevé.

Il lui faudrait, une fois de plus, retrouver une nouvelle mère d'adoption plus compréhensive ; celle-là comme les précédentes n'avait vraiment pas été à la hauteur de ses ambitions.

915

Un petit mot pour l'auteur ? 371 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon  Commentaire de l'auteur · il y a
merci à tous les lecteurs et ceux qui ont commenté avec brio ce texte, fracassé sur les rochers du koncours, pour paraphraser le génial Maïakovsky, pas ni problème les gagnants du jury sont très bons, aucune merdrre -pas toujours le cas!- et je fourbis dans mon fourbis de textes une suite automnale etc., bon j'ai déjà eu un prix en un an seulement dans short, je ne vais pas geindre mais comme c'était pour le SEUL poème publié j'aimerai bien qu'un court passe, surtout que je suis très bon , niark!, niark! le narcisse, c'est dit et c'est... vrai, putois!!!!!!
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
Ouch, la fin a l'effet d'un uppercut !
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci de votre lecture en espérant que vous n'avez pas trop de mal après l'uppercut!
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
Ca va merci, mais je vais y repenser ce soir.
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
pansez bien la plaie alors!
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
J'arrive trop tard pour ce texte savoureux avec sa chute noire à souhait, il aurait presque pu concourir pour le Court et Noir. S'il y a une suite à venir, je prends !
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci de votre lecture et commentaire! pas de suite pour l'instant mais d'ici peu un nouveau pour le kon cours camarade le vieux monde est derrière toi, d'automne; au plaisir de peut-être vous y retrouver et sinon si vous avez quelques minutes ne loupez pas "le signe du singe" en tête de gondole, l'écrit-vision en collaboration avec le grand marsile rincedalle!
Image de Lafaille
Lafaille · il y a
Bravo!!!
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci de votre passage!
Image de Thara
Thara · il y a
Avant que ne sonne le glas du mot de la fin...
+ 5 voix !

Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci pour le glas, je vais voir les résultats suce-pince!
Image de André Page
André Page · il y a
Bravo Patrick, mes votes à nouveau :)
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci André l'alpiniste émérite d'être revenu au bord de la mère!
Image de Flore Anna
Flore Anna · il y a
Je reviens Patrick, mes voix renouvelées.
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci pour ce retour sur investissement!
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Une atmosphère baignée d'une douce lueur sablonneuse pour ce TTC d'un humour grinçant et que je prends toujours autant de plaisir à lire. C'est l'un de mes préférés de la saison. Mes 5 points.
Image de Jipe GIRAULT
Jipe GIRAULT · il y a
Les enfants sont adorables et imprévisibles c'est comme ça qu'on les aime !
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci du passage Jipe et du mignon commentaire pour mon bambin chéri!
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Bon d'la ! Dites donc, m'sieur Patoche, faut qu'je vienne en personne et moi tout seul voir sur votre page pour apprendre que vous êtes finaliste ! Et le fair-part, bordel ?! Bon pour une fois, je vote mais que je ne vous y reprenne plus !
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
meuh!... t'as du recevoir l'alerte abonné, si tu cuvais, dormais, dessinait ou autre activité illicite ou peu orthodoxe, mi j'y peux rin biloute! merci l'ami de ton passage en fanfare!
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Ceci dit, j'ai du dessin en retard, on peut pas être partout, hein !
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
bin vrai biloute, raison de préférer les dessins!
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Mais c'est vrai que ce sont pas (encore) les tiens. J'ai mis un post it sur ma planche à dessin pour m'activer. Si je reviens vivant de la tiers hache, 'videmment.
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
y'a le temps, nin de panik! fait tes dinos, le loup de mer doit piaffer comme un brontosaure au vu de tes premières cases des plus somptueuses!
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Ceci dit, neuvième place, t'es bien parti !
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
et surtout bin arrivé!
le fun rigolo c'est tout, sans faire de retape péripatéticien c'est pas mal!
je vise le jury seul kruk pot cible, jamais le pompon inter note, impossible sauf à faire du racolage 5 heures par jour comme le font les forcenés du clavier!

Vous aimerez aussi !