Sarah

il y a
1 min
204
lectures
50

"N'écoutez pas la personne qui a les réponses, écoutez celle qui a les questions" Albert Einstein "'Rappelez vous de regarder les étoiles et non vos pieds" Steven Hawking  [+]

Un soir à la Chapelle, concert de violoncelle, je l’ai vue : c’était elle, vision presqu’irréelle, telle agile sauterelle, hirondelle, tourterelle.
Lors, je n’écoutais plus le concert officiel.
La soirée culturelle me fut d’autant cruelle, qu’icelle, à peine vêtue d'une fine dentelle de la couleur ficelle, pourtant inhabituelle, lançait des étincelles de ses jolies prunelles...
La lueur sentinelle d’une pauvre chandelle disait qu'elle était belle...

Mais que se passe-t'il ?
Regard noir sous ses cils, elle demeure immobile, telle statue d'argile : que son corps est gracile ! Image indélébile.
Je me fais de la bile et reste malhabile face à la juvénile, indocile et hostile.
Oh ! que c'est difficile, que je me sens fébrile
Et je suis imbécile et me sais inutile quand elle me croit futile...

Dans ses bras, cet enfant qui veut quitter le banc en ce précieux instant : il veut sortir du rang.
Moi je suis un géant et je n'ai pas le temps et non plus cet accent pour lui dire mon tourment que j'ai de l'aimer tant, elle qui ment si souvent.
D'un mouvement très lent, je retire mes gants ; mes mains couleur de sang soudain frappent le vent ; las, je ne sais comment aimer cet innocent...

Ensemble, nous tentions toutes les exactions et le temps nous avions de célébrer l'union jusqu'à la communion.
Autrefois nous riions, à présent nous nions avoir été des lions, ne sommes plus que des pions bons pour la confession.
Non point de compassion ; finit l'heure des passions lorsque nous nous aimions, avions de l'attention.
A ce jour la mission n'est plus que démission, componction, attrition...

Désormais la complainte de nos amours défuntes.
Ma conjointe est enceinte d'une nouvelle étreinte.
Je ne suis plus que plainte, seul en ce labyrinthe, en cette sphère restreinte où ma vie s'est éteinte, lasse de cette astreinte si pesante et contrainte.
Me restera l'empreinte, couleur en demi-teinte de ces règles enfreintes, limite non atteinte de ces amours non feintes...

Ainsi finit l'histoire sans plus aucun espoir de jamais se revoir à la Chapelle, un soir.
Je ne pourrai m'asseoir à côté du bougeoir qui me donnait à voir cette pulsion si noire et loin de l'encensoir, je m'enfonce dans le soir.
Une histoire dérisoire d'un désir illusoire, adultère exutoire.
Non, je ne puis pas croire !
Non, je ne puis savoir !
Ce que je n'ai pu voir sur les pages du grimoire des penchants giratoires...

Je m'en vais dans le soir
Je sombre dans le noir
...
50

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !