2
min

Sans laisser d'adresse

Image de Sylvie Loy

Sylvie Loy

99 lectures

20

Un matin, il s'est levé et il s'est dit qu'il était temps qu'il le voie. Que depuis, il avait dû changer, le petit. Il a même compté sur ses doigts le nombre des années écoulées depuis leur dernière rencontre, mais au bout de six, il s'est arrêté. C'était déjà trop et en plus ce n'était pas fini.
Alors, il a enfilé un jogging, ses baskets et avant de sortir, s'est coiffé d'une casquette. Afin de passer incognito le temps de l'observer un moment, le petit. Avant de se présenter à lui.
Dans l'air matinal, il a couru jusqu'à sa rue. Finalement, ils étaient presque voisins. Cependant, il était encore trop tôt. Pour passer le temps, il s'est attablé au café en face de l'immeuble où il vivait, le petit. Il a commandé un espresso, l'a bu lentement, l'a trouvé amer, mais en a commandé un autre.
Lorsque les habitants du bâtiment ont commencé à sortir les uns après les autres, il s'est brusquement levé. C'est qu'il avait peur de le manquer, le petit. Mais ses mains se sont mises à trembler et les battements de son coeur s'accélérer. Foutue hypoglycémie, a-t-il diagnostiqué.
Malgré le risque de gâcher le rendez-vous tant convoité, il est entré dans une boulangerie et a acheté un croissant. Sa viennoiserie à la main, il s'est ensuite posté sur le trottoir toujours face à l'immeuble dans la ligne de mire de l'entrée. En attendant, il a mangé lentement et sans appétit.
C'est alors que la porte s'est ouverte avec fracas. Un jeune garçon d'une dizaine d'années en a surgi en trottinette. Sa mère à sa suite.
Interdit, sur son bout de trottoir, lui, est resté figé sur place. Le petit avait tellement changé. On devinait déjà l'homme qu'il deviendrait à travers ses traits. Pendant que sa mère relevait le courrier, il effectuait des sauts et des figures complexes. Que le petit était agile a-t-il constaté en son fort intérieur avec un brin de fierté.
C'est au moment où il sortait de sa rêverie et prenait l'initiative de le rejoindre de l'autre côté de la route, qu'un vendeur à la peau ébène, habillé d'un boubou coloré, s'est campé devant lui. Enrayant son élan. Le contraignant à l'arrêt. Pour mieux exhiber sous ses yeux une valise pleine de montres et autres breloques dorées. Pas cher, pas cher répétait-t-il inlassablement, convaincu de l'efficacité de sa tactique de vente qui avait fait ses preuves jusqu'alors.
Néanmoins le temps s'égrainait malgré ses refus d'abord cordiaux puis grossiers. D'ailleurs excédé, il lui a même hurlé de se tirer, de se casser, de rentrer dans son pays. De lui foutre la paix, bordel.
Cependant, il était trop tard: le petit avait déjà disparu au bout de la rue. Avec du courage et de la volonté, il aurait pu le rattraper. Mais son altercation avec le vendeur l'avait vidé.
Dépité, il avisa alors une Maison de la presse aux nombreux tourniquets de cartes postales. Celle qu'il glissa dans la boîte aux lettres du petit représentait une plage de sable fin face à une mer d'un bleu limpide. Au dos, il y écrit ces quelques mots:
"Je pense à toi.
Dès mon retour des îles, je passe te voir.
Je t'embrasse mon petit.
Papa."
Le coeur léger, il repartit en trottinant vers chez lui. Il était affranchi de tout devoir. Pour un temps du moins.
A la différence de sa carte, qui, elle, ne l'était pas.

20

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mick
Mick · il y a
Triste personnage que ce père assez lâche qui tente de renouer avec ses responsabilités mais qui s'enfuit au premier obstacle. J'aime la douceur que tu distilles au fil du texte malgré la gravité et la tristesse de la situation. Quant à la conclusion, elle est tout simplement superbe ! Bravo ! ;)
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci merci Mick ! Quand tu écris, le plus difficile c'est de suggérer et ne pas s'impliquer, ne pas prendre position.
Merci pour ta visite ici !

·
Image de Pradoline
Pradoline · il y a
Pas digne d'être un père... Brouou, qu'il est vilain ce personnage.
Un texte fort bien écrit, merci, Sylvie.

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Il est moche ce bonhomme.
Merci Ma Praline pour ta lecture !

·
Image de PatDeb
PatDeb · il y a
Une histoire touchante où le thème du temps est très présent... Le personnage principal a trop attendu justement pour retrouver sa place de père auprès de son fils..
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Tout à fait. Et il en a conscience. Mais il se donne l'illusion que des retrouvailles sont possibles. Il joue un rôle. Et ça le rassure.
Il retrouve ensuite sa vie. Merci pour ta lecture argumentée !

·
Image de Jackie Arnoult
Jackie Arnoult · il y a
La séparation. C'est terrible et en plus ce espèce d'idiot de vendeur qui a tout bloqué. Mais casse toi . Dééégaaage !!! Oh! non !!!! je l'ai loupé.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Rires !
Il existe des séparations gérées avec intelligence en considérant l'enfant mêlé au désamour des parents.
C'est rare, c'est sûr.
Merci Jackie !

·
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Dernière phrase que j'aimerais avoir écrite !
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Ah ?! Tant pis, je l'ai écrite avant toi !
Merci Christian d'être passé ici.

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
La lâcheté de certains hommes, qui font des enfants et restent au loin, feignant d'ignorer la béance que peut laisser cette absence. Il est terrible ton texte, et terriblement bien écrit.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci beaucoup. J'ai travaillé ce texte en me mettant dans la tête de cet homme. Il a fallu que je compose avec sa lâcheté et c'est chose difficile en écriture ! Merci encore pour ton appréciation !
·
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Je le trouve très triste ce texte, ce père qui a laissé passer sa chance et n'ose plus entrer dans la vie de son fils. Pour autant j'ai plus de compassion pour l'enfant qui devra vivre avec cet abandon.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Je ne souhaitais pas susciter de compassion pour le père. Je voulais pointer du doigt sa lâcheté: il trouvera toujours de excuses pour ne pas aller vers son fils. Merci pour ton commentaire détaillé et ta lecture !
·
Image de Granydu57
Granydu57 · il y a
Il se cache maintenant, quel lâche, pourtant il y a dix ans il a pris son pied avec la maman. Et la carte sans timbre, un tantinet timbré le mec...:-))
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Complètement oui !
T'as tout résumé ! Merci Grany !

·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Plus il reculera, pire cela sera. Je vois sa carte non-oblitérée comme un message subliminal "En fait je ne suis pas loin", mais a t-il pensé au chagrin de l'enfant ?
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
En effet, de sa part, cette carte suggère sa présence. Or, elle n'est pas affranchie, et ce peut être mal perçu, et sujet de contrariétés et de vexations évidentes. Surtout si c'est son habitude. J'imagine que la mère intercepte les cartes pour éviter un chagrin supplémentaire... Mais là, je vais trop loin !
Merci Patricia pour ta lecture.

·
Image de Barbara V.
Barbara V. · il y a
Acte manqué et mensonge par manque de courage... Ne le blâmons pas trop...
Ce texte me bouleverse, Sylvie !

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Sans prévenir, dans l'écriture, je peux m'acharner sur les défauts de mes personnages. Là, j'ai voulu laisser planer un doute, ouvrir une possibilité d'excuses...mais je crois qu'avec une telle attitude lâche, cet homme est loin de susciter la compassion !
Merci Barbara pour ta lecture !

·
Image de Barbara V.
Barbara V. · il y a
Et pourtant il suscite la mienne ! Je me suis jetée dans cette possibilité d'excuse... :)
·