1
min

Sanglant rendez-vous

2 lectures

1

Le rythme se fait entendre dans la nuit.
Le rythme est... transperçant.
Est-ce du à l'instrument qui joue ce rythme?
Deux Smith et Weston que son propriétaire a amélioré.
Les musiciens l'accompagnant continue a jouer alors qu'une boucherie s'effectue.
Le boucher en question est un as de la gâchette, il ne regarde pas ses victimes, il est concentré sur son twist.
D'un mouvement de tête, il aperçoit un visage qu'il ne veut pas tuer.
Il ne connait aucunement cette fille mais elle ne mérite pas de mourir, il le sait.
Lachant ses revolvers, il se précipite sur la demoiselle.
D'une rapidité étonnante, il s'agenouille et tend sa main.
La jeune fille, en état de choc ou tout aussi folle que lui, accepte cette danse.
C'est une valse sur fond de rock’n’roll roll qu'ils subliment.
Elle, dans sa robe aussi rouge que son rouge à lèvres, lui, son costume blanc taché de sang aux couleurs vives.
Tandis que le saxophone s'enchante, les deux tourtereaux s'embrassent sans prendre part des cadavres exposés sur le sol.
Une des victimes, encore respirante s'approche, menaçante, d'un Smith et Weston.
D'un coup de pied le tueur l'achève sans arrêter sa danse.
Mais hypnotisé par le regard de sa compagne, il ne voit pas un de ses musiciens qui sort un fusil.
Ils l'ont suivi jusque là par peur mais il faut que toute cette folie s'arrête un jour.
En un déchirant son, le couple est par terre.
Le tueur, un simple jeune homme, certes un peu dérangé, se vide doucement mais si rapidement de son sang écarlate.
Sa petite amie, qui malgré tout l'aime profondément, est en pleurs.
Ses larmes se mélangent au sang qui tapisse la salle.
Le garçon s'excuse au monde entier.
Dès la seconde où il aperçut sa belle, l'envie de tuer disparut.
La culpabilité est ce qui le fait mourir.
Mais, il meurt heureux avec son amour plantée à coté de lui.
En pleurs, triste mais avec lui.
La jeune fille a grandit, avec un certain traumatisme.
Mais plus jamais, elle ne tomba amoureuse.
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Le soleil s'engouffre dans la pièce quand la gouvernante ouvre les lourds rideaux. «-Allez, p'tit prince, faut se lever. » Camille s'étire et sourit. Ce n'est pas comme ça ...