3
min

Salle des fêtes, 19 heures précises

Image de Chloé

Chloé

198 lectures

182

FINALISTE
Sélection Jury

Après avoir fait un large détour en chemin, Antoine entra par la petite porte dans l’auditorium de son conservatoire. Ce n’est qu’une fois à l’intérieur qu’il troqua ses baskets contre des mocassins en cuir noir, et que son sweat laissa place à une chemise blanche impeccablement repassée. Les autres jeunes participant à l’audition étaient déjà tous arrivés, et son professeur de chant lui lança un regard de reproche, lui faisant clairement comprendre qu’elle n’approuvait pas son manque de ponctualité. Antoine prit sa place dans la file d’attente avec un sourire contrit. En réalité, il aurait largement pu arriver à l’heure, mais les détours qu’il avait prit l’habitude de suivre lorsqu’il se rendait en chant avaient allongé son trajet. Son portable se mit à vibrer avec insistance au fond de sa poche, indiquant de nouvelles notifications sur la conversation de la classe. Peu désireux de se faire plus remarquer, Antoine éteignit son téléphone, avant de le glisser au fond de son sac.
Il attendit son tour en faisant des exercices d’échauffements et en répétant intérieurement son morceau. Finalement, un signe de son professeur l’informa enfin qu’il était le prochain à passer. Il se plaça alors près de la porte donnant sur la scène, pour mieux écouter ce qui se passait dans la salle. A la fin de la performance du candidat précédant, il lui sembla entendre un fourmillement de chuchotements dans le public, mais ils disparurent lorsqu’on annonça le prochain candidat. Antoine prit une profonde inspiration, puis poussa la porte. Lorsqu’il sortit des coulisses, il fut ébloui par la lumière des projecteurs, l’empêchant de voir la salle, et chancela pour trouver le centre de la scène. La voix sèche du jury déchira le silence :
- Votre nom ?
- Antoine Duffot.
Son annonce fut suivie d’un nouveau bruissement, venant du fond de la salle. Le jeune homme releva la tête, et sentit son sang se glacer en reconnaissant la quasi totalité de sa classe, confortablement installée. Ses oreilles se mirent à bourdonner lorsque des esclaffements étouffés leur parvinrent, tandis qu’une question se mettait à tourner en boucle dans son esprit : Mais comment avaient-ils su ? Il se mit à transpirer à grosses gouttes en se rendant compte que sa chemise était trop serrée pour dissimuler son léger embonpoint.
- Excusez-moi, jeune homme ?
Il se retourna vers le jury, qui le regardait avec sévérité, ignorant ce qui ce passait derrière lui.
- Votre chant, s’il-vous-plaît.
- L’heure ex-exquise, de Reyna-naldo Hahn.
En l’entendant buter sur ses mots, une nouvelle vague d’hilarité gagna le groupe au fond de la salle. Antoine se sentit devenir écarlate, souhaitant de tout cœur disparaître entre deux lattes de la scène. Tous ses stratagèmes, ses détours, ses mensonges, n’avaient servi à rien. Il avait été démasqué. Il tourna nerveusement la tête, cherchant désespérément une échappatoire, mais il était déjà trop tard. La musique commença à sortir des hauts parleurs, à la même vitesse que les caméras sortirent des poches de la meute. Antoine prit une grande inspiration, tandis que sa voix de contre-ténor commença à habiller les notes de piano.

« La lune blanche luit dans les bois. De chaque branche part une voix sous la ramée. »

Les rires redoublèrent, tandis que plusieurs flashes s’allumaient au fond de la salle. Le jury haussa les sourcils d’un air peu impressionné. Antoine transpirait abondamment et il commença à sentir, bien malgré lui, ses yeux se remplir de larmes. A la fin du couplet, il ferma les yeux, et essaya de se concentrer sur la mélodie.

« O bien aimée. L’étang reflète, profond miroir, la silhouette du saule noir où le vent pleure. »

- Purée, il a une voix suraiguë !
- Une vraie fillette.
- Attendez, c’est moi ou il est sur le point de pleurer, là ?
Tout le groupe ricana en cœur en regardant Antoine, écarlate et pantelant, sur le devant de la scène. Le message s’était affiché sur la conversation de la classe, une demi-heure plus tôt : «  Salle des fêtes, 19 heures précises ». Tous étaient venus, car il n’y avait pas grand chose à faire les mercredis après-midi dans cette ville. Le spectacle était à la hauteur de leurs attentes.
Pourtant, lorsque la future risée du lycée ouvrit à nouveau la bouche, sa voix était méconnaissable :

« Rêvons, c’est l’heure. »

Le groupe de rieurs et le jury sévère avaient disparu. Antoine était seul, faisant courir sa voix sur les notes. Il avait finalement retrouvé le chemin le menant dans l’univers du compositeur, lieu familier qu’il avait appris à connaître en cours de chant, et dans lequel il s’évadait dès qu’il se trouvait assez loin d’oreilles indiscrètes.

« Un vaste et tendre apaisement semble descendre du firmament que l’astre irise. »

Tandis que les autres continuaient à s’esclaffer, Clotilde baissa les bras et éteignit son téléphone, pour mieux écouter le chant de son camarade de classe. Sans oser faire signe aux autres de baisser la voix, elle ferma les yeux pour mieux se concentrer sur la musique.

« C’est l’heure exquise ! »

Sur cette dernière note tenue, Antoine osa ouvrir les yeux pour défier la meute installée au fond de la salle, qui ne tentait même plus de couvrir ses éclats de rire. A la fin de la chanson, la salle se remplit de huées et d’exclamations moqueuses, tandis que le jury, au visage impénétrable, appelait le candidat suivant. Antoine serra les poings, et se dirigea vers l’extrémité de la scène, pensant déjà aux messages et remarques railleuses qu’il allait recevoir le lendemain matin au lycée.
Soudain, il s’immobilisa, avant de se retourner à nouveau vers la scène. Au milieu de la troupe de moqueurs, Clotilde s’était levée, et, ignorant les regards étonnés ou courroucés des autres, applaudissait de toutes ses forces.

( Toutes les parties entre guillemets sont les paroles de la chanson "L'heure exquise" , du compositeur Reynaldo Hahn.)

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
182

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred
Fred · il y a
Bravo Chloé c’est très beau
·
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
Super texte Chloé, bravo !
·
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Bravissimo Chloé !
·
Image de Didier Caille
Didier Caille · il y a
Le courage et la force de caractère pour balayer tous les doutes et les moqueries :) et je vous invite à découvrir mon univers https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/les-plumes-du-plaisir
·
Image de Nualmel
Nualmel · il y a
Votre texte me plaît beaucoup, votre personnage à contre-courant très touchant dans son courage. J'aime le chant, et pour avoir tenté de chanter devant un tout petit public très bienveillant, je sais comme c'est difficile... j'ai perdu le souffle et le timbre dans ma peur... j'admire qu'il puisse oublier les moqueries et trouver sa voix au fond de lui. Vous devez aimer le chant vous-même pour imaginer ce texte.
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Je suis content de lire ce texte en finale, ne l'ayant pas lu avant. Il est plus qu'à sa place. Mon vote maxi ! Peut-être aimerez vous "Il dit toujours oui", "l'héroïne" ou "Tata Marcelle".
·
Image de Marie
Marie · il y a
J'avais aimé votre nouvelle. Je confirme.
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Comment, cette nouvelle, qui est ma préférée et dont la fin m'avait tiré des larmes ne figure toujours pas parmi les dix premières du classement ? J'espère que les choses vont changer. Elle mérite un podium. Vote confirmé à + 5 et bonne finale, Chloé.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations pour cette finale du jury bien méritée ! Mes votes et bonne chance, Chloe !
·
Image de Jean-Baptiste van Dyck
Jean-Baptiste van Dyck · il y a
Bravo Chloé voici mes 5 voix, bonne chance pour la finale ! Je vous invite à soutenir mon texte «  You Hanoï Me Part 2 » en lice pour la finale poésie printemps 2018 ! Bon dimanche. JB
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/you-hanoi-me-part-2

·