Sale Bête

il y a
1 min
343
lectures
41
En compétition

Je suis née au siècle dernier, quelques mois après que Tchernobyl a fait boum. Mais je ne brille pas dans le noir. Je rêve de détruire le monde. Mais il ne se laisse pas faire. Du coup  [+]

Image de Été 2020

La pluie ne tombe plus, mais la carcasse du chat est toujours là. L’acide n’a pas réussi à complètement la faire disparaître.

Il faut dire qu’il était dodu, le chat. Sale Bête, qu’on l’appelait. Parce que personne ne se rappelait plus de son vrai nom. Un truc comme Léopold ou Hyppolite. Il avait connu le monde d’avant, celui où on donnait des noms ridicules aux bestioles.

Sale Bête n’aimait pas bien rester à un seul endroit trop longtemps. Alors, il allait de bunker en bunker et sa gamelle était toujours remplie. Parfois, il disparaissait pendant des jours ou des semaines. Mais il revenait toujours miauler à la porte. Quand il avait faim ou qu’une pluie acide commençait à tomber.

Toujours, sauf aujourd’hui.

Ça faisait longtemps que Sale Bête n’était plus aussi enthousiasmé par sa gamelle bien pleine. Parfois, il restait même longtemps au même endroit. Parfois, il oubliait de partir. On en avait discuté entre voisins de bunker. Sale Bête se faisait vieux.

On en avait discuté, puis on s’était dit qu’il y avait encore le temps. Dès que l’été reviendrait et que les pluies acides se feraient plus rares, il irait de nouveau gambader pendant des jours en nous oubliant. Oui, on s’était dit tout ça. Sauf que l’été, Sale Bête ne l’a pas vu.

La nuit dernière, on l’a trouvé devant la porte. Il n’avait pas miaulé, il n’avait pas appelé. Il s’était juste couché là et il s’en était allé. On l’aurait bien enterré, mais un orage a aussitôt éclaté. Et tout le monde sait que quand la pluie arrive, il vaut mieux se trouver bien à l’abri.

Maintenant, c’est déjà l’après-midi, le déluge a été total. Et je pense qu’il ne reste plus grand-chose à enterrer de Sale Bête. Peut-être qu’il vaut mieux attendre la pluie suivante et la laisser l’effacer complètement.

C’est bizarre, mais je ne me sens absolument pas dans mon assiette. Peut-être parce que Sale Bête, c’était le dernier vestige qui nous restait du monde d’avant. Un dernier élément de normalité dans un monde de plus en plus étrange, de plus en plus difficile. Sale Bête, quand il venait dans notre bunker, on se rappelait de ces soirées passées à écouter la pluie, le chat ronronnant sur les genoux. Et c’était bien.

Mais maintenant, il est parti. Pour toujours. Dévoré par la pluie.

Il est parti et en regardant dans la rue, on ne peut pas s’empêcher de penser qu’on finira tous comme Sale Bête.

41
41

Un petit mot pour l'auteur ? 30 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Svetlana Kirilina
Svetlana Kirilina  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à tous pour vos lectures et commentaires ! Et pour ceux que ça intéresse, cette nouvelle est aussi dispo en version audio : https://youtu.be/HeEu7RNWcOM
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
pour faire un commentaire sur l'audio il faut passer par goûtgueule qui n'est pas ma taste de vin! dommage!
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
La vie... un bien précieux qui s'achèvera tôt ou tard pour tout le monde. Triste votre histoire.
Image de Bisabelle
Bisabelle · il y a
Terrifiant!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Image de Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
un monde apocalyptique décrit indirectement au travers une banale anecdote. Récit simple et efficace
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Récit très court mais bien construit qui arrive très bien à installer l’ambiance pesante et effrayante de cette histoire en tranche de vie dans un monde post apocalyptique.
Image de Michèle Dross
Michèle Dross · il y a
Très très court et percutant. Bravo!
Image de France Passy
France Passy · il y a
Hé ben ! Dire que des sou-marins nucléaires croupissent en mer n'attendant que de remonter à la surface ...;
Image de France Passy
France Passy · il y a
sous-marins
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Une désespérance, un monde destructeur car détruit évoqué sobrement et de façon explicite.
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
j'ai corrigé les fautes de frappe liées à l'emploi malaisé du téléphone!
Image de Fid-Ho Paul
Fid-Ho Paul · il y a
Au début, on est intrigué, puis on comprend et on aime cette sale bête et le monde d’avant...petite histoire bien attachante et qui fait réfléchir......
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une plume superbe pour cette histoire étonnante et déconcertante ! Mon soutien ! Une invitation à venir découvrir “L’Exilé” qui est également en compétition pour le Grand Prix Été 2020. Un grand merci d’avance ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/lexile-1
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
On sent l'influence "Tchernobilienne". Beaucoup aimé l'approche d'une des catastrophes qui guette notre environnement par l'intermédiaire d'un simple chat, dernier maillon reliant les humains à la vie d'avant. Bravo ! bravissimo !

Vous aimerez aussi !