Sacrés boutons

il y a
1 min
2
lectures
0

Après avoir exercé durant plus de trente ans la profession de journaliste en Suisse romande, j’ai commencé, en 2019, à écrire des textes littéraires à l’occasion de différents concours  [+]

(CLN)
Le soleil brillait ce matin de printemps. Cela lui était complètement égal. C’était l’intérieur de l’immeuble, et surtout mon intérieur, qui l’intéressait. Il fit irruption chez moi sans sonner. La porte était ouverte. Sitôt à l’intérieur, il regarda dans toutes les directions. Personne, à part moi !
On ne se connaissait pas vraiment. Je l’avais vu quelquefois entrer et sortir de l’immeuble, mais sa tête bouffie ne me revenait pas. Et puis, s’il était venu me voir, je me serais souvenue de son haleine chargée d’un mélange d’ail et d’alcool.
Il se mit à me parler sèchement, comme si, au son de sa voix, je devais simplement obéir à ses ordres. Mais moi, je suis de l’ancienne génération, celle qui ne réagit pas à la voix, mais au toucher. Il comprit donc qu’il devait procéder autrement.
Il vit soudain mes boutons et cela ne le dégoûta pas. Au contraire, il les palpa, hésita longtemps ne sachant quel type de bouton choisir. Fallait-il triturer celui, bien visible, au milieu de ma face, ou plutôt aller titiller ceux cachés dans des recoins, à deux niveaux au-dessous ?
Les boutons jumeaux du premier niveau inférieur étaient rebondis. S’étaient-ils déjà fait à l’idée d’être pressés ? Non, on ne peut pas m’attribuer cette pensée.
Le bouton du deuxième niveau inférieur était plus difficile à trouver. Souvent mouillé par un contact avec des doigts mal essuyés après leur passage aux toilettes, ce bouton était le préféré de mes visiteurs. Celui d’aujourd’hui ne faisait pas exception.
Je me laissai faire docilement, sans prendre vraiment d’initiatives. L’homme réussit malgré tout à me faire grimper. Pas au septième ciel, mais tout de même assez haut. Au maximum de mes possibilités physiques en tout cas.
Au fond, je suis plus solitaire qu’on le croit. Ces élans dans plusieurs directions me comblèrent, mais il fallait bien revenir sur terre. C’est ce que je fis, après que l’homme eut progressivement pesé sur mes boutons les moins sensibles. Mes boutons d'ascenseur.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,