Sac de nœuds

il y a
2 min
162
lectures
13

Des livres publiés et d'autres en attente, des histoires plein la tête, textes courts, orphelins d'un ensemble, récits/récifs solitaires ne demandant qu'à être lus, partagés quelques instants  [+]

De temps à autre, j'aborde des problèmes de fond. Par exemple les nœuds de lacets.

Il m'a fallu attendre tant de décennies avant de m'affranchir, avant d'oser abandonner le double nœud. Oui, je sais, c'était risqué, un coup de folie, une grosse fatigue, une soudaine raideur dans les reins. Bref, ce matin-là, j'ai déclaré forfait au premier nœud, je me suis levé et, la tête dans les épaules, la peur au ventre, les bras en avant pour parer la chute, j'ai essayé un pas, puis deux, puis plusieurs milliers comme me l'a dit mon smartphone qui m'impose les 10 000 quotidiens...et les lacets ne se sont pas défaits !

Mine de rien, ça a changé ma vie.

Défaire un double nœud relève de l'abnégation, de la patience, de la bienveillance pour cet artefact récalcitrant, bref des qualités pour lesquelles je ne suis pas sûr d'avoir été bien doté à la naissance. Et comme je jette mes chaussures le soir, lacets en place, c'est le matin, moment où je ne suis pas au mieux de ma forme, que je dois m'appuyer ces horripilants spaghettis refusant de céder. Alors que maintenant, je tire n'importe quel bout et, dans un scritch-scritch agréable, tout vient à moi, se délite, s'offre dans la douceur...Le bonheur !

Mais désormais une question me taraude. Pourquoi m'avoir appris, m'avoir imposé, m'avoir obligé le double nœud, protocole tellement ancré en moi qu'il m'a fallu atteindre cet âge respectable pour le mettre en défaut ?

Je me dis parfois que les temps ont changé, que les lacets ont beaucoup évolué et que les progrés fulgurants, mais ignorés des non-initiés, de la technique lacicole, permettent de se passer de cette redondance du nœud. Encore plus de grip, l'abandon du coton pour le polyéthylène ou le nylon, une meilleure maîtrise de l'œillet ou des tensions contradictoires dans l'âme ou la tige de la chaussure, bref un ensemble cohérent rendant caduc ce double geste, donnant enfin un rôle responsable au nœud unique qui n'avait, jusqu'alors jamais pu être adulte, souffrant de ce manque de confiance... injuste, je le sais maintenant.

Peut-être que mes séances de musculation m'ont permis de franchir le seuil autorisant, par un surcroît de puissance de serrage, la tenue dans le temps du nœud simple, même au prix d'une strangulation à lui faire tirer la langue, à lui serrer le kiki, images pas si osées puisque d'aucuns lui trouvent une tête...

Mais ce qui me terrifie, c'est que, peut-être, le nœud solitaire a toujours amplement suffi mais qu'il était de tradition, que "l'on y avait toujours fait comme ça", depuis le début du lacet, depuis des temps immémoriaux, de faire un double nœud et que le tabou, l'ostracisme frappaient celui qui osait braver la loi d'airain.

Peut être que des myriades de gestes quotidiens sont inutiles.

Peut être qu'il faut tout remettre en cause, poser un regard neuf sur tout notre environnement.

Demain, je commence ma révolution.

Demain, j'abandonne la ceinture.
13

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Fissure de timidité

Bruno Perera

Madame, je vous dois une confidence. J’ai trop longtemps tu mes sentiments mais rien ne me sert de les réprimer si leur violence n’a de cesse de me bouleverser. Je ne pensais pas vous les... [+]

Très très courts

Ciao l'ancienne !

Seb Sarraude

Elle longe ma voiture et ricane de satisfaction en passant ses doigts crochus sur les rayures qu'elle provoque depuis plusieurs mois. Je ne suis pas le seul à être victime de son vandalisme, mais... [+]