Rouge sang

il y a
1 min
139
lectures
43

Mon avatar : Un graf depuis longtemps disparu. Il personnalise mon état d'esprit : Réagir et l'écrire. Toutes mes œuvres déposés en libre  [+]

A l’issue de mon brevet, j’étais entré en apprentissage à l’abattoir municipal grâce à la recommandation de tonton Gustave.

J’étais là, comme un poisson dans l’eau, ou plutôt dans le sang. Dans des marées de sang. A longueur de journée, nous pataugions dans cette matière comme les pêcheurs de crevettes dans la laisse de mer. D’ailleurs les raclettes que nous utilisions pour dégager les déchets s’apparentaient aux épuisettes poussées par ceux-là.

L’odeur enivrante de l’hémoglobine nous montait à la tête et restait attachée à notre personne. Sans doute pour cette raison que je n’avais pas d’amis et peu de relations. La cruauté de notre métier nous assimilait à des tueurs sans cœur, un peu pervers.

Au collège, j’avais un don pour le dessin d’après mon prof et c’est naturellement que je me tournais vers cette activité pour meubler mon temps libre et compenser ma solitude.

Mes faibles ressources ne me permettaient pas l’achat de fournitures onéreuses chez le marchand de couleurs. Je compensais avec les moyens du bord.
Les queues de bœuf ou les soies de porc détournées subrepticement, remplacèrent avantageusement les pinceaux de martres. Quelques fines truelles récupérées dans l’atelier de mon père, complétèrent mon matériel. Je me servis dans les peaux présentant des défauts comme support, en remplacement des toiles hors de portée de ma bourse.

Klein faisait dans le bleu, je fis dans le rouge. Dès lors, je pataugeais dans le visqueux en trois huit à l’abattoir et le reste du temps dans la grange où j’avais installé mon atelier.

Tout me fut ingrédient pour mes compositions. Au sang vinrent s’ajouter en couches superposées, des os et des viscères dans un maelstrom halluciné que n’eut pas renié Francis Bacon.

Mes prélèvements furent bien vite repérés, ainsi que mon accrochage aux murs de la grange, déclenchant l’horreur de la part des autochtones ignorants en matière d’art. Je fus dès lors interdit de séjour à l’abattoir.

Sans ressources et banni de la maison, je me réfugiais dans ma grange atelier où ma mère, désolée, me déposait chaque jour ma pitance sur le pas de la porte, n’osant franchir le seuil de peur des représailles et aussi de découvrir des horreurs.

La matière première manquant, il me fallut pour poursuivre mon œuvre qui maintenant devenait ma seule raison de vivre, trouver une autre source d’approvisionnement.
Le nombre d’homicides grimpa de façon exponentielle dans la région, particulièrement du côté des jeunes filles. Ce fût ma période « Post-Raphaélique ».

*****

Dans ma petite cellule à l’isolement, je peins désormais dans ma tête, mais je sais que je sortirai un jour. Et là, je repeindrai le monde en rouge sang.
43

Un petit mot pour l'auteur ? 76 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de CATHERINE NUGNES
CATHERINE NUGNES · il y a
Bon, ce peintre c'est sûr JAMAIS, jamais je ne lui achèterai un tableau. Dites-moi vite où il expose… que je n'y aille pas, même par inadvertance !!
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Surtout que dans l'expo, ça glisse.
Image de CATHERINE NUGNES
CATHERINE NUGNES · il y a
Juste, très juste.
Image de R. Korrigan
R. Korrigan · il y a
Je n'aimerais pas être dans sa tête
Original

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Moi non plus, mais c'est avec un grand détachement que j'ai écris ce texte 🤣
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Ça c'est passé près de chez vous, non😄?
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Non, mais l'horreur n'épargne aucun territoire
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
En rouge et noir ..., des vocations se dessinent et l'art-thérapie est là pour les accueillir.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Mais il y a des vocations qui auraient besoin d'une thérapie.
Image de Véronique Pédréro
Véronique Pédréro · il y a
Saignant ou à point ? Terrain glissant.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Question cuisson, c'est raté.
Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Oserais-je dire que j'ai trouvé de l'humour dans cette histoire rondement menée, ponctuée de trouvailles lapidaires : Klein faisait dans le bleu, je fis dans le rouge.
J'ai pourtant regretté le conditionnel des derniers verbes, le futur eût été plus puissant : je sais que je sortirai un jour, et là je repeindrai le monde en rouge sang.

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Je m'efforce de mêler le drôle et le tragique. Content que tu mettes le doigt sur des formules qui mettent du piquant dans mes textes.
Ton regret est une bonne idée que j'adopte derechef.

Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Quel dommage d'avoir brisé une telle vocation, se différencier des autres ouvre les chemins de la gloire... Donner le sens olfactif à l'art pictural, quelle trouvaille !
julien.

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Duchamp n'y a pas pensé
Image de Mickaël Gasnier
Mickaël Gasnier · il y a
Je dirais comme mon groupe sanguin A+ :-)
Si le cœur vous en dit " Lecter " ou lecteur j'sais plus trop ! ;-)

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
En ce qui me concerne, je préfère lecteur
Image de Mickaël Gasnier
Mickaël Gasnier · il y a
Ah ! l' Hanimal ! ;-)
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Oh là là on est psychopathe ou on ne l’est pas. Effrayant, horrifique, lorsque le peintre ne trouve plus sa matière première habituelle et puise dans le fonds humain.
Travailler aux abattoirs l’a rendu fou.

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Y a de çà
Image de Yannick Pagnoux
Yannick Pagnoux · il y a
Il me semble qu'il y a eu un japonais qui a fait ça mais je retrouve plus son nom
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Et aussi un "artiste" qui a exposé de véritables morts dans une installation en Allemagne, je crois.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La battue

Patrick Ferrer

— Mais enfin, Gaston, on ne tire pas à la chevrotine sur tout ce qui bouge dans les bois ! Cinq fois de suite, en plus !
L’homme me regarda, l’air penaud, en triturant sa casquette. Il... [+]