Rouge

il y a
2 min
125
lectures
75
Qualifié
Image de 2018
Une femme éclaboussée de rouge est étalée dans une rue blanche et délire pour un jour ou pour toujours.

Et je suis tombée
Comme une fleur écrasée
J'égratigne les pavés
Avec mes larmes acidulées
Je suis en train d'errer
Dans la moindre de mes pensées
Enfermée dans un enclos sans issue
Choisir?
Mais que choisir?

A ce moment comme une odeur de sang s'échappe d'un égout. Comme la chaleur d'une grenadine putride.
Un homme bleu manipule des tubes mal scellés sous la grille du dévidoir. Et la femme le voit. Elle mémorise ses traits , sa taille et le tatouage sur son poignet.
Un policier prend des photos et parle au conducteur de l'ambulance qui est garée à proximité.La femme désigne la grille en silence mais le policier la regarde d'un air désolé car la plupart des objets de son sac ont glissé dans le trou. Il n'a pas compris. D'urgence on l'emmène. C'est alors qu'elle réalise ce qu'il faut choisir. Vivre ou mourir. Témoigner ou se taire à jamais.

Quelques jours plus tard elle se promène à pas prudents enturbannée d'une bande velpeau qui cache ecchymoses et blessures. Elle est enfermée dans le couloir d' un institut psychiatrique à cause de ses propos qui semblent incohérents. On la soupçonne d'une mise en scène morbide due à sa confusion mentale. Les dessins très précis qu'elle a donnés pour réaliser un portrait robot et témoigner ne refléteraient que son trouble psychotique selon les médecins. Surtout que la tache rouge de sa robe n'est que de la grenadine affirment les experts.

A cet instant précis elle entend un journaliste alerter la population. Il donne la parole à un chimiste de renommée internationale. Tous les humains de la planète doivent rapporter dans les universités les plus proches les bidons de grenadine achetés ces cinq derniers jours. Des tentes de" Médecins sans Frontières" et d'autres ONG sont prévues à cet effet. Tout symptôme mystérieux sera aussi soigné bien entendu!

Un binôme de policiers s'approche de la femme et exige de l'emmener avec une garde rapprochée destinée à la protéger. Ils ont enfin décrypté les indices du complot. Cette femme s'est échappée d'un laboratoire clandestin où se préparait une guerre sale et honteuse. Sa mémoire défaillante a retenu quelques éléments d'un gigantesque puzzle criminel qui visait spécialement les jeunes enfants. Assommée et abandonnée trop vite par des apprentis mafieux (retrouvés décapités ) elle gisait sur le bitume à cause de la présence d'un jeune agent de police en patrouille.

Les "Parrains" contraignaient des groupes de clandestins berbères à "travailler" pour eux. Sur leurs poignets ils avaient marqué une grenade au fer rouge. Le fruit , bien sûr, un fruit qui devenait symboliquement une bombe bactérienne après diverses manipulations occultes.

Marie-Ange se réveillait d'un long cauchemar. Des lambeaux de souvenirs s'éclairaient. Elle avait cru sombrer dans la folie. Maintenant c'était elle qui devenait la fameuse petite bombe qui témoignerait devant la Cour de Justice internationale !

Un an plus tard , place Jemaa El Fna , un homme "Bleu" enfin libre dégustait la chair délicieuse d'une grenade sur les lèvres rouges de Marie-Ange.
75

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,