ROQUEFORT®

il y a
2 min
14
lectures
3

Né en 1974 à Herblay, Lucien Blard a suivi une scolarité classique, dans une famille anoblie en 1973, avant de s’égarer dans les études supérieures qui ont fini par le mener laborieusement au  [+]

Voir sécher des roqueforts, ça m’apaise. Certains préfèrent les luthérianistes danois, on choisit pas ses plaisirs. Mais on peut les éduquer, non ? C’est exact. Oui, mais d’un autre côté, il ne faut pas forcer sa nature. C’est exact. À force de vivre, on trouve tout vrai. Les points de vue finissent par se confondre, dérisoires et éphémères. « Tu n’es qu’un relativiste » disait mon père ; il n’avait pas tort, l’enculé. N’y passons pas deux heures, place aux roqueforts ! Quand viennent les vacances tant attendues, convaincre sa petite famille de rogner deux journées au soleil pour mater des fromages est un véritable tour de force. J’ai dû promettre l’impensable, et nous voici tous les cinq devant chez Papillon. Dans la voiture, j’avais vendu, l’âpreté, le silence cistercien. Tu parles ! Devant, nous, trois cents mètres de touristes assoiffés de recueillement, des selfies, des merguez. « Et c’est comme ça tous les jours » soupira le guide en me voyant rouspéter. « Tout le monde veut méditer, tout est bon ! Quatre murs, du silence, c’est plein ! Quatre murs et du bruit, pareil ! On est trop nombreux... et encore sur Roquefort ça va. Sur le Poitou-Charentes, ils sont pleins jusqu’en 2032 ».
Après deux heures d’attente, on s’enfonça enfin dans le silence. Les pâtes humides séchaient sur claies, l’odeur était lourde et puissante, tout allait pour le mieux. Ma femme tirait la gueule, nos enfants se poussaient sur les meules, j’essayais de méditer. Absorber le calme, devenir un fromage. C’étaient là mes pensées lorsqu’une ado aux seins énormes, un piercing sous la lèvre m’interpella gaiement : « Oh m’sieur, ça vous djit nous prendre deuvant les camemberts ? ». Derrière, ses copines gloussaient sur mes « sandales de méditation » achetées à la Camif. J’allais m’exécuter lorsque la grosse dame de l’accueil fit irruption dans la cave.
– Monsieur Blareu Lucieng est deumangdé au téléphoneu de touturgënce, je répèteu Monsieur Blareu Lucieng...
Les conversations s’arrêtèrent, tous les cous se dévissèrent à la recherche du pauvre Blard. Plus un son, hormis mes tatanes martelant fortement l’escalier de fer. Des dizaines d’yeux montèrent vers moi en même temps. Parmi eux, le plus affreux était celui de ma femme. Elle tenait les enfants serrés contre elle et me fixait d’un air si mauvais que je commençai à chercher ce que j’avais bien pu faire. « C’est ta maîtresse, hein ? Devant les gosses ? », voilà ce que ses yeux hurlaient aux miens qui s’efforçaient de lui dire, à grand renfort d’écarquillement et de haussements d’épaules, que je ne voyais pas du tout ce qu’on me voulait.
La grosse dame me tendit un combiné en bakélite et replongea dans ses sudokus en secouant la tête.
– Ah Lucien, enfin ! J’ai appelé la moitié des caves de la région, faut allumer votre portable mon vieux... Surtout quand vous nous faites des boulettes pareilles ! Qu’est-ce que vous avez foutu avec le dossier vert ? Le client est tellement furieux que M. le directeur a écrabouillé votre ordinateur à coups de poings. Ben oui mon vieux, fallait s’y attendre. Ah vous vous êtes surpassé ! Tout le service est dans mon bureau, on vous écoute.
Sa voix était aussi sévère que sincèrement désolée, c’était pénible et délicieux. J’aime être corrigé. Pour donner le change, je lui marmonnai des excuses embrouillées qui mettaient en scène des personnages abscons autour d’un quiproquo. C’était tellement débile que la grosse dame arrêtait pas de ricaner dans sa grille.
– Hein ? Qu’est-ce que vous dites ? Je comprends rien mon vieux, vous comprenez quelque chose vous ? Non plus ! Bon, personne comprend rien à votre charabia, on en reparle lundi en huit. Essayez de vous détendre, et de profiter de vos vacances, vous en aurez besoin...
3
3

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
HAHAHA, vous fèteu bieng l'assent du Sud-Ouesteu ! MDR ! Mais ça m'a donné faim'g tout ça !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ah la la mon bon Monsieur, à qui le dites-vous ?! Et vous n’avez pas encore été à Lascaux 36 !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Shadows

Lucien Blard

La maison me déplut d’emblée. Pas seulement à cause de son aspect lugubre, mais parce qu’il s’en dégageait quelque chose de malsain, comme si un venin l’imbibait jusqu’aux poutres... [+]