Roberte ne manque pas d'air

il y a
2 min
153
lectures
176
Image de 1ère édition

Thème

Image de Très très court

8 heures sonnent. Comme d’habitude, je suis en retard. Comme d’habitude, j’ai pris mon temps reculant au maximum mon entrée dans « l’antre ».
Tournant la clé d’une main, je soulève la poignée de l’autre.
Bizarre ces endroits hostiles dès les premières secondes. Normalement, une porte ça s’ouvre facilement sans devoir frôler la tendinite.Là c’est tout le contraire.
Je respire un grand coup avant d’entrer. Ca ne sert à rien mais c’est plus fort que moi, c’est une habitude.
Mon arrivée a alerté le chien de la maison qui grogne et me renifle. Vivement et à regret, je ferme la porte. Différentes odeurs m’accueillent et me suffoquent : l’urine de chats, le fumet de soupe aux choux et la sueur.
Impossible de choisir l’odeur prédominante tant l’air est imprégné.
Je suis là pour deux heures.
L'été dernier, ma cousine Roberte a eu un accident et je viens l’aider dans ses tâches ménagères.
L’accueil est toujours chaleureux .Roberte a une jambe entièrement plâtrée et se déplace en fauteuil roulant.
Dotée de grandes qualités de cœur, son seul défaut est sa phobie de l’aération.
Elle me prépare chaque matin le café.
Je m’assois. Face à moi, elle attend avidement les nouvelles du village. Plus qu’une aide, je suis devenue une compagnie , un lien vers l’extérieur.
Tenant mon rôle à cœur, j’exagère les ragots, les pimente. S’en tenir à la réalité ôterait de la joie à Roberte qui frémit de plaisir à chaque nouvelle « sensationnelle ».
Je me mets à la tache. Il est quand même 9 heures mine de rien.
Je n’ai qu’une envie : ouvrir grand les fenêtres . Je tends la main vers celle du salon, un cri m’arrête.
- Laisse la fenêtre fermée, Aurélie ! J’ai toussé toute la nuit.
Obtempérant, je continue les poussières.
Reste à aspirer la chambre.
Je voudrais inspirer un grand coup mais l’air est si vicié que je me contente de respirer par la bouche.
Encore une minute et ça sera bon. Enfermée dans la chambre, à moi l’air frais ! J’ouvrirai la fenêtre et là j’humerai l’extérieur à pleins poumons.
C’est bon, j’y suis. J’amorce le geste libérateur lorsque la porte s’ouvre.
- Dis Aurélie ! Tu ne m’as pas dit si la voisine était revenue au bercail ?
Ce n’est pas possible cette Roberte ! Elle devrait rédiger la gazette du village !
Je réponds que non, la voisine n’est pas revenue au bercail. Je n’ai pas envie de broder, de raconter les pérégrinations de celle-ci avec le boucher du village. J’abrège donc. Tout ce que je veux , c’est une bouffée d’air frais, ce n’est pas grand-chose non ?
Frustrée, Roberte s’en va. Je me dirige vers la fenêtre. La porte s’ouvre.
-Crois-tu qu’elle reviendra ? Il paraît qu’elle ne s’ennuie pas... Allez raconte- moi !
C’est fichu ! Je dois m’y résoudre, je n’obtiendrai ma récompense qu’à 10 heures.
Le carillon sonne. J’ouvre avec difficulté la porte. J’ai un pied dehors et un à l’intérieur. Je me prépare à savourer une bonne gorgée d’air frais.... L’odeur d’herbe fraîchement coupée n’a pas le temps d’arriver dans mes narines, une voix m’interpelle :
-Aurélie tu es vraiment tête en l’air ! Reviens ! Tu as oublié ton gilet.
.

176
176

Un petit mot pour l'auteur ? 90 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Eric diokel Ngom
Eric diokel Ngom · il y a
Une page riche et varié beaucoup apprécié.. un texte original et bien structuré. Merci de me soutenir https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/au-commencement-etait-lamour-2
Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Un beau texte. Beau sens de l'observation, et de belles descriptions. Un grand bravo. Vous-avez modeste voix.

Je vous invite à découvrir mon texte en compétition pour le prix des jeunes auteurs, et à me soutenir avec vos voix, si jamais il vous plaît.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chose-11
J'adorerais également lire vos commentaires avisés qui m'aideront à me parfaire.

Image de Tarek Bou Omar
Tarek Bou Omar · il y a
Bonsoir Madoe, ma voix pour ce beau texte bien que trop tard :).
Si vous avez un peu de temps, je vous invite à découvrir mon texte en compétition pour le Prix des jeunes écritures : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-soleil-s-eteint-sur-mon-destin-1?all-comments=1#fos_comment_comment_body_4242995. Bonne continuation :).

Image de Madoe EL
Madoe EL · il y a
Merci Cendrine pour votre lecture!
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
J'ai beaucoup ri. C'est typiquement le genre de situation qu'on a tous rencontrés, d'endurer des trucs pas toujours agréables par affection. On s'identifie naturellement à la malheureuse cousine, même si on a pour Roberte une bouffée de tendresse. La cousine, quant à elle, préfèrerait sans doute une bouffée d'air frais... ;-)
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Oups! "rencontré", "rencontrée" à la rigueur
Image de Madoe EL
Madoe EL · il y a
Merci Gaelle!
J'irai lire votre oeuvre avec plaisir

Image de Gaelle Ghanem
Gaelle Ghanem · il y a
C'est très beau, j'adore !!
Je vous invite à découvrir mon oeuvre: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noir-cest-noir-il-me-reste-lespoir

Image de Madoe EL
Madoe EL · il y a
Merci Ombrage!
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Quand on croit s'en sortir on doit faire demi-tour car on est tête en l'air. Et en parlant d'air celui de la maison est vicié. Bravo pour ce texte. On a pas du tout envie de rendre visite à cette bonne vieille Roberte, et c'est ici ce qui fait tout le charme de l'histoire 🙂 J'aime votre plume qui nous faire nous élever
Image de Epiphane Avicenne
Epiphane Avicenne · il y a
Votre texte est très bien écrit . Bravo . Merci de passer voir le mien
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/inceste-2

Image de Madoe EL
Madoe EL · il y a
Merci Epiphane!
J'ai lu, aimé et voté pour votre texte