Revêtir une nouvelle peau

il y a
3 min
427
lectures
216
Qualifié

Bonjour à vous ! Merci pour vos visites et vos commentaires même négatifs, argumentés, non pas pour démolir, et ceci pour avancer dans l'écriture... J'aime aussi, en fonction de mes  [+]

Image de 2020

D’une cabane au fond de la forêt, vous venez de m’informer, ma chère filleule, que vous êtes toujours en vie.
En compagnie d’un écureuil, vous reprenez du poil de la bête en préparant un gâteau aux noisettes et un autre avec des figues et des raisins.

Après avoir sacrifié l’âne-banquier qui déféquait des écus d’or en guise de crottin, après avoir renoncé à épouser votre père, ce roi bleu libidineux en tenue Lady Gaga qui trônait sur un gros chat, vous avez finalement écarté ce prince rouge, tête d’ampoule non-allumée à tous les étages. Ce prince qui fut pourtant votre sauveur, celui qui vous avait délivrée de votre condition de servante et de l’inceste, vous l’avez mis définitivement aux oubliettes, estimant qu’il représentait avant tout une montagne de conformisme très éloignée de votre Il était une fois, censé débuter le seul conte de votre vraie vie.
Vous vous êtes alors refugiée dans cette paillotte du Royaume de Norembergue, à quarante lieues du Grand Fleuve, dans le froid, la neige, vous privant ainsi, à chaque printemps, de tous les cerisiers en fleurs ; mais quelle idée ma beauté !

Eh bien, sachez que ce prince qui n’a pas su rester charmant, lui, il ne vous a pas oubliée. Cet écervelé est sous l’emprise de forces obscures qui le poussent à agir mal, et depuis votre départ, il ne pense qu’à vous dégommer.
Alors je vous demanderais de ne pas partir bêtement à la cueillette des girolles, pieds de moutons, chanterelles grises ; c’est déjà trop tard pour la saison ma belle et surtout, il y a urgence.
Son altesse est toujours séduite par vos habits, vous pouvez donc avant de sortir, mettre votre robe couleur Soleil ou couleur Lune, attraper si besoin une poule qui tombe du toit, sortir du bois en évitant la vieille qui crache des crapauds, et retourner sur cette belle route de campagne qui mène à la rivière de la Sainte-Croix.
Mais vous allez devoir vous y rendre chargée : jattes, terrines, bols, couverts, spatules, four, farine, lait, beurre, levain, sel et sans oublier de l’eau.
Prenez le temps de vous installer sur le bord de la chaussée, côté graviers, avant talus, espace étroit je le conçois et j’avance encore pour plus de précisions : pas de savarin aux pommes, pas de tarte aux abricots, ni de soufflet aux pruneaux et c’est toujours niet pour le biscuit de Charlotte.
Vous allez lui préparer à votre ex, un nouveau cake d’amour.
Souvenez-vous de ce coffre qui s’ouvre tout seul et de ce début de recette :
« Préparez votre, préparez votre pâte
Dans une jatte, dans une jatte plate »

Demain c’est mercredi, jour des enfants, le jour de la semaine où on leur raconte le plus d’histoires fantastiques. Mais les temps ont bien changé ma chère fille, Demy n’est plus là pour peindre les hommes en bleus, les chevaux en rouge, et les Schtroumpfs, les valets à tête de cerf dans une forêt vert pomme sont restés définitivement collés à de la pellicule année 1970.
Et, je vous le rappelle, vous n’avez pas souhaiter vivre avec lui un conte de fée charmant, alors la réalité est la suivante : vous êtes sollicitée par la Sécurité Routière pour piéger ce gros malade.
Oui, d’après cet organisme, ce prince de droit divin a oublié son statut de chevalier pour celui de conducteur à fumée noire ; prévision de Bison futé : il passera à tout bringue vers les 6h30, à votre recherche éperdument.
Soyez vigilante lorsque vous lui indiquerez à l’aide de vos deux bras votre installation de chez Ladurée. D’après nos glaneurs, gourmand, il l’est resté, mais à cette heure, il pourrait avoir envie de tout autre chose...
Tout est possible, ma chère enfant.

C’est évident, le prince ne peut que s’arrêter pile, alors dès qu’il sort de son Kangoo, vous vous rapprochez de lui, beau sourire en mode cadeau, c’est pour toi mon poulet, et vous lui cassez un œuf de vingt jours sur son front ; vingt jours, pas moins.
Souvenez-vous : au bout de vingt jours, les poussins sortent toujours.
Voilà, l’affaire est dans le sac, il s’attendrit, c’est le moment de lui faire goûter votre space cake, un anneau d’or glissé la veille à l’intérieur ; vous lui aviez jeté un sort à cet anneau.
L’affaire est donc pliée, il devient statut comme Gilles dans Les Visiteurs du soir, figé pour toujours, et vous, vous voilà de nouveau libre de vos mouvements.

Mais qu’allez-vous faire au juste devant tant de bonheur ?
Fumer la pipe en cachette ?
Voyager sur la Lune ?
Vous rendre à la buvette ?
Epouser un va-nu-pieds de Normandie ?
Vous mettre à faire des galipettes ?

En robe couleur du temps, vous ferez tout ce qui vous était interdit de faire depuis votre exil en forêt, mais écoutez-moi encore peu, je vous rappelle que je suis le porte-voix du joli timbre de Delphine, votre marraine, la Fée des lilas, celle qui parlait à Bambi, celle qui se rendait à Chambord en hélicoptère, et je vous le répète :
Mon enfant, il ne vous arrivera rien de fâcheux car j’ai tout manigancé.

Alors, rappelez-vous Madame, rappelez-vous qu’après Les Parapluies de Cherbourg, Les Demoiselles de Rochefort, et bien évidemment après ce rôle de princesse-souillon, vous étiez par la suite, passée par les bras de François pour revêtir de multiples peaux : femme enfant, femme fatale, pute de luxe, oie blanche, épouse cruelle et désarmante, tendre et froide, attentionnée et calculatrice, usurpatrice, menteuse, voleuse, accro au fric, bref une sirène, très éloignée du Mississippi. Elles firent beaucoup de mal au jeune Louis Mahé de la Réunion.

« - Te regarder est une souffrance
- Je croyais que c’était une joie
- C’est une joie et une souffrance »

Ensuite, on retrouve ces mêmes dialogues dans un théâtre à Paris. Vous voici dans un contexte de privation lié à l’Occupation, dans un amour partagé entre un dramaturge et un comédien, dans l’amour que l’on partage à plusieurs, l’amour de la scène, l’amour du même sexe, l'amour dans les loges, l’amour de l’esprit de troupe, du travail d’équipe.
Et c’est tout cet amour-là qui doit aussi vous maintenir en vie pour revêtir encore une nouvelle peau...


La Rose qui parle.

216

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,