Revers de plume

il y a
1 min
135
lectures
23

"L'homme est une création du désir, et non pas du besoin" Gaston Bachelard  [+]

Enfin seul. Chez moi. Le dos tourné à la fenêtre pour ignorer le monde et ses lumières. Ainsi je travaille : reclus. La porte comme mon âme est verrouillée.

Les bruits de la cour sont feutrés ce soir. Juste le son de quelques téléviseurs étouffé par l'épais manteau de béton.

Ma femme est sortie dans les rues noires, je dispose de deux ou trois heures pour composer. Haine de la précipitation, méfiance à l'égard du monde et des gens, désir de la plus parfaite quiétude pour écrire ne serait-ce que cinq ou six lignes qui puissent me réconcilier avec moi-même, tout cela, elle n'a jamais pu le comprendre, jamais : une tête de bois assujettie à un joug de bœufs. J'en suis maintenant à être résigné, positivement résigné, à ne lui adresser qu'un pâle sourire lorsque je me retire dans ma chambre.

Pauvre créature, belle tête blonde, ai-je seulement eu la chance d'épouser avec toi la moindre idée, de partager le moindre sentiment. Nous vivons notre vie commune sans un seul événement qui vienne en troubler l'inquiétante immobilité.

La tête vide, les membres las, je suis devant ma feuille cruellement blanche. J'ai la poitrine sèche et rocailleuse.

Tout à coup, une idée surgit aussi nette qu'une lame de rasoir. Un sentiment pointe comme un phare qui scintille au loin, que la plume craintive refuse d'aborder, vague d'abord, puis diffus et ample.

Ça bat, ça cogne, ça déferle.

Un : coucher sur le papier ce sentiment devenu omniprésent. Deux : on verra ensuite. J'ai le temps. La porte est verrouillée. Je suis seul. Et monte dans ma poitrine un étourdissant silence, sec comme le givre, qui, implacable, têtu et passionné, se loge, entre et tourne... entre mes deux omoplates. D'un bond, je me retourne.

MA FEMME était entrée par la fenêtre, brandissait dans mon dos un poignard. Dans ses yeux glacials, la haine...une haine farouche d'en finir....

Son bras s'abat impitoyablement... bleu comme le jour... noir comme une aiguille... dans une invraisemblable tourmente.

Un mince filet bleu inonde peu à peu mes livres.

23

Un petit mot pour l'auteur ? 7 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Quand écrire exige la solitude d'une course de fond, forcément, l'autre est un intrus! Mais, ici, l'affaire est terriblement tranchée! Pas du vécu, hein!
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Eh ben!! Bon fonctionnement, ça finit bien....
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Quel drame ! J'ai aimé le '' temps long'', celui d'une vie de couple qui s'étiole, mêlé au temps court d'une soirée, d'un texte bref et définitif. Encore une cuisine à la P.Yves, équilibrée !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Oups... Quel couple ! Un meurtre d'encre et de papier pour l'un, un meurtre réel pour l'autre...
Image de Pierre-Yves Poindron
Pierre-Yves Poindron · il y a
Merci Joëlle de votre passage. Oui, c’est assez sombre.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Apparemment, vous vous en êtes bien sorti pour avoir écrit ce texte ☺♪
Image de Pierre-Yves Poindron
Pierre-Yves Poindron · il y a
La preuve : Romance que vous pouvez lire éventuellement. Merci de votre passage.

Vous aimerez aussi !